Anableps anableps

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Anableps anableps
Description de l'image Anableps_anableps_01.jpg.
Classification
Règne Animalia
Sous-règne Bilateria
Infra-règne Deuterostomia
Embranchement Chordata
Sous-embr. Vertebrata
Infra-embr. Gnathostomata
Super-classe Actinopterygii
Classe Teleostei
Super-ordre Acanthopterygii
Ordre Cyprinodontiformes
Sous-ordre Cyprinodontoidei
Famille Anablepidae
Sous-famille Anablepinae
Genre Anableps

Espèce

Anableps anableps
(Linnaeus, 1758)[1]

Synonymes

  • Anableps gronovii Valenciennes, 1846[2]
  • Anableps lineatus Gronow, 1854[2]
  • Anableps surinamensis Lacépède, 1803[2]
  • Anableps tetrophthalmus Bloch, 1794[2]
  • Cobitis anableps Linnaeus, 1758[2]

Le quatre-yeux à grandes écailles (Anableps anableps) est une espèce de poissons appartenant au genre Anableps et à la famille des Anablepidae. Il a été décrit par Linnaeus en 1758[3].

Il nage à la surface, les yeux hors de l'eau. Il ne reste jamais plus de quelques secondes sous l'eau. La coloration marron de son dos lui permet d'échapper à ses prédateurs en se camouflant dans la boue et dans les eaux troubles.

Description[modifier | modifier le code]

Ce poisson peut mesurer jusqu'à 30 cm. Il est de couleur boue et ses yeux séparés en deux parties par une cloison lui permettant de voir sous l'eau et sur l'eau. Le mâle possède une nageoire anale qui peut se transformer en appareil reproducteur nommé gonopode. C'est un poisson vivipare[4].

Yeux[modifier | modifier le code]

Les yeux de anableps anableps sont particuliers. Ils ont d'ailleurs donné le nom de ce poisson. Ses yeux sont séparés par une cloison, ce qui lui permet de voir sous l'eau et sur l'eau en même temps. Cependant, une étude a prouvé que ses rétines possèdent une duplication du gène ARNm, ce qui lui permet de voir clair dans l'air et dans l'eau[5].

Espérance de vie[modifier | modifier le code]

L'espérance de vie de ce poisson varie de 8 à 10 ans.

Comportement[modifier | modifier le code]

Anableps anableps est un poisson vivant en groupe et vivant généralement à la surface. Les groupes sont très hiérarchisé.

Répartition[modifier | modifier le code]

Du nord de l'Amérique du sud au Mexique.

Habitat[modifier | modifier le code]

Habite les forêts de mangroves d'eau saumâtre. Ces habitats fluctuant constamment sont soumis à au moins un, habituellement deux mouvements quotidiens de marée et ce poisson a évolué pour bouger avec l'eau, habitant les marges peu profondes des canaux permanents à marée basse et se déplaçant dans les zones inondées pour se nourrir lorsque le niveau d'eau se lève Le terrain de Brenner et Krumme (2007) dans le Furo do Meio, un affluent influencé par la marée de l'estuaire de Caeté situé au nord de la ville de Bragança, à 200 km au sud du delta de l'Amazone, révèle que ces migrations quotidiennes sont entièrement liées à l'alimentation. À marée basse, le chenal permanent de l'affluent mesure seulement 30 m de diamètre, mais pendant les hautes eaux, il atteint 50 m dans sa partie supérieure et 400 m près de son embouchure. Les petits canaux autour de ses marges deviennent donc temporairement inondés et les poissons y pénètrent pour se nourrir , parfois jusqu'à 1 km de l'affluent principal. Les meilleures conditions de recherche de nourriture ont été trouvées à la marée de source pendant les heures de jour où le niveau d'eau est le plus élevé et les poissons peuvent profiter pleinement de l'œil d'eau ci-dessus (voir les notes). Moins d'individus ont été trouvés pour migrer . Il y a une augmentation rapide initiale des niveaux d'eau à mesure que la marée arrive et de jeunes spécimens ont été observés nageant au sommet de la première vague pour entrer dans les criques marginales , avec des adultes derrière. Cette «première hausse des crues» a été le déclencheur de la «disparition virtuelle d' A. Anableps du chenal principal». En basse mer, les poissons se rassemblaient dans les zones marginales du chenal principal (généralement à moins de 1 m de la berge) et les auteurs ont émis l'hypothèse que cela leur permettait de maximiser le temps de recherche en étant toujours près des bouches des canaux temporaires. fournir une protection contre les prédateurs potentiels et éviter qu'ils ne soient balayés par de forts courants dans la partie centrale plus profonde. De grandes zones de bancs de boue et de sable sont exposées pendant ces périodes et certains individus ont été observés à sortir de l'eau pour se coucher au soleil, souvent pendant des minutes à la fois[6].

Captivité[modifier | modifier le code]

Ce poisson peut être trouvé dans des aquariums. Cependant, de par le fait que Anableps anableps vit en grand groupe pouvant aller jusqu'à 100 individus, il est plus observé dans les aquariums publics que dans les privés.

Alimentation[modifier | modifier le code]

Ces animaux mangent principalement de petits crabes de la famille des Grapsidae mais peuvent manger des insectes et des algues.

Utilisation scientifique[modifier | modifier le code]

Ce poisson est utilisé dans la recherche oculaire.

Représentation[modifier | modifier le code]

Ce poisson était présent sur des timbres.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ITIS, consulté le 30 juillet 2017
  2. a b c d et e BioLib, consulté le 30 juillet 2017
  3. Museum national d'Histoire naturelle, « Anableps anableps (Linnaeus, 1758) - Quatre-yeux à grandes écailles », sur Inventaire National du Patrimoine Naturel (consulté le 10 janvier 2018)
  4. « Quatre yeux - Anableps anableps - Vivipares • Fishipédia », Fishipedia,‎ (lire en ligne, consulté le 10 janvier 2018)
  5. Jean-Emmanuel Rattinacannou, « Le secret de l’anableps, le poisson qui voit clair dans l’eau et dans l'air », sur Futura sciences, (consulté le 13 avril 2018)
  6. (en) « Anableps anableps (LINNAEUS, 1758) Four-eyed Fish », sur Seriously Fish (consulté le 13 avril 2018)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :