Association libanaise pour le développement de la psychanalyse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Association libanaise pour le développement de la psychanalyse
Image illustrative de l'article Association libanaise pour le développement de la psychanalyse
Fondation 26 mars 2009
Discipline Psychanalyse
Objectifs Développement de la psychanalyse, formation de candidats
Pays Drapeau du Liban Liban
Ville Beyrouth
Langue Français, arabe, anglais
Fondateur M. Charabaty, W. Kallassi, M.-T. Khair Badawi, N. Khouri, M. Khoury
Membres M. Charabaty, W. Kallassi, M.-T. Khair Badawi, N. Khouri, M. Khoury, M. Osseiran
Affiliation Association psychanalytique internationale, Fédération européenne de psychanalyse
Site web http://aldep.org/

L'Association libanaise pour le développement de la psychanalyse (ALDeP) est fondée en 2009, avec pour objectifs de promouvoir la pensée psychanalytique et d'organiser la formation de candidats psychanalystes.

Histoire[modifier | modifier le code]

La pratique de la psychanalyse s'implante au Liban dans les années 70 avec des psychologues et des psychiatres intéressés par la pensée freudienne. La guerre civile libanaise de 1975 entrave quelque peu ce premier élan, sans empêcher les pionniers de poursuivre leurs activités cliniques et universitaires.

Quelques années après le début de la guerre, une première société psychanalytique, la Société libanaise de psychanalyse voit le jour. De cette société, se dégagent groupes et associations[1], dont l'Association libanaise pour le développement de la psychanalyse.

Création de l'Association libanaise pour le développement de la psychanalyse[modifier | modifier le code]

En mars 2009, cinq psychanalystes, Mona Charabaty, Wafica Kallassi, Marie-Thérèse Khair Badawi, Nagib Khouri et Maurice Khoury (rejoints plus tard par Mouzayan Osseiran), fondent l'Association libanaise pour le développement de la psychanalyse. Cette association est reconnue par l'État libanais le 26 mars 2009[2].

En janvier 2010, l'ALDeP adhère en tant que groupe d'étude à l'Association psychanalytique internationale (API)[3] et à la Fédération européenne de psychanalyse[4].

Activités scientifiques et formation[modifier | modifier le code]

Activités scientifiques[modifier | modifier le code]

Les activités scientifiques de l'ALDeP consistent en des séminaires[5], ateliers cliniques, conférences[6], rencontres et journées d'études. Les séminaires internes sont réservés aux psychanalystes en formation. D'autres séminaires et ateliers cliniques, ouverts, accueillent des psychanalystes et des psychothérapeutes intéressés par la psychanalyse, ainsi que par des sujets divers, alimentés par la réflexion psychanalytique.

Les conférences et rencontres, également ouvertes, sont destinées à un public plus large. Elles portent sur des sujets qui concernent directement la psychanalyse ou consistent en des rencontres autour d'ouvrages psychanalytiques et littéraires. En outre, et dans une perspective de dialogue, l'ALDeP inaugure depuis 2016 une série de débats avec des psychiatres et des thérapeutes d'approche non-analytique.

Les membres de l'ALDeP participent par ailleurs activement[7] à des rencontres scientifiques extérieures à l'association, notamment au Congrès des psychanalystes de langue française et à ceux de l'API et de l'EPF.

Formation[modifier | modifier le code]

Comme pour tous les modèles de formation psychanalytique[8], la formation se base sur le triptyque : psychanalyse personnelle, cures supervisées et enseignement théorique et clinique. À l'ALDeP, le futur candidat doit effectuer, préalablement à la demande institutionnelle, une psychanalyse personnelle avec un membre de l’ALDeP ou d'une autre société membre de l’Association psychanalytique internationale. Il lui est ensuite demandé de conduire des psychanalyses supervisées et de suivre l’enseignement théorique et clinique de l'Association si sa candidature est acceptée. À l'issue de cette formation et après validation, il peut faire une démarche pour devenir membre de l’ALDeP.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Daniel Widlöcher, The IPA administration from 2001 to 2005, in 100 years of the IPA; The centenary History of the International Psychoanalytical Association, 1910-2010; Evolution and change. Peter Loewenberg & Nellie L. Thompson, UK, Karnac, , 560 p., p.528
  2. Journal officiel du 2/04/2009.
  3. Page de l'association dans le site de l'API.
  4. Page des associations sur le site de la Fédération européenne de psychanalyse, consultée en ligne le 4.02.16.
  5. Page des séminaires sur le site de l'ALDeP.
  6. Page des conférences sur le site de l'ALDeP.
  7. Pour le Congrès des psychanalystes de langue française, voir les communications, articles, interventions et animation d'ateliers des membres de l'ALDeP parus dans les différents numéros du Bulletin de la Société Psychanalytique de Paris, Presses universitaires de France (68, 82, 83, 94, 102, 103, 106, 2014/1, 2014/2, 2015/1, 2016/1, 2017/1) et de la Revue Française de Psychanalyse, Presses universitaires de France (1999, 2007, 2008, 2010, 2011).
  8. Il existe au sein de l'Association psychanalytique internationale trois modèles reconnus de formation : le modèle Eitingon (inauguré par Max Eitingon au début des années 20 à l'institut de Berlin), le modèle français (dans lequel la psychanalyse personnelle est indépendante de la demande institutionnelle de formation proprement dite) et le modèle uruguayen (qui associe des critères des deux précédents modèles).

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]