Altran

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Altran Technologies)
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Altran
logo de Altran

Création 1982
Forme juridique Société anonymeVoir et modifier les données sur Wikidata
Action Euronext : ALT
Siège social Paris
Drapeau de France France
Direction Dominique Cerutti (président-directeur général)
Directeurs Dominique CeruttiVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Conseil en ingénierie avancée, technologie et R&D
Société mère Capgemini
Filiales Fondation Altran pour l'Innovation
Effectif 56 693 (Décembre 2019)
SIREN 702012956Voir et modifier les données sur Wikidata
TVA européenne FR03702012956Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.altran.com

Capitalisation 2,6 milliards d'euros (28 février 2018)
Chiffre d'affaires en augmentation 2,916 milliards € en 2018[1]
Résultat net en augmentation 165 millions € en 2018 + 11,4% vs 2017[1]

Altran est une entreprise de conseil en ingénierie[2]. Elle a été fondée en France en 1982 par Alexis Kniazeff et Hubert Martigny.

En 2018, Altran génère un chiffre d’affaires de 2,916 milliards d’euros. Au , Altran emploie 56 693 salariés à travers le monde[1]. Depuis le , l’entreprise est dirigée par Dominique Cerutti. Altran devient filiale de Capgemini à 98% à la suite d'un OPA amicale

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Alexis Kniazeff et Hubert Martigny fondent en 1982 la société CGS Informatique, spécialisée dans le recrutement de personnel informatique.

Les créateurs ouvrent en 1987 la société Altran. Celle-ci est introduit en bourse le [3]. La même année, Altran développe le réseau local embarqué des TGV et permet l’interconnexion des nouvelles rames à d’autres systèmes et réseaux européens. En 1989, Altran rachète Ségur Informatique, une société de simulation et calcul de structures pour l'aérospatiale. En 1992, Altran Conseil est créé pour exécuter des missions dans l’équipement automobile, le nucléaire et l’électronique grand public[3].

Expansion en Europe[modifier | modifier le code]

À partir de 1993, Altran s’implante en Belgique, en Espagne (1994), en Italie, en Suède, en Suisse (1995), en Allemagne et en Grande-Bretagne (1996). En 1997, Altran est présent dans 10 pays.

En 1995, Altran conçoit le pilote embarqué du Météor (ligne 14 du métro de Paris) et développe le système de contrôle d’attitudes d’Ariane 5. En 1996, Altran crée IMA, l’institut pour le management Altran et la Fondation Altran pour l'Innovation. En 1998, Altran Technologies déploie un réseau de télécoms au Portugal[3].

Acquisitions[modifier | modifier le code]

En 2002, Altran rachète Cambridge Consultants, société britannique de développement, d'exploitation de brevets et de création de start-ups. La même année, l’entreprise met en place un partenariat avec Renault F1 Team. L’année suivante, Altran participe au projet Solar Impulse en optimisant notamment le plan de vol de l’appareil[4]. En 2004, Altran s’implante en Asie et crée Altran Pr[i]me, une entité spécialisée dans le management de projets informatiques de large envergure[3].

En 2012, dans le cadre du Plan de Performance 2012, PSA Peugeot Citroën choisit Altran comme partenaire stratégique. En , Altran acquiert Nspyre, entreprise néerlandais de R&D[5].

En , Altran et General Electric (GE) annoncent la signature d'un protocole d'accord autour des objets connectés et du Big data pour optimiser la gestion de leurs actifs et leurs processus[6]. En , Altran achète la société indienne SiConTech, une société d'ingénierie en semi-conducteurs[7]. En , Altran annonce l'acquisition de Tessella, entreprise de data science[8].

