Anaphore (liturgie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir anaphore.

L'Anaphore (grec ancien : ἀναφορά, anaphora, « reprise », « chose présentée, rapportée », d'où le sens dérivé « offrande ») est dans les Églises d'Orient — Églises orthodoxes et Églises catholiques de rite byzantin — le moment le plus important de la divine Liturgie : la prière eucharistique, précédée des rites de préparation des Saints Dons.

Composition en cinq parties[modifier | modifier le code]

L'anaphore, dans la description qu'en donne l'auteur syrien Moïse Bar Képha au IXe siècle, comprend cinq parties. Dans la liturgie de Saint Jacques[1] ce sont :

Rite d'Antioche[modifier | modifier le code]

Rite alexandrin[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le terme grec anaphore veut dire «prière de l'offrande», «prière qui fait monter à Dieu l'offrande»[2]. Le terme araméen pour l'anaphore est qurraba (on trouve aussi qurbana). Le terme syriaque est quddàša, qui veut dire «sanctification», ou plus précisément «prière pour la sanctification des dons et de l'assemblée»[2].

Origines juives[modifier | modifier le code]

L'anaphore chrétienne a des racines juives. On retrouve dans l'anaphore une forme littéraire archétype: la beråkâ juive (et sa forme sous-jacente qu'est la tôdâ ou prière de l’alliance), bien que celle-ci ne puisse être considérée comme le modèle unique et exclusif de l'anaphore[2].

Développements[modifier | modifier le code]

Différentes structures pour l'anaphore[modifier | modifier le code]

Il existe des anaphores dont la structure est plus polarisée par l'anamnèse, et d'autres plus polarisées par les épiclèses[2],[3].

  • Les anaphores à dynamique anamnétique[4] articulent leurs éléments ainsi :

1) Préface; 2) Sanctus; 3) Post-Sanctus; 4) Récit de l’institution; 5) Anamnèse; 6) Épiclèse sur les oblats; 7) Épiclèse sur les communiants; 8) Intercessions; 9) Doxologie.

Cette structure est propre à l'anaphore syro-occidentale (ou antiochienne).

  • Les anaphores à dynamique épiclétique articulent leurs éléments selon trois différents structures :

- La structure syro-orientale (ou chaldéenne), considérée par rapport à l'Anaphore de Addaï et Mari : 1) Préface; 2) Sanctus; 3) Post-Sanctus; 4) Intercession unique; 5) Quasi-récit; 6) Anamnèse; 7) Épiclèse sur les oblats; 8) Épiclèse sur les communiants; 9) Doxologie.

- La structure alexandrine, considérée par rapport à l'Anaphore de Sérapion : 1) Préface; 2) Sanctus; 3) Post-Sanctus épiclétique; 4) Récit de l’institution; 5) Anamnèse; 6) Épiclèse sur les oblats; 7) Épiclèse sur les communiants; 8) Intercessions; 9) Doxologie.

- La structure romaine : 1) Préface; 2) Sanctus; 3) Post-Sanctus; 4) Épiclèse sur les oblats; 5) Récit de l’institution; 6) Anamnèse; 7) Épiclèse sur les communiants; 8) Intercessions; 9) Doxologie.

Réforme liturgique au XXe siècle[modifier | modifier le code]

Réforme du Concile Vatican II.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Messe#La liturgie de l'Eucharistie.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Traduction R. H. Connolly, H. W. Codrington ; Two Commentaries on the Jacobite Liturgy by George Bishop of the Arab Tribes and Moses bar Kephas, together with the Syriac Anaphora of St James and a document entitled The book of life ; Londres, 1913 (réimpr. 1969).
  2. a, b, c et d Cesare Giraudo, « Pneumatologie en Orient et en Occident », in L'Eucharistie, don de Dieu pour la vie du monde. Perspectives théologiques et ouvertures sur le monde, Actes du Symposium international de théologie. Congrès eucharistique, Québec 11-13 juin 2008, Québec 2009, p.90-120. – [PDF] Texte en ligne
  3. In Unum Corpus : Traité mystagogique sur l'Eucharistie, Cesare Giraudo, Cerf, Paris, 2014.
  4. Terme euchologique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]