Aulus Caecina Severus

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aulus Caecina Severus
Fonctions
Sénateur romain
Gouverneur romain
Biographie
Naissance
Époque
Activités
Homme politique, militaire, chef militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Gens

Aulus Caecina Severus (né vers 43 av. J.-C. et mort après 21 ap. J.-C.) est un homme politique et un général de l'Empire romain.

Biographie[modifier | modifier le code]

Quatrième et dernière année de la grande révolte illyrienne en 9.

Aulus Caecina Severus naît vers 43 av. J.-C., il appartient à la gens Caecina qui est originaire de Volterra en Étrurie. Il a six enfants.

Il ne devient consul suffect qu'en 1 av. J.-C. à l'âge de 42 ans, parce que cet homo novus[1], n'étant pas de descendance « consulaire », doit attendre, selon la coutume, d'avoir 40 ans. Il est auparavant tribun militaire vers 25 av. J.-C. puis questeur en 19 av. J.-C.

Carrière militaire en Mésie/Pannonie[modifier | modifier le code]

Aulus Caecina Severus est l'un des meilleurs généraux d'Auguste et Tibère, et il devient, à la suite des opérations militaires qui se sont déroulées en Illyrie/Balkans, le premier gouverneur de la nouvelle province de Mésie, où il a fort à faire au cours de la grande révolte de la Pannonie et de la Dalmatie de 6 à 9[2].

En 6, il réussit à conquérir Sirmium qui est occupée par les insurgés, ainsi qu'à défendre la nouvelle province contre les attaques et les raids des Iazyges et des Daces avec l'aide du roi thrace Rhémétalcès Ier. L'année suivante, avec Marcus Plautius Silvanus, et sous le haut commandement du futur empereur Tibère, il commande cinq légions à Sisak et évite la destruction de l'armée romaine entière. Au cours des années suivantes, en 8 et 9, il se trouve sur le front macédonien afin de défendre la province des attaques des Iazyges et des Daces et il pénètre en l'Illyrie méridionale afin de réprimer les derniers mouvements dalmates.

Carrière militaire en Germanie[modifier | modifier le code]

La campagne militaire de Germanicus en 16.

En 14, il devient le légat de Germanicus en Germanie inférieure, et après trois années de campagnes menées en Germanie (de 14 à 16), il obtient les ornamenta triumphalia en raison de la victoire partielle sur Arminius. L'honneur de Rome est sauf, la défaite subie à Teutobourg est rachetée.

Au cours de la campagne de 15, il est pris au piège avec ses légions et faillit être anéanti au cours d'une embuscade des Germains, lors de la traversée de la zone marécageuse, dénommée pontes longi, entre les fleuves Ems et Weser.

En 21, il propose d'interdire la présence des épouses auprès des commandants provinciaux, peut être afin d'éviter, en bon militaire, d'être distrait au cours des dures campagnes militaires[réf. nécessaire].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Ronald Syme, The Augustean Aristocracy, Oxford University Press, , p. 100
  2. Dion Cassius, Histoire romaine, LV, 29.[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sources antiques
Sources modernes
  • Ronald Syme, L’aristocrazia augustea, trad. it., Milan, 1993.
  • C.M. Wells, The German Policy of Augustus, Londres, 1972.
  • Cambridge Univ. Press, Storia del mondo antico, L’impero romano da Augusto agli Antonini, vol. VIII, Milane, 1975.

Sources[modifier | modifier le code]