Augustin Privat-Deschanel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Augustin Privat-Deschanel
Naissance
Allenc, Lozère, Drapeau de la France France
Décès
Vanves, Seine, Drapeau de la France France
Activité principale
Professeur, auteur de livres d’enseignement.
Auteur
Langue d’écriture français
Genres

Augustin Privat-Deschanel, né en 1821, à Allenc, en Lozère, mort en 1883, à Vanves (commune qui était alors rattachée au département de la Seine), a été professeur de sciences physiques, à Limoges, puis à Paris ; il a été ensuite inspecteur d’Académie, puis proviseur de lycée ; il a publié des livres d’enseignement et de vulgarisation dans le domaine des sciences physiques.

Une vie dans l’enseignement[modifier | modifier le code]

L'uniforme des élèves de l’École normale, tel qu'Augustin Privat-Deschanel l'a connu autour de 1840.

Augustin Privat-Deschanel est né le 22 août 1821, à Allenc, en Lozère ; il a épousé Anne Eugénie Adelina Delcourt ; il a eu deux fils, Paul, né en 1867, normalien et géographe, et Georges, né en 1868, polytechnicien, inspecteur des Finances, procureur général à la Cour des Comptes, administrateur de sociétés.

Augustin Privat-Deschanel a été élève à l’École normale à partir de 1841, et il était professeur agrégé.

Il a été professeur de sciences physiques au collège royal de Limoges dans les années 1844-1848, d'octobre 1844 à mars 1848.

Augustin Privat-Deschanel a quitté Limoges en mars 1848 ; la suite de sa carrière l'a vu ensuite « monter à Paris », dans une dynamique de carrière qui sera longtemps comme une « norme » pour les enseignants ayant réussi le concours de l’agrégation[1].

Collégiens – Professeurs – Étudier – Enseigner[modifier | modifier le code]

Après avoir été professeur au collège royal de Limoges, Augustin Privat-Deschanel a enseigné longtemps au lycée Louis-le-Grand, à Paris.

L’évocation de la présence d’Augustin Privat-Deschanel, en qualité de professeur de physique, au collège royal de Limoges, dans les dernières années de la Monarchie de Juillet, offre l’occasion de rappeler ce que pouvait être le « vécu » des collégiens, et celui des professeurs, à cette époque, à Limoges.

À cette époque, la journée d’un collégien est rythmée de la manière suivante :

  • 5 h 30 : lever (au son du tambour) ; habillage ; prière
  • 6 h 00 : étude ; vérification des devoirs ; récitation des leçons
  • 7 h 30 : déjeuner ; récréation
  • 8 h 00 à 10 h 00 : enseignement des matières littéraires
  • 10 h 00 à 12 h 00 : étude ou cours spéciaux (ex : dessin)
  • 12 h 00 : diner ; récréation
  • 13 h 30 : étude ; vérification des devoirs ; récitation des leçons
  • 14 h 30 à 16 h 30 : enseignement des matières littéraires
  • 16 h 30 : goûter ; récréation
  • 17 h 00 : étude ; vérification des devoirs ; récitation des leçons
  • 19 h 30 : souper ; récréation
  • 21 h 00 : coucher.

On doit noter que les collégiens de cette époque sont habillés d’un costume civil, et non militaire, un « frac » en drap bleu foncé, avec col blanc ; ils ont, pour se coiffer, un tricorne[2].

Les enseignants portent la robe professorale ; les professeurs donnent leurs cours de 8 h 00 à 10 h 00, et de 14 h 30 à 16 h 30, sauf le jeudi ; depuis les années 1820, il existe un concours d’entrée à l’Ecole normale d’où l’élève sort avec le grade d’« agrégé » (cette dénomination rappelle que, à l’origine, les professeurs n’étaient pas sélectionnés sur concours, mais nommés par l’administration universitaire, et que, à un professeur ainsi nommé titulaire, pouvait être « agrégé » un autre enseignant, pour le seconder, et pour « apprendre le métier ») ; les cours placés en 8 h 00 et 10 h 00, et entre 14 h 30 et 16 h 30, étaient ceux où étaient enseignées les matières littéraires ; les matières scientifiques, dans ces années-là (c’est à la rentrée 1826 qu’apparaissent les programmes de mathématiques et de sciences), sont des disciplines « nouvelles » qui font peu à peu leur place dans les emplois du temps ; Privat-Deschanel enseigne donc la physique en « rognant » sur les tranches horaires dévolues à d’autres activités ; vers 1845, dans la liste des enseignants, à Limoges, on trouve, en qualité de professeur de physique, Privat-Deschanel, qui est aussi professeur d’histoire naturelle ; en 1847, Privat-Deschanel, qui enseigne la physique, est également, cette année-là encore, professeur d’histoire naturelle, au collège royal de Limoges ; puis, en février 1848, ont lieu les évènements révolutionnaires qui forcent Louis-Philippe à abdiquer, et, le 24 février 1848, la Seconde République est proclamée à Paris, mettant ainsi fin à la Monarchie de Juillet ; Privat-Deschanel quitte le collège de Limoges le 9 mars 1848 ; on peut supposer qu’il y un lien entre les tensions politiques de l’époque et la mutation du professeur de physique, remplacé par Lamy, venu de Lille[2].

