Armand Claude Mollet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mollet (homonymie).

Armand-Claude Mollet
Présentation
Naissance
Paris
Décès
Paris
Nationalité Drapeau du royaume de France Royaume de France
Œuvre
Réalisations Palais de l'Élysée
Distinctions Académie royale d'architecture (1699)
Entourage familial
Père Charles Mollet
Famille Claude I Mollet (arrière-grand-père)
Claude II Mollet (grand-père)

Armand-Claude Mollet est un architecte français, né à Paris en 1660, et mort à Paris, dans son logement du Louvre, le [1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est issu d'une célèbre dynastie de jardiniers, fils de Charles Mollet, jardinier au Louvre, petit-fils de Claude II Mollet et arrière-petit-fils de Claude I Mollet. La charge de dessinateur des jardins du roi lui revient après la mort de son père, mais il préfère se tourner vers l'architecture[2], et entre à l'Académie royale d'architecture en 1699.

En 1692 lui a accordé la charge de jardinier du Petit Jardin devant le château du Louvre par démission de son père, Charles Mollet, sous condition de survivance au profit de son fils[3].

Il a construit l'hôtel d'Humières, vers 1716. Cet hôtel a été démoli en 1905.

En 1718, il vend un terrain en sa possession, dans le faubourg Saint-Honoré, à Louis Henri de La Tour d'Auvergne, comte d'Évreux, qui le charge de construire un hôtel, édifié et décoré entre 1718 et 1722[4] : c'est le futur palais de l'Élysée. Il est également intervenu sur différents hôtels particuliers à Paris[5].

En 1723 il est l'architecte de l'hôtel Bataille de Francès, place Vendôme.

Il a construit le château de Stains pour Toussaint Bellanger (vers 1662-1740), garde du Sceau de la chancellerie de France après avoir été notaire au Châtelet de Paris entre 1690 et 1710. Ce dernier avait acquis la seigneurie de Stains de Charles-Louis Félix le 13 mai 1714[6].

Chevalier de l'ordre de Saint-Michel le 11 mai 1732.

Il s'est marié en 1691 avec Françoise-Andrée Bombe, nièce de Françoise Langlois mariée à André Le Nôtre[7]. De cette union sont nés six enfants, dont deux fils architectes, André-Armand Mollet et Louis-François Mollet, deux autres ont été abbés, le cadet, Mathieu était gentilhomme, maréchal des logis de la Reine. Sa fille, Françoise Toussaint Mollet, a été mariée avec Jules-Martin Desjardins, sculpteur du roi, décédée le 3 décembre 1750[8].

Travaux

Généalogie simplifiée[modifier | modifier le code]

Les généalogies de la famille Mollet données dans les livres de Dominique Garrigues, Jardins et jardiniers de Versailles au grand siècle, p. 309-310, et de Patricia Bouchenot-Déchin, André Le Nôtre, sont différentes. Le début de l'arbre proposé est celui de Dominique Garrigues, la fin, celui de Patricia Bouchenot-Déchin.

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jean I Mollet[9]
laboureur
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Jacques I Mollet
jardinier du duc d'Aumale
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Claude I Mollet
(1557-1647)
premier jardinier du roi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pierre Mollet
(vers 1595-1660)
jardinier aux Tuileries
 
 
 
 
 
Claude 2 Mollet
(mort en septembre 1664)
premier jardinier du roi
 
 
 
 
 
André Mollet
(vers 1600-1665)
jardinier du roi au Louvre et aux Tuileries
 
 
 
 
 
Jacques 2 Mollet
(mort en 1622)
jardinier du roi à Fontainebleau
 
 
 
 
 
Noël Mollet
jardinier du roi
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Suzanne Mollet
 
 
Charles Mollet
(mort en 1693)
jardinier au Louvre
 
 
 
Gabriel Mollet
(mort vers 1662)
assiste son oncle en Angleterre
 
 
Jean 2 Mollet
Jardinier, succède à son père en Suède
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Armand Mollet
(mort en 1742)
 
 
Armand Claude Mollet
dessinateur des jardins di roi
Architecte du roi
 
 
 
