Alina Fernández

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Fernández.
image illustrant la radiodiffusion image illustrant les États-Unis
image illustrant un écrivain image illustrant américain
Cet article est une ébauche concernant la radiodiffusion, les États-Unis et un écrivain américain.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (février 2009).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

Alina Fernández
Alina Fernandez.jpg

Alina Fernández

Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (60 ans)
La HavaneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Mère
Natalia Revuelta Clews (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Frère
Fidel Ángel Castro Diaz-Balart (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Alina Fernández (née en 1956) est une écrivaine et animatrice de radio américano-cubaine, fille du dirigeant cubain Fidel Castro[1] et de la cubaine Natalia Revuelta. Elle est également une de ses plus farouches opposantes. Étant une enfant illégitime de Castro, Alina Fernández passa sa jeunesse avec sa mère et devint top-model puis directrice des relations publiques pour une marque cubaine de mode. En 1993 elle décide de partir vers l'Espagne avec de faux papiers en compagnie de sa propre fille (qui est donc la petite-fille de Castro) en se faisant passer pour une touriste espagnole. De l'Espagne, elle gagna enfin Miami.

En 1997 elle publie un livre, Alina : memorias de la hija rebelde de Fidel Castro, qui relate les détails de sa jeunesse et qui critique vivement le régime castriste. Il est traduit en français l'année suivante.

Elle anime également une émission de radio appelée Simplemente Alina, qui reçoit tantôt des artistes de son pays d'origine, ou abrite tantôt des débats sur la politique cubaine.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alina Fernández, Fidel, mon père : confessions de la fille de Castro, Plon, Paris, 1998, 246 p. (ISBN 2-259-18776-5)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]