Aurel Stroe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Aurel Stroe
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
MannheimVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction

Aurel Stroe ( à Bucarest à Mannheim) est un compositeur de musique contemporaine, philosophe et linguiste. Il est souvent considéré comme le chef de file de la musique contemporaine roumaine.[réf. nécessaire]

Sa musique qui défie les principaux courants musicaux, déploie des sons sans cesse en animations qui traduisaient son envie d’explorer des nouvelles voies. Sa musique a été souvent considérée comme en avance de son temps.[réf. nécessaire] Parmi ses œuvres les plus connues, on peut citer Arcade, Canto et Concerto pour clarinette (orchestre), Œdipe (opéra), Les Choéphores (opéra présenté au Festival d'Avignon en 1979).

Aurel Stroe a suivi des cours de musique au Conservatoire supérieur. Il fut l’élève de Ligeti, Kagel et Stockhausen. Il enseigna à son tour la composition et l’orchestration au Conservatoire de Bucarest de 1972 à 1985. En 1972 il enseigne également aux États-Unis à l’université de l'Illinois. Installé à Mannheim depuis 1986, il revient en Roumanie après la chute du régime communiste en 1989 mais continue à vivre en Allemagne.

Aurel Stroe a reçu le prix de l'Académie roumaine en 1974 et le prix Herder en 2002.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Miniaturen für Klavier, 1947
  • Lieder für Sopran et Klavier d'après des vers de Tudor Arghezi, 1948–49
  • Konzert für Streichinstrumente, 1951, 1956
  • Allegro barbaro pour piano, 1952
  • 1. Klaviersonate, 1955
  • Zwei Lieder sur des vers de Mihai Eminescu, 1955
  • Das Antlitz des Friedens, cantate sur des vers de Paul Éluard, 1959
  • Monumentum I pour un petit orchestre et chœur d'hommes, 1960–61
  • Arcades pour grand orchestre et trois ondes Martenot. 1962–63
  • Armonia pour Holz- et cuivres, 1963
  • Musique de concert pour piano solo, cuivres et percussions, 1963–65
  • Only trough time, time is concord pour baryton, quatre basses, orgue et percussions sur des vers de T. S. Eliot, 1966
  • Laudes I pour 28 cordes, 1966
  • Zwei Epitaphe sur des vers de Ion Caraion, 1966
  • Canto I pour grand orchestre, 1967
  • Laudes II pour grand orchestre et deux ondes Martenot, 1966–68
  • Der Nobelpreis wird nicht verliehen, opéra, livret de Paul Sterian, 1969
  • Rever, c’est desangrener les temps superposes pour clarinette, violoncelle et clavecin, 1970
  • Canto II pour douze groupes d'instruments et deux ondes martenot, 1967
  • Rituelle Handlung ohne Gegenstand, étude pour l'opéra „Der Nobelpreis wird nicht verliehen“, 1970
  • Streichquartett, 1972
  • Aristophanes. La Paix, opéra, livret de A. Stroe et Paul Sterian, 1972–73
  • Konzert pour clarinette et orchestre, 1974–75
  • Die Coephoren – die Totenspende, opéra, 2. partie de la Trilogie der geschlossenen Stadt (eine neue Orestie), 1974–77
  • Klavierstück, 1977
  • Zwei Pastoralen pour orgue et clavecin, 1978
  • Pe drumul către focurile cerești (Auf dem Weg zu Höhenfeuern) pour alto, 1979
  • Die Töchter der Sonne, Stück pour guitare, 1979, 1992
  • Agamemnon – Mord in der geschlossenen Stadt, opéra, 1. partie de la Trilogie der geschlossenen Stadt (eine neue Orestie), 1979–81
  • Monumentum II pour voix, contrebasse, percussions, 1982
  • cuivres Quintett, 1982
  • 2. Klaviersonate, 1984
  • Anamorphoses canoniques pour flûte (piccolo, flûte basse et flûte mit Zug (?)), clarinette en si, clavicorde, trombone, violoncelle et bande magnétique, 1984
  • Quintandres pour vent, 1984
  • Nocturne pour voix, clarinette, percussions et harpe, texte d'Antonin Artaud, 1984
  • Die Eumeniden – eine offene Stadt, opéra, 3. partie de la Trilogie der geschlossenen Stadt (eine neue Orestie), 1985
  • Sonate pour saxophone et percussions, 1986
  • J. S. Bach – Sound Introspection, une orchestration paradoxale des quatorze canons sur les notes fondamentales des Variations Goldberg, 1986–87
  • Vier Morgensternlieder pour chant, saxophone et percussions, 1987
  • Das Weltkonzil opéra d'après un livret de Vladimir Soloviev, 1988
  • Saxtuor mit Kientzy, 1989
  • Spiralen, Ludus funebris Johannii Coltrane in memoriam pour voix de femmes, deux claviers, cor de basset en fa, synthétiseur et violoncelle, 1989
  • Der Garten der Strukturen pour percussions, 1989
  • Das Einsame, das Kind, Dramatisches Zwischenspiel d'après Marina Tsvetaïeva pour cinq musiciens, 1989
  • Alpha pour vier Saxophone, 1989
  • Capricci et Ragas, concerto pour violon et un ensemble de solistes, 1990
  • 3. Klaviersonate, 1991
  • Chorales et comptines pour petit chœur de chambre, quatre trombones et saxophone solo, 1992
  • Prairie, Prières pour saxophone et grand orchestre, 1992–93
  • Mozart Sound Introspection, trio à cordes, 1994
  • Ciaccona con alcune licenze pour grand orchestre, 1995
  • Mandala mit einem Crucifixus von Antonio Lotti pour chœur de chambrer et grand orchestre, 1997
  • Humoreska pour hautbois, clarinette, piano, violon, violoncelle, percussions, 1997
  • Préludes lyriques pour ensemble, 1997–98
  • Konzert pour accordéon et ensemble, 2001
  • Carillons et echos pour orchestre, 2002
  • Accords et comptines pour orchestre, 2003
  • Fantasia quasi una sonata pour violoncelle, piano, orgue, 2005
  • Polifonien, Heterophonien pour trois clarinettes et alto, 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]