Armand-Louis Mollet
 
 
Jean-François Mollet
Jardinier du roi au Petit jardin de la Reine au Louvre
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
André-Armand Mollet
(vers 1692-fin 1719/début 1720[10])
Architecte du roi
 
 
Louis-François Mollet
(1695-1757)
Architecte du roi
 
 
 
Armand-Robert Mollet
Écuyer
Abbé
 
 
Nicolas de Mollet
(mort en 1769)
écuyer, bachelier en théologie de la faculté de Paris
 
 
Mathieu Mollet
(1705-an IV)
Écuyer, gentilhomme ordinaire
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Armand-Louis de Mollet
(mort après 1778)
Écuyer, contrôleur général des bâtiments du roi au château de Monceaux en 1758[11]
 
 
 
Jeanne-Marguerite de Mollet
 
Adrien-David Gohier de Valcourt
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bernard-Claude de Mollet
contôleur général des bâtiments, jardins, arts et manufactures de France
 
 
 
 
 
Adrienne-Thérèse Gohier de Valcourt
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Louis Mollet
mort en 1810
contôleur général des bâtiments du roi
 

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir : Jules Guiffrey.
  2. Dominique Garrigues, Jardins et jardiniers de Versailles au Grand Siècle, Seyssel, Champ Vallon, 2001, p. 309.
  3. Voir : M. A. L. Lacordaire.
  4. Le Palais de L'Élysée et son histoire, notice sur le site officiel du palais de l'Élysée. Consulté le 7 juillet 2012.
  5. Michel Gallet, Les Architectes parisiens du XVIIIe siècle, Paris, Mengès, 1995, p. 369-370.
  6. Tourisme 93 : L'hôtel de ville de Stains
  7. Françoise Langlois fait une donation en 1701 à l'aîné des fils d'Armand-Claude Mollet, André(-Armand) Mollet (voir : Marquis de Granges de Surgères).
  8. Mercure de France dédié au roi janvier 1750, p. 203, Paris (lire en ligne)
  9. Voir : Dominique Garrigues, Jardins et jardiniers de Versailles au grand siècle, p. 309-310, Champ Vallon (collection Époques), Seyssel, 2001 (ISBN 2-87673-337-4) extraits
  10. Son décès est annoncé en janvier 1720 au cours d'une réunion de l'Académie royale d'architecture. La date de 1742 donnée par le marquis de Granges de Surgères d'après Bauchal et Lance doit correspondre à Armand Mollet. Il n'a pas dû avoir de postérité, ce qui explique qu'il n'apparaisse pas parmi les héritiers d'Armand-Claude Mollet au moment de l'inventaire après décès.
  11. État general de la France, enrichi de gravures, tome 1, p. 140, Paris, 1789 (Lire en ligne)

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Louis de Grandmaison, Essai d'armorial des artistes français. Lettres de noblesse. Preuves pour l'Ordre de Saint-Michel, p. 321-322, Réunion des sociétés savantes des départements à la Sorbonne. Section des beaux-arts, Ministère de l'instruction publique, 1903, 27e session (lire en ligne)
  • Textes réunis et annotés par le marquis de Granges de Surgères, Artistes françaises du XVIIe et XVIIIe siècles (1681-1787), p. 148-149, Charavay Frères éditeurs, Paris, 1893 (lire en ligne)
  • M. A. L. Lacordaire, Brevets accordés par les rois Henri IV, Louis XIII, Louis XIV et Louis XV à divers artistes, peintres, sculpteurs, graveurs, orfévres, etc. - Armand Claude Mollet (Du 1er février1692), p. 216-218, Archives de l'art français, tome 3, 1853-1855 (lire en ligne)
  • Jules Guiffrey, Scellés et inventaires. CIII. Armand-Claude Mollet. Architecte et contrôleur général des bâtiments du roi. 23 janvier 1742, p. 7-17, Nouvelles archives de l'art français, tome V, 1884 (lire en ligne)
  • Charles Bauchal, p. 431, Nouveau dictionnaire biographique et critique des architectes français, André, Daly fils et Cie, 1887 (lire en ligne (vue 451))
  • Adolphe Lance, Dictionnaire des architectes français, tome 2, L - Z, p. 145-146, Vve A. Morel et Cie, éditeurs, 1872 (voire en ligne (vue 156))

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]