Ansaldo Poggi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Violon italien d'Ansaldo Poggi, Bologne, d'après un modèle Stradivarus.
Le même violon, face arrière.
Les luthiers de Bologne.

Ansaldo Poggi (Villafontana di Medicina, Bologne – Bologne, ) est un luthier de Bologne.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ansaldo Poggi démontre son talent pour la facture d'instruments à cordes dès son plus jeune âge. Son père, lui aussi artisan, est musicien et luthier amateur et il encourage son fils vers les arts. Après la fin de la Première Guerre mondiale, il se consacre à la profession, en reprenant de nouveau l'artisanat aux côtés de son père, tandis que parallèlement il obtient son diplôme de l'Académie philharmonique de Bologne.

En 1921, il rencontre le célèbre luthier Giuseppe Fiorini, dont il était le disciple préféré et travaille avec lui à Zurich. En 1923, il gagne sa première médaille d'argent avec un alto à la compétition nationale de Rome[1].

En 1925, 1927 et 1929, il remporte de nombreuses médailles d'or, ce qui l'entraîne à ne plus être autorisé à concourir. Avec le temps, Poggi est, d'un point de vue stylistique, indépendant de son modèle Fiorini et produit bientôt des instruments de forme personnelle, reflétant un goût qui lui est propre.

Il obtient un énorme succès, tant au niveau national qu'international :

« Ansaldo Poggi est considéré par la plupart des solistes comme le plus grand luthier du XXe siècle. La plupart de ses instruments sont basés sur le modèle Stradivarus, parfois sur Guarneri et un modèle personnel. Au cours de sa vie, il a fait des instruments pour des musiciens importants tels que Mstislav Rostropovitch, David Oïstrakh, Nathan Milstein, Yehudi Menuhin, Isaac Stern, Aaron Rosand et Uto Ughi, pour n'en nommer que quelques-uns. Le violoniste Aaron Rosand a vendu 10 millions de dollars son violon Joseph Guarnerius en 2009 et joue désormais sur un violon d'Ansaldo Poggi. Poggi a fabriqué au total, 322 violons pendant sa vie. »

— Poesis String Studio, Violin & Bow Expert[2]

Gian Carlo Guicciardi, Giampaolo Savini et Neldo Ferrari sont ses élèves les plus importants[3].

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roberto Fiorini et Lorenzo Frignani, Il liutaio Giuseppe Fiorini, Modena,
  • Elia Santoro, Giuseppe Fiorini e i Cimeli Stradivariani, Cremona,
  • Tito Gotti, Bologne, 1991 et 1993 (ISBN 88-85250-03-3).
  • Paradigmi. Forme nell Artigianato, Bologne, 1988 et 1989.
  • Daniele Benati et Pierluigi Giordani, Stanze bolognesi - La Collezione Lauro, Bologne, 1994.
  • Artemio Versari, Liuteria moderna de l'Emilie-Romagne, 2002.
  • Artemio Versari, a grande liuteria italiana, 2009.
  • Il Suono di Bologna, Da Raffaele Fiorini ai grandi maestri del Novecento, Catalogo della Mostra nella chiesa di San Giorgio, dans Poggiale, Bologne 2002 (ISBN 88-85250-06-8).
  • Eric Blot, De l'Onu secolo di Liuteria Italiana 1860-1960 - Un siècle de l'italien de la lutherie - Emilia e-Romagne, Crémone 1994 (ISBN 88-7929-026-6).
  • Dictionnaire du XXe siècle italien - Luthiers, Marlin Brinser, 1978.
  • Roberto Regazzi, In occasione del 250º anniversaire della morte di Antonio Stradivari par onorare la figura di Giuseppe Fiorini, Maestro Liutaio - Bazzano (Bologne) 1861 - Monaco di Baviera 1934. Una Immagine e una Biografia par celebrare la donazione della Collezione Salabue di Cimeli Stradivariani alla Città di Cremona, Bazzano 1987.
  • (en) Bologna, a living tradition of Violin Making dans The Strad, janvier 1984.
  • Rene Vannes, Dictionnaire universel des luthiers (vol. 3), Bruxelles, Les Amis de la musique, (1re éd. 1951) (OCLC 53749830).
  • Henley William, Universal Dictionary of Violin & Bow Makers, Brighton; England, Amati, (ISBN 0-901424-00-5).
  • Walter Hamma, Meister Italienischer Geigenbaukunst, Wilhelmshaven, 1993 (ISBN 3-7959-0537-0).

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ansaldo Poggi » (voir la liste des auteurs).

  1. William Henley, Dictionnaire universel de violon et d'archetiers, Brighton, 1959, 1973 et 1997
  2. (en) poesisstudio.com
  3. Il Suono di Bologna, Da Raffaele Fiorini ai grandi maestri del Novecento. Catalogue de l'exposition dans l'église de San Giorgio à Poggiale, Bologne 2002. (ISBN 88-85250-06-8).

Liens contextuels[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]