Auguste (navire)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Auguste
Type Vaisseau
Histoire
A servi dans Royal Standard of King Louis XIV.svg Nouvelle-France
Commandé Royaume de France
Lancement 1750
Caractéristiques techniques
Tonnage 60 tonnes
Propulsion Voile

L’Auguste était un navire corsaire[1] français qui fut naufragé au large de l'île du Cap-Breton en 1761, lorsqu'il transportait les exilés après la chute de la Nouvelle-France.

L’Auguste fut capturé par les anglais et converti en navire marchand[1]. En septembre 1761, il fut engagé par le gouvernement britannique pour le transport des exilés français et canadiens de Montréal vers la France. Pour le voyage, le commandement fut donné à Joseph Knowles, un capitaine anglais. Le navire n'était pas armé et transportait 121 passagers et membres d'équipage. Dès que le navire quitta l'embouchure du Saint-Laurent le 28 octobre, le vaisseau encourut de forts vents contraires, et de fortes vagues qui endommagèrent le navire. Avec un bateau qui prenait l'eau, un équipage épuisé et des gréements endommagés, le capitaine chercha à prendre refuge dans une baie du Cap-Breton. Cependant, Knowles ne fut pas capable de trouver un endroit sûr pour l’Auguste car il n'avait que des cartes des côtes françaises. Le navire échoua sur le côté nord-est du Cap-Breton, proche de l'anse Aspy. Seulement 7 des 121 personnes à bord ont pu regagner la terre ferme vivants. Des naufragés qui ont survécu, il y avait le capitaine, le marchand Luc de la Corne, deux soldats, deux servants, et un soldat retraité. Ces sept survivants parvinrent à retourner, à pied, jusqu'à Québec et l'un d'eux, le capitaine Saint-Luc de la Corne, décrivit le naufrage (où il perdit ses deux fils et autres parents) ainsi que leur voyage de retour.

Plusieurs Canadiens notables périrent durant le naufrage, dont Charles-René Dejordy de Villebon, Louis-Joseph Gaultier de La Vérendrye, François-Josué de la Corne Dubreuil et Louis de La Corne.

Parmi les avoirs de ses passagers, le navire contenait une quantité considérable d'or et d'argent. Ceci a attiré un certain nombre de chercheurs de trésors, incluant Joe Amaral, et certains archéologues de Parcs Canada. Plusieurs artéfacts de l’Auguste peuvent être vus au Musée maritime de l'Atlantique à Halifax.

Références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  • Documentaire La Tragédie du Trésor d'un Navire au poste National Geographic Channel
  • Michel Vergé-Franceschi, Dictionnaire d'Histoire maritime, éditions Robert Laffont, coll. « Bouquins »,
  • Jean Meyer et Martine Acerra, Histoire de la marine française, Rennes, éditions Ouest-France,
  • Jean-Michel Roche, Dictionnaire des bâtiments de la flotte de guerre française de Colbert à nos jours, t. 1, de 1671 à 1870, éditions LTP, , 530 p. (lire en ligne)
  • Georges Lacour-Gayet, La Marine militaire de la France sous le règne de Louis XV, Honoré Champion éditeur, 1902, édition revue et augmentée en 1910 (lire en ligne)
  • Saint-Luc de La Corne, Journal du voyage de M. Saint-Luc de La Corne écuyer, dans le Navire l'Auguste en l'an 1761, Montréal, Fleury Mesplet,

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]