En 2016, le groupe acquiert deux autres sociétés américaines : Synapse, entreprise de développement informatique[9], et Lohika, société d'ingénierie logicielle[10]. Ce déploiement outre-Atlantique est l'un des principaux axes de développement soutenu par Altran dans le plan stratégique Ignition 2020[11]. En , Altran annonce également l'acquisition de Swell, société de services d'ingénierie pour l'industrie automobile basée en République tchèque[12] et de Benteler Engineering, entreprise allemande d’ingénierie pour l’industrie automobile[13]. Dominique Cerutti met également en place plusieurs partenariats stratégiques, notamment avec Divergent, startup américaine qui intègre l'impression 3D à la construction automobile[14], et l'entreprise chinoise EMG (eMapgo) spécialisée dans le domaine de la cartographie numérique pour l'industrie automobile[15].

En 2017, Altran rachète Information Risk Management[16], une entreprise de Cybersécurité basée au Royaume-Uni, et GlobalEdge[17], une entreprise indienne d'informatique embarquée et d’Internet des objets. En , Altran annonce l'acquisition d'Aricent pour 1,7 milliard d'euros[18]. Cette transaction fait du groupe le leader mondial des services d’ingénierie, recherche et développement, atteignant les objectifs stratégiques du plan “Altran 2020 Ignition” avec deux ans d’avance[19],[20]. L'acquisition est finalisée le et porte le chiffre d'affaires global du nouvel ensemble à près de 3 milliards d’euros[21].

Acquisition par Capgemini[modifier | modifier le code]

Le , Capgemini et Altran annoncent un accord portant sur l'acquisition du second par le premier pour un montant total de transaction de 3,6 milliards d'euros, prenant en compte la dette financière nette d'Altran d'environ 1,4 milliard d'euros[22].

Le , l'offre publique d'achat amicale de Capgemini sur Altran est finalisée. Capgemini annonce avoir atteint le seuil de retrait obligatoire de 90% du capital d'Altran, qui n’est donc plus une société indépendante et a été retirée de la cote au 15 avril 2020[23],[24]. Pour Dominique Cerutti, PDG d’Altran : « le rachat va donner naissance au leader mondial de l'industrie intelligente au service de la transformation numérique des entreprises »[25].

Métiers et activités[modifier | modifier le code]

Chiffre d’affaires par domaine d'activité :

  • conseil en technologie, et en recherche & développement (68,5 %) ;
  • conseil en organisation et en systèmes d'information (31,5 %).

Répartition géographique du chiffre d’affaires : France (43,3 %), Europe (51,6 %) et autres (5,1 %)[26].

Implantations[modifier | modifier le code]

Le siège France d’Altran est situé à Velizy (78). Le siège du groupe est situé à Neuilly-Sur-Seine. Le Groupe est présent en Belgique, au Canada, en Chine, en Colombie, en Allemagne, en Espagne, en France, en Italie, en Inde, au Luxembourg, en Malaisie, au Mexique, au Maroc, aux Pays-Bas, en Norvège, en Autriche, au Portugal, en Suède, en Suisse, au Moyen-Orient, en Grande-Bretagne, aux États-Unis et en Tunisie depuis .

Données financières[modifier | modifier le code]

Données financières en millions d'euros
Années 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2017 2018
Chiffre d'affaires 1418 1435 1495,6 1591,4 1650,1 1403,7 1436,6 1419,5 1455,9 1633 1756,3 1945 2120,1 2282,2 2916,14
Résultats d'exploitation 59,2 93,2 76 99,4 127 31 69,1 113,1 124,9 14 164,6 186 219,7 246,3
Résultats nets part du groupe 16,9 0,2 3,8 21,6 11,4 - 74,8 - 26 - 45,5 64,9 65,8 82,5 101 122,5 139,7 165
Fonds propres 319,7 347,5 382,9 397,5 503,7 459,4 446,7 406,5 469,6 653,9 710,9 794,4 862,3 891 1692
Dettes financières 379,4 336,9 379,9 359,5 208,3 -185,3 203,4 194,9 168,5 30,3 42,4 144 210 351 1312

Actionnariat[modifier | modifier le code]

