Fidel Castro Díaz-Balart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castro et Díaz-Balart.
Fidel Ángel Castro Diaz-Balart
Fidel Castro Díaz-Balart.jpg
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 68 ans)
La HavaneVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Fidel Castro Díaz-BalartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Fidel Ángel Castro Díaz-BalartVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Fratrie
Alina Fernández
Mirta Núñez (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Domaine

Fidel Castro Díaz-Balart, dit Fidelito, né le à La Havane et mort le au même endroit, est un physicien nucléaire cubain. Il est le fils ainé de Fidel Castro et de sa première femme Mirta Díaz-Balart.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'aîné des huit enfants officiels du leader cubain Fidel Castro. Sa mère Mirta Díaz-Balart, est issue de la grande bourgeoisie cubaine ; son frère Rafael Díaz-Balart était sous-secrétaire d'État sous le régime de Fulgencio Batista et devient ensuite un opposant à Fidel Castro. Mariés en 1948, ils divorcent sept ans plus tard, la garde de Fidel Castro Díaz-Balart étant accordée à Mirta Díaz-Balart, bien que le leader cubain finisse par le lui enlever[1]. En effet alors qu'il vivait avec sa mère en Floride aux États-Unis, Mirta Díaz-Balart l’envoie à Cuba, pour qu’il puisse revoir son père, ce dernier le gardera définitivement à ses côtés[2].

Après la révolution cubaine, le jeune homme part étudier à l'université d'État de Moscou (URSS), y obtenant un doctorat en sciences physiques et en mathématiques nucléaires. Il rencontre une Russe, Natalia Smirnova, avec laquelle il se marie et a deux enfants[1]. Après un divorce, il se remarie avec María Victoria Barreiro[2], la fille de Luis Barreiro, ancien chef de la Direction du renseignement cubain[3].

Se laissant pousser la barbe, il cultive une ressemble physique avec son père. Dans les années 1980, il est nommé responsable du programme nucléaire cubain, ce qui lui vaut une éphémère notoriété. Il est notamment chargé de construire la centrale nucléaire de Juragua, mais dont les travaux ne sont finalement pas achevés, à cause de la dislocation de l'URSS. Fidel Castro accuse alors son fils de négligence, ce qui lui vaut une disgrâce, bien qu'il reste conseiller scientifique du Conseil d'État et vice-président de l'Académie des sciences de Cuba[1].

Cependant, il n'a jamais aspiré à une carrière politique, contrairement aux enfants de Raúl Castro, Alejandro et Mariela[1].

Il meurt le 1er février 2018, un peu plus d'un an après son père. Dépressif, il aurait mis fin à ses jours[1].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d et e Hector Lemieux, « À Cuba, un an après Fidel, Fidelito meurt à son tour », Le Figaro,‎ , p. 6 (lire en ligne)
  2. a et b Zoé Valdés «Fidelito», du kidnapping au «suicide» Libération, 20 février 2018
  3. El hijo de Fidel Castro se quita la vida Vanity Fair, 2 février 2018