Dans les années 1850 et 1860, Privat-Deschanel a été professeur de physique au lycée Louis-le-Grand, à Paris ; le professeur de physique, au milieu des bouleversements historiques, a connu cet établissement d’enseignement parisien sous plusieurs des noms qu’il a successivement portés : collège royal Louis le Grand jusqu’en 1848 ; pendant la Seconde République, en 1848 : lycée Descartes, puis, en 1849 : lycée Louis-le-Grand ; sous le Second Empire : lycée impérial Louis-le-Grand (Augustin Privat-Deschanel a tenu la position de professeur titulaire dans ce lycée parisien de 1853 à 1868)[3].

Privat-Deschanel était un enseignant qui, au lycée Louis-le-Grand, a laissé le souvenir d'un professeur qui savait intéresser des classes qui comptaient de plus de 80 élèves[3]

Augustin Privat-Deschanel a été ensuite inspecteur de l’Académie de Paris ; il est devenu par la suite proviseur du lycée de Vanves[1].

La carrière d'Augustin Privat-Deschanel peut être décrite en mettant en évidence les dates où il a été nommé à telle ou telle fonction, des dates qui dessinent les étapes de sa présence dans les divers établissements d'enseignement dans lesquels il a pratiqué[4] :

  • professeur de physique au collège de Limoges : octobre 1844
  • professeur à Lyon : mars 1848
  • professeur suppléant de physique au lycée Saint-Louis : avril 1848
  • professeur de physique au lycée de Versailles
  • second professeur de physique au lycée Louis-le-Grand : août 1853
  • premier professeur de physique et chimie au lycée Louis-le-Grand : 1860
  • inspecteur de l'académie de Paris : décembre 1868
  • proviseur du lycée de Vanves : janvier 1872 (il occupe ce poste jusqu'à son décès en août 1883.

Augustin Privat-Deschanel est décédé le 14 août 1883 à Vanves (commune qui était alors rattachée au département de la Seine).

Extrait du Précis de physique[modifier | modifier le code]

Page extraite de : Augustin Privat-Deschanel, Précis de physique contenant les matières exigées pour l'admission à l'École polytechnique, Paris, Dezobry, E. Magdeleine, 1855 (ce texte est disponible sur le site Internet de la Bibliothèque nationale de France : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k205700x) :

« Identité de la pesanteur et de l'attraction universelle.

En observant avec une incomparable sagacité et pendant de longues années les mouvements des planètes, Kepler reconnut les trois célèbres lois qui portent son nom et que nous rappellerons ici : (1) Les planètes décrivent des ellipses dont le soleil occupe un des foyers ; (2) Les aires décrites par le rayon vecteur d'une planète sont proportionnels aux temps ; (3) Les carrés des temps des révolutions de deux planètes sont proportionnels aux cubes des grands axes de leurs orbites. Ces trois lois définissent avec une admirable simplicité le mécanisme du mouvement des planètes autour du soleil. La première indique la nature de la trajectoire ; la seconde, la loi générale du mouvement sur cette trajectoire elle-même ; enfin la troisième établit un rapport entre les mouvements des différentes parties de notre système solaire.

Newton eut la gloire de substituer aux lois de Kepler une loi plus étendue dont les premières devenaient de simples conséquences. Il démontra en effet que les mouvements des planètes s'expliquent avec une grande netteté, en admettant que la planète est attirée par le soleil, que cette attraction a la même valeur pour toutes les planètes, à l'unité de distance ; mais qu'elle varie en raison inverse du carré de la distance au soleil. Il suffit dès lors de combiner cette force attractive du soleil avec une impulsion primitive donnée à la planète, pour expliquer le mouvement de celle-ci ; on reconnaît de la sorte que ce mouvement doit satisfaire aux lois de Kepler. Donnant enfin le dernier degré de précision et de simplicité à cette grande loi de la nature, Newton fut conduit à poser en principe que deux molécules matérielles s'attirent mutuellement suivant la ligne droite qui les joint, proportionnellement à leur masse et en raison inverse du carré de leur distance. (...)