Actionnaires au 8 Janvier 2020

  • Capgemini SE 11.43 %
  • Elliott International L.P. 8.86 %
  • Goldman Sachs Group Inc. 7.06 %
  • Barclays Bank Plc 6.19 %
  • Bank of America Corporation 5.38 %
  • Elliott Capital Advisors L.P 5.27 %
  • Société Générale 5.23 %
  • JP Morgan Chase & Co 5.12 %
  • Credit Suisse Group AG 5.03 %
  • Norges Bank 4.72 %
  • Select Equity Group, LP 4.25 %
  • UBS AG 3.59 %
  • Elliott Associates, L.P. 3.26 %
  • UBS Switzerland AG 1.70 %
  • Autodétention 1.29 %
  • The Liverpool Limited Partnership 0.72 %
  • UBS Europe SE 0.19 %
  • Dirigeants 0.04 %

Recherche et innovation[modifier | modifier le code]

Altran Research[modifier | modifier le code]

Altran Research, dirigé par Fabrice Mariaud, est le département de Recherche interne d’Altran en France. Les domaines de recherches touchés sont l’e-santé, l’aéronautique et spatial, l’énergie, les systèmes complexes, les transports et la mobilité, l’industrie et les services du futur[27],[28]. La plupart de ces projets sont financés par le dispositif dit Crédit d'impôt recherche.

Altran Lab[modifier | modifier le code]

Altran Lab est une entité au service de l’« accélération de l’innovation ». Il est constitué d’un incubateur, d’un hub d’innovation et d’Altran Pr[i]me créé en 2004, spécialisé en management de l’innovation[29],[30].

Actions caritatives[modifier | modifier le code]

En 1996, Altran créé la Fondation Altran pour l'Innovation. La Fondation offre aux projets bénéficiaires un accompagnement technologique. Altran accompagne en 2015 le lauréat international DAMAE Medical, un système d’imagerie optique pour le dépistage des cancers cutanés[31].

Altran accompagne le Musée des arts et métiers, le musée du Quai Branly-Jacques Chirac et l’Institut du monde arabe dans leur stratégie numérique (gestion du patrimoine numérique, etc)[32],[33]. Il accompagne aussi dans le secteur social Les Restos du Coeur, l'association Cultures du Coeur, l'association Aurore et les Petits Débrouillards.

Condamnation et controverse[modifier | modifier le code]

Affaire des déclarations déloyales du chiffre d'affaires[modifier | modifier le code]

En 2007, cinq dirigeants ou anciens dirigeants d'Altran sont condamnés à des amendes par l'Autorité des marchés financiers pour avoir volontairement gonflé le chiffre d'affaires de l'entreprise de plusieurs dizaines de millions d'euros en 2001 et 2002. Pour ces faits, ils sont sanctionnés à des amendes allant de 500 000 à 1,5 million d'euros[34].

Politique de recrutement[modifier | modifier le code]

