Armsheim

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Armsheim
Blason de Armsheim
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Flag of Rhineland-Palatinate.svg Rhénanie-Palatinat
Arrondissement
(Landkreis)
Alzey-Worms
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Peter Starck
Code postal 55288
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
07 3 31 004
Indicatif téléphonique 06734
Immatriculation AZ
Démographie
Population 2 596 hab. (31/12/2008)
Densité 258 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 48′ 28″ nord, 8° 03′ 29″ est
Altitude 142 m
Superficie 1 005 ha = 10,05 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Armsheim

Géolocalisation sur la carte : Allemagne

Voir la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Armsheim
Liens
Site web www.armsheim.de

Armsheim est une commune allemande viticole de Rhénanie-Palatinat. Le village est situé au cœur des vignobles de la Hesse-Rhénane.

Géographie[modifier | modifier le code]

Armsheim se trouve à environ 14 km de Alzey, à 18 km de Bad Kreuznach, Bingen-Am-Rhein de 25 km et 30 km environ au sud-ouest de Mayence. La commune se trouve au pied du Wißberg (d´une hauteur de 271 m) et est caractérisée par sa viticulture et par l´agriculture.

Histoire[modifier | modifier le code]

D´après les anciens documents Armsheim, était une fondation de Francs ripuaires après la bataille de Tolbiac. Le maire du palais Pépin de Herstal a fait donations dans les trois villes de Wörrstadt, Armsheim et Saulheim à l'église Saint-Nicomède de Mayence[1],[2].

Le 29 mars (1792), le quartier-général du duc de Brunswick était à Armsheim ; les Hessois passèrent la Nahe à Bingen, et marchèrent à Engelstadt, l'avant-garde à Uffhofen. Le 5o, l'armée prussienne se rassembla près de Armsheim, et marcha, à deux heures du matin, par la gauche, sur Âlsheim ; elle se porta ensuite dans la plaine d'Oppenheim et Worms. citation de Traité des grandes opérations militaires, contenant l'histoire critique des campagnes de Frédéric II, comparées à celles de l'empereur Napoléon: avec un recueil des principes généraux de l'art de la guerre par le historien Antoine de Jomini 1811.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jahrbücher des Vereins von Alterthumsfreunden im Rheinlande carnet 74, 1882, p. 157, en ligne
  2. Reinhard Schmid, « Geschichtlicher Abriss des Klosters Nikomedes (Mainz) », Institut für Geschichtliche Landeskunde an der Universität Mainz (consulté le 13 avril 2018)

Jumelages[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :