Amir Gutfreund

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Amir Gutfreund
אמיר גוטפרוינד צילום-מוטי קיקיון פברואר 2013 3.JPG
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
Hôpital Rambam de Haïfa (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Distinctions

Amir Gutfreund, né le à Haïfa et mort le (à 52 ans) dans la même ville, est un écrivain israélien, ancien colonel de l'armée de l'air israélienne et chercheur en mathématiques-physique[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Ses parents sont des juifs polonais qui ont survécu à la Shoah mais y ont perdu presque toute leur famille. Son père qui avait 9 ans quand la guerre a éclaté a « miraculeusement survécu » au ghetto et au camp. Sa mère qui, elle, avait deux ans a été une enfant cachée et a fini la guerre chez des paysans polonais.

Amir Gutfreund grandit à Haifa. Durant toute son enfance, son père lui parle de ce qu'il a vécu pendant la Shoah. Il fait des études de mathématiques au Technion - Institut israélien de technologie et est titulaire d'une maitrise. Il devient chercheur en mathématiques dans l'armée et obtient le grade de lieutenant-colonel de l'air avant de démissionner lorsqu'il fonde une famille[1].

Il a vécu en Galilée. Il est mort du cancer, comme sa première femme, le 27 novembre 2015.

Il commence à écrire dès l'âge de 20 ans mais sans chercher à être publié. Au décès de sa mère en 1995, il se décide à publier et de lui faire une dédicace[3].

Son premier roman, Les gens indispensables ne meurent jamais, a rencontré un succès inattendu lors de sa parution en Israël en 2000. Le livre est couronné en 2003 par le prix Sapir, équivalent du prix Goncourt en Israël. Il est aujourd'hui traduit dans plusieurs langues. Le roman est en grande partie autobiographique. Il est inspiré de la propre enfance de l'auteur. Il raconte l’histoire d’un enfant, à Haïfa, dans les années soixante-dix, et de son quartier, habité par de nombreux survivants. Le lecteur découvre comment la Shoah a imprégné la mémoire collective de plusieurs générations d'Israéliens et a suscité un monde culturel particulier.

Prix et distinction[modifier | modifier le code]

  • 2001, Our Holocaust
  • 2003, Prix Sapir pour Seaside Estates[3]
  • 2005, Prix Ramat-Gan pour The Legend of Bruno and Adella

Œuvres traduites en français[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Amir Gutfreund, officier, gentleman et écrivain », Tribune juive,‎ (lire en ligne)
  2. « Mort de l’écrivain israélien Amir Gutfreund », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  3. a et b (en) « A Writer Dressed in Khaki », Haaretz,‎ (lire en ligne)
  4. (en) « The writer who brought humor and pathos to the Holocaust », Times of Israël,‎ (lire en ligne)

Notices d'autoritéVoir et modifier les données sur Wikidata : Fichier d’autorité international virtuel • International Standard Name Identifier • Bibliothèque nationale de France (données) • Système universitaire de documentation • Bibliothèque du Congrès • Gemeinsame Normdatei • Bibliothèque nationale d’Israël • Bibliothèque nationale tchèque • WorldCat