André Chéradame

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant la géographie image illustrant un journaliste image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant la géographie et un journaliste français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

André Chéradame
Description de l'image Andre-cheradame.jpg.
Naissance
Ecouché
Décès
Ecouché
Nationalité Flag of France.svg Français
Profession
Formation

André Marie Joseph Chéradame, né le 6 août 1871 à Ecouché (Orne)[1] où il est mort en 1948, est un journaliste français qui s'est spécialisé sur les questions géopolitiques de son temps, notamment dans la condamnation du pangermanisme et de sa propagande.

Biographie[modifier | modifier le code]

Ancien élève de l'École libre des sciences politiques, il a travaillé au Petit Journal et fut directeur de la Revue L’énergie française et du bimensuel Le Français réaliste. Fervent patriote, il joua dès 1909 un rôle de propagateur dans la naissance du scoutisme en France. Il deviendra le premier Président du mouvement des Eclaireurs de France de 1911 à 1914[2].

Au début du XXe siècle, il multiplie les écrits consacrés à l'Europe centrale et balkanique, en particulier centrés sur les questions nationales liées à l'Empire austro-hongrois et à la question allemande. Pendant la Première Guerre mondiale, il dénonce à plusieurs reprises la politique germanique, qu'il interprète comme une vaste entreprise de domination du monde. Il utilise pour cela de nombreuses représentations cartographiques témoignant d'une pensée géopolitique globale, et fait traduire ses ouvrages dans plusieurs langues, en particulier en anglais.

Dans l'entre-deux-guerres, il continue à publier des ouvrages engagés politiquement, pour dénoncer notamment la situation politique française consécutive au conflit, et la politique américaine liée au remboursement des dettes interalliées. Au début de la Seconde Guerre mondiale, il part en exil aux États-Unis et reprend ses publications géopolitiques, toujours dans le sens de la dénonciation du pangermanisme.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • 1899, L'affaire Dreyfus à l'étranger, Imprimerie F. Levé, Paris
  • 1901, 1916, L'Europe et la question d'Autriche au seuil du XXe siècle, Plon-Nourrit
  • 1902, L'Allemagne, la France et la question d'Autriche, Plon-Nourrit
    Ouvrage construit à partir de cours de l'École libre des sciences politiques, destiné aux hommes politiques français les informant sur la structure interne de l'État hasbourgeois et les moyens pour le dissoudre
  • 1903, 1915, La question d'Orient. La Macédoine. Le chemin de fer de Bagdad, Plon-Nourrit
  • 1903, Le casse-tête austro-hongrois, Félix Juven
  • 1905, De la condition juridique des colonies allemandes
    Thèse de doctorat, éditée sous le titre La colonisation et les colonies allemandes, Plon-Nourrit
  • 1906, Le monde et la guerre russo-japonaise, Plon-Nourrit
  • 1912, La crise française : faits, causes, solutions, Plon
  • 1913, La question albanaise, Hachette
    Avec Georges Bienaimé
  • 1913, Douze ans de propagande en faveur des peuples balkaniques, Plon
  • 1913, La Turquie d'Asie peut-elle être sauvée ?, Le Correspondant
  • 1915, Les Tchèques sous le joug autrichien, Plon
  • 1915, La Paix que voudrait l'Allemagne, Chapelot, Paris
  • 1915, L'intervention japonaise : comment seraient transportés et dirigés les renforts japonais en Europe, l'Illustration
  • 1916, Le plan pangermaniste démasqué. Le redoutable piège berlinois de «la partie nulle», Plon-Nourrit
    Description du Pangermanisme, que son auteur définit comme : "en dehors de toute question de langue ou de race, à absorber les diverses régions dont la possession est considérée comme utile à la puissance des Hohenzollern". Plus de 17 éditions.
  • 1917, Les bénéfices de guerre de l'Allemagne et la formule boche "ni annexions, ni indemnités". L'extension du militarisme prussien 1914-1917, Plon
  • 1917, La paix du Président Wilson est celle des alliés, l'Illustration
  • 1917, Les buts de guerre de l'Allemagne démasqués par les faits : les textes essentiels du plan pangermaniste de 1895, les réalisations pangermanistes de 1917, l'Illustration
  • 1919, Comment éviter les impôts mortels ?, Imprimerie Hérissey, Evreux
  • 1922, La Mystification des peuples alliés. Pourquoi ? Comment ? Par qui ?, Imprimerie Hérissey, Évreux
  • 1924, Les vraies raisons du chaos européen, Imprimerie Hérissey, Évreux
  • 1925, Les causes lointaines de la guerre, Imprimerie Hérissey, Évreux
    Texte électronique sur classiques.uqac.ca classiques.uqac.ca
  • 1925, La crise française. 1912 explique 1925, Imprimerie de Vaugirard, Paris
  • 1927, La cause immédiate de la guerre, Imprimerie Hérissey, Évreux
  • 1931, Sam, à votre tour, payez ! La Compensation des dettes interalliées, Éditions du Français réaliste
  • 1941, Défense de l'Amérique, Beauchemin, Montréal
  • 1941, Pour notre défense, Ministère des services nationaux de guerre, Ottawa
  • (en) 1942, La clef du monde et la victoire, Éditions de la Maison française, New York
  • Salonique et la liquidation de l'Autriche-Hongrie.
    Aucune référence trouvée...

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Nicolas Ginsburger, "André Chéradame et l'émergence d'une cartographie géopolitique de guerre en 1916", Cartes & Géomatique, n°223, mars 2015, p. 79-90.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de l'Orne en ligne, état-civil d'Ecouché, registre des naissances de 1871, vue 123/141 [1]
  2. Revue L'Eclaireur de France, n° 6, du 10 mars 1914. C'est le Dr Charcot qui lui succédera.

Liens externes[modifier | modifier le code]