Assassinat d'Indira Gandhi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Assassinat d'Indira Gandhi
Image illustrative de l’article Assassinat d'Indira Gandhi
Mémorial sur le lieu de l'assassinat, sur la Safdarjung Road (en), à New Delhi.

Cible Indira Gandhi
Date
h 29
Type Assassinat
Morts 1
Auteurs Satwant Singh (en) et Beant Singh (en)
Mouvance Séparatisme sikh

L'assassinat d'Indira Gandhi est l'assassinat de la Première ministre indienne Indira Gandhi survenu le à h 29 dans sa résidence de Safdarjung Road (en) à New Delhi. Elle a été tuée par Satwant Singh (en) et Beant Singh (en), ses gardes du corps sikhs, à la suite de l'opération Blue Star. L'opération Blue Star était un massacre militaire indien perpétré entre le et le , ordonné par Indira Gandhi, dans le but de retirer le chef sikh Jarnail Singh Bhindranwale et ses partisans armés des bâtiments du complexe d'Harmandir Sahib à Amritsar, dans le Pendjab. De nombreux pèlerins ont été tués, et l'Akal Takht a subi des dommages. L'action militaire sur le temple sacré a été critiquée par les Sikhs du monde entier.

Contexte[modifier | modifier le code]

L'opération Blue Star était un massacre militaire indien perpétré entre le et le , ordonné par Indira Gandhi, dans le but de retirer le chef sikh Jarnail Singh Bhindranwale et ses partisans armés des bâtiments du complexe d'Harmandir Sahib à Amritsar, dans le Pendjab. L'opération Blue Star a eu un large impact sur la politique en Inde, car de nombreux jeunes sikhs ont rejoint le mouvement du Khalistan. Indira Gandhi était impopulaire parmi les Sikhs en raison de son rôle dans l'opération, qui avait endommagé des parties de l'Akal Takhtet et fait des victimes. La sensibilité des Sikhs a été offensée avec l'entrée du personnel militaire avec des bottes dans le complexe du temple et à cause de la destruction des écritures et des manuscrits sikhs dans la bibliothèque du temple qui ont pris feu à cause des explosifs utilisés pendant l'opération. De telles actions ont conduit à une atmosphère de méfiance envers le gouvernement et se sont soldées par une conspiration pour assassiner Indira Gandhi. L'assassinat s'est produit dans les cinq mois suivant la fin de l'opération.

La perception d'une menace pour la vie d'Indira Gandhi s'est accrue après l'opération. En conséquence, des sikhs ont été retirés de sa garde du corps personnel par le Bureau du renseignement (en) par crainte d'un assassinat. Cependant, Gandhi pensait que cela renforcerait son image anti-sikh auprès du public et renforcerait ses opposants politiques. Elle a ordonné au Special Protection Group (en) de réintégrer ses gardes du corps sikhs, y compris Beant Singh, qui aurait été son favori.

Assassinat[modifier | modifier le code]

L'endroit où Indira Gandhi a été abattu est marqué par une ouverture de verre dans la voie cristalline du mémorial Indira Gandhi.

Vers 9h20, heure normale de l'Inde, le 31 octobre 1984, Indira Gandhi était sur le point d'être interviewée par l'acteur britannique Peter Ustinov qui tournait un documentaire pour la télévision irlandaise. Elle portait un sari de safran avec une bordure noire et accompagnée du constable Narayan Singh, du responsable de la sécurité personnelle Rameshwar Dayal et du secrétaire personnel, RK Dhawan (en). Elle se promenait dans le jardin de la résidence du Premier ministre au n°1 Safdarjung Road à New Delhi en direction du bureau voisin du 1 Akbar Road.

Indira Gandhi a passé un portillon gardé par Satwant Singh et Beant Singh, et les deux hommes ont ouvert le feu. Beant Singh lui a tiré trois balles dans l'abdomen avec son revolver .38, puis Satwant Singh a tiré 30 balles avec sa mitraillette Sten après qu'elle soit tombée au sol. Les deux hommes ont ensuite jeté leurs armes et Beant Singh a dit: "J'ai fait ce que je devais faire. Vous faites ce que vous voulez faire." Dans les six minutes qui ont suivi, les agents de la police des frontières Tarsem Singh Jamwal et Ram Saran ont capturé et tué Beant Singh, tandis que Satwant Singh a été arrêté par les autres gardes du corps de Gandhi, ainsi qu'un complice tentant de s'échapper; il a été grièvement blessé. Satwant Singh a été pendu en 1989 avec le complice Kehar Singh (en).

Salma Sultan (en) a donné les premières nouvelles de l'assassinat de Gandhi aux nouvelles du soir de Doordarshan le 31 octobre 1984, plus de dix heures après sa mort. Il est allégué que le secrétaire de Gandhi, RK Dhawan, a renvoyé les responsables du renseignement et de la sécurité qui avaient ordonné le retrait des policiers sikhs comme une menace pour la sécurité, y compris ses assassins.

Beant Singh était l'un des gardes préférés d'Indira Gandhi, qu'elle connaissait depuis dix ans. Parce qu'il était sikh, il avait été retiré de son personnel après l'opération Blue Star. Mais Indira Gandhi s'était assuré qu'ils soient réintégré. Satwant Singh avait 22 ans quand il l'a tuée et avait été assigné à la garde de Gandhi juste cinq mois avant son assassinat.

Mort[modifier | modifier le code]

Le sari taché de sang de Gandhi et ses effets personnels au moment de son assassinat, conservés au Indira Gandhi Memorial Museum de New Delhi.

Indira Gandhi a été emmenée à l'Institut indien des sciences médicales (en) de New Delhi à 9h30, où des médecins l'ont opérée. Elle a été déclarée morte à 14h20. L'examen post mortem a été effectué par une équipe de médecins dirigée par Tirath Das Dogra (en), qui a déclaré que 30 balles avaient touché Indira Gandhi à l'aide d'une mitrailleuse Sten et d'un revolver. Les assaillants lui avaient tiré 33 balles, dont 30 l'avaient touchées; 23 avaient traversé son corps, tandis que sept restaient à l'intérieur. Tirath Das Dogra a extrait des balles pour établir l'identité des armes et corréler chaque arme avec les balles récupérées par examen balistique. Les balles étaient assorties d'armes respectives au CFSL Delhi. Son corps a été emmené dans une calèche à travers les routes de Delhi dans la matinée du 1er novembre à Teen Murti Bhavan (en) où son père est resté et où elle était en état. Elle a été incinérée le 3 novembre près de Raj Ghat, un mémorial du Mahatma Gandhi, dans une zone nommée Shakti Sthal. Son fils aîné et successeur Rajiv Gandhi a allumé le bûcher.

Conséquences[modifier | modifier le code]

Au cours des quatre jours suivants, des milliers de Sikhs ont été tués lors de représailles.

La commission d'enquête Justice Thakkar (dirigée par le juge Manharlal Pranlal Thakkar (en)), mise en place pour enquêter sur l'assassinat de Gandhi, a recommandé une enquête distincte pour le complot derrière l'assassinat. Le rapport Thakkar a déclaré que les soupçons pointait RK Dhawan pour complicité dans le complot.

Satwant Singh et le complice présumé Kehar Singh ont été condamnés à mort. Tous deux ont été exécutés le 6 janvier 1989.

Un film punjabi intitulé Kaum De Heere (en) mettant en évidence le rôle et la vie des deux gardes qui ont assassiné Indira Gandhi devait sortir le 22 août 2014, mais a été interdit par le gouvernement indien.

Notes et références[modifier | modifier le code]