Apo Lazaridès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lazaridès.
Lazaridès
Defaut 2.svg
Informations
Surnom
L'enfant grec[1]
Naissance
Décès
(à 73 ans)
Cannes +
Nationalité
Équipes professionnelles
1946-1949 France Sport - Dunlop
1950 Helyett - Hutchinson
1951-1952 France Sport - Dunlop
1953 Rochet - Dunlop
1953 Helyett - Hutchinson
1954 Ideor
1954-1955 Arliguie - Hutchinson
Principales victoires

Jean-Apôtre Lazaridès, dit Apo Lazaridès, né à Marles-les-Mines le et mort à Nice le [1], est un coureur cycliste français d'origine grecque. Il est naturalisé français en août 1929.

Son frère Lucien, né en 1922, fut également coureur professionnel. Il a remporté le Critérium du Dauphiné libéré 1949 et a été 3e du Tour de France 1951.

Apo Lazaridès est inhumé au cimetière du Grand Jas.

Carrière[modifier | modifier le code]

Il a été professionnel de 1946 à 1955. Petit gabarit d'un mètre soixante-trois, Apo Lazaridès fut un grimpeur très populaire. Il est remarqué juste après la guerre par René Vietto, dont il fut l’équipier.

Parmi ses principales performances figurent une place de deuxième au Championnat du monde sur route en 1948, derrière le Belge Albéric Schotte, une victoire dans la Polymultipliée en 1949 et une place de deuxième dans le Critérium du Dauphiné libéré 1950.

Il a participé à sept Tours de France et s'est notamment classé 10e en 1947 et 9e en 1949.

Palmarès[modifier | modifier le code]

  • 1943
    • Boucles de Sospel
  • 1946
    • Monaco-Paris
    • Marseille-Monaco
    • 5e étape de la Ronde de France
    • 3e étape du Circuit des six provinces
    • 3e du Grand Prix du débarquement-sud

Résultats sur les grands tours[modifier | modifier le code]

Tour de France[modifier | modifier le code]

Tour d'Italie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Louis Le Touzet, « Cyclisme. Apostolos Lazarides est mort à 73 ans. Fin de course pour « l'enfant grec ». », Libération,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]