À l'issue d'une campagne de testing initiée par le gouvernement français et menée à l'hiver 2018, Altran est soupçonné par le gouvernement de discrimination à l'embauche envers le candidat « présumé maghrébin ». Critiquant la méthodologie de l'enquête[35], l'entreprise est cependant convoquée en juin 2020 à une journée de formation au secrétariat d'État à l'égalité entre les femmes et les hommes[36].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c UNE PERFORMANCE ROBUSTE POUR L’EXERCICE 2018 : CROISSANCE ORGANIQUE FORTE, ACCROISSEMENT DES MARGES, DÉSENDETTEMENT RAPIDE, Altran, février 2018
  2. http://www.altran.com/fr/a-propos-daltran/mission.html
  3. a b c et d 30 years of innovation for a brighter future, Altran, 2012
  4. Le Solar Impulse a déjà fait 150 milliards de tours du monde... numériquement, L'Usine Digitale, 17 mars 2015.
  5. Altran acquiert Nspyre spécialiste néerlandais de la haute technologie, la Tribune, 16 février 2015
  6. Altran et General Electric vont collaborer dans l'Internet industriel, Les Echos, 17 juin 2015
  7. Altran achète la société technologique indienne Sicontech, Les Echos, 28 juillet 2015
  8. « Avec l'acquisition de Tessella, Altran se muscle dans le big data », L'Usine digitale, 2 décembre 2015.
  9. « Altran acquiert la société Synapse aux US », Le Figaro, 16 juin 2016
  10. « Altran Technologies : se renforce en Amérique du Nord avec l'acquisition de Lohika », ZoneBourse, 21 juillet 2016
  11. La valeur du jour à Paris - ALTRAN recherché après l'acquisition de l'américain Synapse, Le Figaro, 17 juin 2016
  12. ALTRAN prend de l'ampleur avec l'ingénierie SWELL
  13. Marché : Les valeurs à suivre à la clôture de la Bourse de Paris, BFMtv TradingSat, consulté le 12 avril 2017
  14. Impression 3D pour l'automobile: Altran investit dans Divergent, Le Point, 7 septembre 2016
  15. Altran s'allie à un groupe chinois spécialisé dans la cartographie numérique, Le Parisien, 4 janvier 2017
  16. « Altran met la main sur IRM, spécialiste de la gestion des cyberrisques », sur http://www.distributique.com (consulté le 15 novembre 2017)
  17. « ALTRAN annonce l'acquisition de l'indien GlobalEdge », sur http:// www.capital.fr (consulté le 15 novembre 2017)
  18. Camille Raynaud et Alan Charlish, « France's Altran to buy U.S. group Aricent for $2 billion, shares slip », sur Reuters,
  19. Altran : ce que va changer le rachat d'Aricent pour le leader du conseil en innovation, le Revenu, 12 décembre 2017
  20. Altran devient un géant mondial du conseil en ingénierie en avalant Aricent, le Figaro, 30 novembre 2017
  21. Altran lève 750 millions d'euros et boucle le rachat d'Aricent, le Figaro, 22 mars 2018
  22. « Capgemini et Altran créent un leader mondial de la transformation digitale des entreprises industrielles et de technologie », sur Génération-NT (consulté le 24 juin 2019)
  23. CAPGEMINI : CAPGEMINI VA RETIRER ALTRAN DE LA COTE APRÈS LE SUCCÈS DE L'OPA RÉOUVERTE EN MARS, BFM Bourse, 1er avril 2020
  24. Capgemini annonce le succès de son offre sur Altran, dont il détient 98% du capital, l'Usine Nouvelle, 1er avril 2020
  25. ALTRAN FRANCHIT UNE NOUVELLE ÉTAPE DE SON DÉVELOPPEMENT EN INTÉGRANT LE GROUPE CAPGEMINI, Altran, 1er avril 2020
  26. ALTRAN TECHNOLOGIES : Activité, la Tribune
  27. Altran Research est le département de Recherche interne d’Altran en France, Altran
  28. "Altran est dans un jeu vertueux entre constructeurs automobiles et équipementiers", Usine Nouvelle, 5 octobre 2012
  29. Altran: création d'Altran Lab pour l'innovation., Le Figaro, 26 juin 2015
  30. Altran : création d'Altran Lab pour l'innovation, ZoneBourse, 26 juin 2015
  31. LE PRIX FRANCE 2014 DE LA FONDATION ALTRAN RÉCOMPENSE UN DISPOSITIF D’IMAGERIE OPTIQUE INNOVANT POUR LE DÉPISTAGE DES CANCERS CUTANÉS, damaemedical, 24 novembre 2014
  32. Altran : un mécénat de compétences en faveur de l'Institut du monde arabe, Boursier, 16 janvier 2014
  33. Altran, mécène du musée du quai Branly, Altran, 18 avril 2013
  34. AFP, « Altran et ses comptes truqués au tribunal, quinze ans après », LExpansion.com,‎ (lire en ligne, consulté le 28 novembre 2016)
  35. « Le gouvernement dévoile une liste de sept entreprises soupçonnées de discrimination à l'embauche selon l'origine », sur Franceinfo, (consulté le 19 juin 2020)
  36. Victor Vasseur, « INFO FRANCEINFO. Discriminations à l'embauche : sept entreprises convoquées par le gouvernement pour une formation », sur Franceinfo, (consulté le 19 juin 2020)

Lien externe[modifier | modifier le code]