Anthony Ashley-Cooper (1er comte de Shaftesbury)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Anthony Ashley-Cooper.
Anthony Ashley-Cooper
Anthony Ashley-Cooper, 1st Earl of Shaftesbury.jpg

Anthony Ashley-Cooper.

Fonctions
President of the Board of Trade
-
-
John Egerton, 3rd Earl of Bridgewater (en)
Chancelier de l'Échiquier
-
John Duncombe (en)
Lord Chancelier
Orlando Bridgeman (en)
Heneage Finch (en)
Lord Président du Conseil
John Robartes (en)
Député au Parlement du Royaume d'Angleterre (d)
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Anthony Ashley CooperVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Activités
Père
John Cooper (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
George Cooper (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Anthony Ashley-Cooper (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Membre de

Anthony Ashley-Cooper PC (22 juillet 1621, Wimborne St Giles (Dorset) – 21 janvier 1683, Amsterdam), 1er comte de Shaftesbury, connut comme sir Anthony Ashley-Cooper, 2e baronnet de 1631 à 1661, puis comme Lord Ashley de 1661 à 1672, était un homme qui tint un rôle politique important pendant le Commonwealth et la Restauration. Il est l'un des fondateurs du Parti whig (en anglais : Whig Party) et est connu pour avoir employé le philosophe John Locke.

Rallié à Cromwell, il est membre du Conseil d'État (Council of State) mais démissionne en 1655 pour protester contre les tendances dictatoriales du régime. À la Restauration, il est Chancelier de l'Échiquier dans le gouvernement Clarendon, puis lord chancelier dans le « Ministère de la cabale ». Il tombe en disgrâce en 1673 et est emprisonné à la Tour de Londres de 1675 à 1678. Pour certains historiens il serait compromis dans le complot papiste[1].

Soutenant le duc de Monmouth, il est accusé de haute trahison et choisit de s'exiler en 1681.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Michel Duchein, Les Derniers Stuart, Fayard 2006, p.182