Animation Art graphique Audiovisuel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir aaa.

Le studio animation art graphique audiovisuel ou aaa est une société de production audiovisuelle spécialisée dans le cinéma d'animation et située à Paris, en France.

Histoire[modifier | modifier le code]

Cette société a été créée en 1973, par Marcelle Ponti (productrice), par Jacques Rouxel (auteur–réalisateur, entre autres des Shadoks) et Jean-Paul Couturier (réalisateur). Jacques Rouxel, après avoir créé avec l'ORTF les trois premières séries des Shadoks (1968, 1969 et 1972), réussit à transposer son style à des séries éducatives et à des films scientifiques. En 1999, sous le label aaa, Jacques Rouxel lance la quatrième série des Shadoks. Elle remporte un prix spécial au Festival international du film d'animation d'Annecy en 2000.

Activités[modifier | modifier le code]

L'activité du studio aaa (animation art graphique audiovisuel) tourne autour de quatre axes : la production de séries en dessins animés, de courts-métrages (fiction et animation), de films institutionnels et de documentaires.

Dans le domaine du cinéma d'auteur, aaa a produit à ce jour[Quand ?] : 80 courts-métrages qui s'inscrivent dans un catalogue regroupant 135 films courts (publicités et films de commande inclus), 14 documentaires, 23 séries et un long métrage d'animation, Chronopolis, un film réalisé par Piotr Kamler en 1982 et présenté la même année à Cannes.

Les principaux auteurs français avec lesquels aaa a travaillé sont Pierre Barletta, Claude Duty, Michaël Gaumnitz, Piotr Kamler, Michel Ocelot, Jacques Rouxel, Jean-Christophe Villard ou encore Olivier Zagar.

Récompenses[modifier | modifier le code]

Depuis sa création, aaa a reçu plusieurs récompenses dont un Grand prix d'Annecy en 1975 avec « Le Pas » de Piotr Kamler, trois grands prix au Festival international des programmes audiovisuels de Biarritz et trois Césars du meilleur court métrage ; « Le Révœil » de Jean-Christophe Villard, 1981 ; « La Légende du pauvre bossu » de Michel Ocelot, 1983 ; « L'Enfant de la haute mer » de Patrick Deniau, 1986.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]