Aram Andonian

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aram Andonian
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Արամ ԱնտոնեանVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Historien, journaliste, journaliste d'opinion, écrivain, personnalité, dessinateurVoir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Aram Andonian (en arménien : Արամ Անտոնեան ; 1875, Constantinople, Paris) est un journaliste, historien et écrivain arménien, survivant du génocide arménien. Il est notamment connu pour avoir publié les documents Andonian, recueil de télégrammes sur le déroulement du génocide.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aram Andonian naît à Péra (en turc Beyoğlu), quartier de Constantinople, en 1875[1]. Il est le fils d’un pécheur arménien (ou d’un employé dans une pêcherie d’État) appelé Andon[1]. Il passe sa petite enfance à Scutari (en turc Üsküdar) où un maître arménien lui inculque rudement des rudiments de lecture et d’écriture, puis il fréquente de 8 à 12 ans l’école arménienne Narekian de Péra et enfin, à Koule Kapou, le collège Saint-Pierre des « Frères français » qu’il quitte avant ses 14 ans[1].

C'est dans la capitale ottomane qu'il contribue à des journaux arméniens comme Luys (Lumière), Dzaghik (Fleur) et Gavroche[2], ainsi qu'au magazine Surhandak (Messager).

Durant la Première Guerre mondiale, il sert au département de la censure militaire de l'Empire ottoman[3]. Lors de la rafle des intellectuels arméniens du 24 avril 1915 à Constantinople, il est arrêté et déporté à Chankiri, puis Ras-al-Eyne et Meskene[4]. Il survit en se cachant à Alep[5]. C'est là qu'il rencontre Naïm Bey lors de l'occupation britannique[6] et recueille ses mémoires, publiées en 1919 sous le titre français de Documents officiels concernant les massacres arméniens.

Par la suite, il vit à Paris où il dirige de 1928 à 1951 la librairie Nubarian, protégeant la collection sous l'Occupation. Il y meurt le [1].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Shirvanzade (biographie de Alexander Shirvanzade), Constantinople, 1911.
  • (hy) Պատկերազարդ ընդարձակ պատմութիւն Պալքանեան պատերազմին [« Histoire complète illustrée de la guerre des Balkans »], Constantinople, Impr. O Ardzouman,‎ , 1040 p. en cinq volumes (une version turque a été traduite à Aras Yayincilik) :
  • Ayn sev orerun (Souvenirs du génocide arménien), Boston 1919.
  • Documents officiels concernant les massacres arméniens, Londres 1920.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d Anahide Ter Minassian 2008.
  2. Anahide Ter Minassian, « Les dessins satiriques dans le périodique arménien Gavroche (1908-1920) », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, nos 77-78 « L'humour en Orient »,‎ , p. 128 (lire en ligne)
  3. (en) Gerard J. Libaridian, A Crime of Silence: The Armenian Genocide, Tribunal permanent des peuples, , p. 123.
  4. (en) Richard G. Hovannisian, The Armenian Genocide: Cultural and Ethical Legacies, Transaction Publishers, , p. 55.
  5. (en) Hilmar Kaiser, Nancy Eskijian et Luther Eskijian, At the crossroads of Der Zor, , p. 93.
  6. (en) Stanley Elphinstone Kerr, The Lions of Marash, , p. 15.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]