Il est, d'après cela, tout naturel de considérer la pesanteur comme un cas particulier de l'attraction universelle... »

On peut noter que, lorsque décède, en 1883, le physicien Augustin Privat-Deschanel, un autre physicien, Albert Einstein, né en 1879, est encore un petit enfant ; Albert Einstein proposera une théorie générale de la gravitation, qui dépassera, en l’englobant, la physique d’Isaac Newton, inventée deux siècles plus tôt ; cet « élargissement » des perspectives de pensée est très exactement ce que décrit le pédagogue Privat-Deschanel quand il met en valeur le génie de Newton qui a su « substituer aux lois de Kepler une loi plus étendue dont les premières devenaient de simples conséquences ».

Les ouvrages d’Augustin Privat-Deschanel[modifier | modifier le code]

Ouvrages en français[modifier | modifier le code]

  • Augustin Privat-Deschanel, Précis de physique contenant les matières exigées pour l'admission à l'École polytechnique, Paris, Dezobry, E. Magdeleine, 1855
  • Augustin Privat-Deschanel, Chimie organique, Paris, Dezobry, E. Magdeleine et Cie, 1856
  • Augustin Privat-Deschanel, Mécanique, Paris, Dezobry et E. Magdeleine, 1856
  • Augustin Privat-Deschanel, Cours de mécanique, rédigé conformément aux programmes des lycées du 7 août 1857, Paris, Dezobry, E. Magdeleine, 1857
  • Augustin Privat-Deschanel et Adolphe Focillon, Memento des matières exigées pour l'examen du baccalauréat ès sciences, nouveau programme du 7 août 1857, Paris, Dezobry, E. Magdeleine et Cie, (1858)
  • Augustin Privat-Deschanel et Adolphe Focillon, Dictionnaire général des sciences théoriques et appliquées, Paris, Garnier frères, 1864-1867
  • Augustin Privat-Deschanel et Adolphe Focillon, Cours élémentaire de chimie rédigé conformément aux programmes des lycées, Paris, C. Delagrave, 1866-1867
  • Augustin Privat-Deschanel, Exposition universelle de 1867 à Paris. Rapports du jury international. Appareils d'électricité, de magnétisme et de physique mécanique, Paris, impr. de P. Dupont, 1867
  • Augustin Privat-Deschanel, Traité élémentaire de physique, Paris, L. Hachette, 1868
  • Augustin Privat-Deschanel et J. Pichot, Notions élémentaires de physique contenant les matières indiquées par les programmes officiels du 23 juillet 1874, Paris, Hachette, 1874
  • Augustin Privat-Deschanel et J. Pichot, Notions élémentaires de physique contenant les matières indiquées par les programmes officiels du 2 août 1880, Paris, Hachette, 1880
  • Augustin Privat-Deschanel, Premières notions de chimie rédigées conformément aux programmes officiels du 2 août 1880, pour la classe de sixième, Paris, Hachette, 1881
  • Augustin Privat-Deschanel, Premières notions de physique rédigées conformément aux programmes officiels du 2 août 1880, pour la classe de sixième, Paris, Hachette, 1881

Ouvrages en anglais[modifier | modifier le code]

  • Augustin Privat-Deschanel et Joseph David Everett, Elementary treatise on natural philosophy, Londres, Blackie & Son, 1880

Sources[modifier | modifier le code]

  • Pierre Delage, Lycée Gay-Lussac : 5 siècles d'enseignement, Saint-Paul, Le Puy Fraud éd., 2010
  • Gustave Dupont-Ferrier, La Vie quotidienne d'un collège parisien pendant plus de trois cent cinquante ans : du collège de Clermont au lycée Louis-le-Grand (1563-1920), Paris, E. de Boccard, 1921

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://www.idref.fr/118815202 IdRef, Le référentiel des autorités Sudoc : Augustin Privat-Deschanel
  2. a et b Pierre Delage, Lycée Gay-Lussac : 5 siècles d'enseignement, Saint-Paul, Le Puy Fraud éd., 2010
  3. a et b Gustave Dupont-Ferrier, La Vie quotidienne d'un collège parisien pendant plus de trois cent cinquante ans : du collège de Clermont au lycée Louis-le-Grand (1563-1920), Paris, E. de Boccard, 1921
  4. Gustave Dupont-Ferrier, La Vie quotidienne d'un collège parisien pendant plus de trois cent cinquante ans : du collège de Clermont au lycée Louis-le-Grand (1563-1920), Paris, E. de Boccard, 1921

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Base Léonore • Bibliothèque royale des Pays-Bas • Bibliothèque nationale d’Israël • Bibliothèque apostolique vaticane • Bibliothèque nationale d’Australie • WorldCat