Alexandre Taillefer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Alexandre Taillefer
Nationalité Drapeau du Canada Canadien
Profession
Entrepreneur et homme d'affaires,
président du conseil d'administration du musée d'art contemporain de Montréal

Alexandre Taillefer est un entrepreneur et un homme d'affaires québécois. Il est fondateur et principal associé de XPND Capital, une société de placement privé d'entreprises québécoises[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

À 21 ans, il amorce sa carrière d’entrepreneur à succès en fondant, en 1993, en pleine révolution numérique, la société Intellia, un fournisseur de services pour le commerce électronique qui a été racheté trois ans plus tard par Québecor[2].

Il restera cinq ans chez Québecor (jusqu'en 2000) où il dirige la division numérique, à partir de laquelle il réalise une série d’acquisitions, dont celle de la société Informission qui fusionnera avec Intellia pour devenir Nurun, qui appartient aujourd’hui à Publicis Groupe, et d’Hexacto, une entreprise de jeux mobiles[3].

En 2007, il cofonde Stingray Digital, un distributeur de produits et services musicaux multiplateformes[4].

En 2012, il devient président du conseil d'administration du musée d'art contemporain de Montréal[5].

De 2013 à 2016, il est l'un des dragons à l'émission Dans l'œil du dragon[6].

En 2015, son groupe se porte acquéreur du magazine Voir[7].

Alexandre Taillefer s’est associé à Stephen Bronfman et son holding Claridge pour créer le premier fonds XNPD, qui était doté de 20 millions. Un deuxième fonds XNPD a été créé et celui-ci profitera d’un capital d’investissement de 40 millions[2].

Taxelco est un holding de transport mis sur pied en 2015 par XPND Capital[8], qui a mis la main sur 40 % du marché du taxi à Montréal avec Téo Taxi (pour transport écologique optimisé), Taxi Diamond et Taxi Hochelaga.

En 2016, il lance « Mishmash », un collectif culturel ayant pour mission de favoriser et d'exporter le talent québécois à l'international[9], notamment éditeur de L'actualité.

Alexandre Taillefer prend à l'occasion position dans les débats politiques au Québec. En août 2016, il s'est dit en faveur du salaire minimum à 15 $[10]. En mai 2017, il a invité le gouvernement québécois à réinvestir dans les CPE[11].

Appuyant des hommes et des femmes politiques de différents partis politiques, Alexandre Taillefer se décrit comme un "queer politique"[12]. Plus critique, Jonathan Durand-Folco le décrit comme un "bourgeois postmoderne"[13].

Politique[modifier | modifier le code]

La Presse révélait le 10 mai 2018 qu'Alexandre Taillefer était à la fois le président de la campagne électorale du PLQ et membre du Parti québécois (PQ). "Va-t-il utiliser ses médias, notamment «L'actualité» et «Voir», pour faire la promotion du Parti libéral du Québec?», s'est ouvertement questionnée la caquiste Nathalie Roy. «J'ai deux magazines qui sont des mensuels. La qualité des journalistes que l'on a et leur rigueur ne peuvent pas être remise en question. On n'est pas du tout dans une situation problématique», a répondu M. Taillefer.

Le premier ministre du Québec, Philippe Couillard, a affirmé que M. Taillefer sera «un président de campagne», soulignant qu'il n'est pas «un candidat à un poste électif». «Dans le passé, les présidents de campagne ne se sont pas départis de leurs intérêts puisque c'est un poste pour le temps de la campagne», a renchéri le chef libéral.

Or, le ministre de l'Énergie et des Ressources naturelles, Pierre Moreau, a également exprimé le souhait qu'Alexandre Taillefer, prenne «les mesures comme tous ceux qui s'engagent en politique doivent prendre, c'est-à-dire être prudent et transparent, s'assurer qu'il n'y a pas de situation de conflit ou des situations apparentes de conflits d'intérêts». «Ça s'applique à lui, ça s'applique à tout le monde, ça s'applique à tous les partis et ça s'applique à tous ceux qui s'impliquent en politique», a affirmé M. Moreau [14].

Dans un communiqué de presse publié vendredi le 4 mai 2018, Alexandre Taillefer, a annoncé que « le plein pouvoir décisionnel de Mishmash Média, sans droit de regard, sera assumé par le président Éric Albert pour l'administration complète et les décisions d'affaires ». Cette décision intervient après après avoir annoncé qu'il devenait directeur de la campagne électorale du Parti libéral du Québec (PLQ). « Il est primordial de pouvoir assurer une indépendance totale aux salles de rédaction par rapport à leur propriétaire, encore plus lorsque celui-ci s'investit en politique », a-t-il expliqué.

Selon Me Donald Riendeau, fondateur et directeur général de l’Institut de la confiance dans les organisations (ICO), M. Taillefer a pris la bonne décision en prenant ses distances de ses entreprises de presse. Mais « les conflits d’intérêts ne sont pas disparus pour autant. Il reste un risque pour les entreprises de M. Taillefer, qui demandent des subventions gouvernementales » [15].

L'actualité, un magazine d'information au Québec, révélait le 10 mai 2018, que M. Taillefer était inscrit au registre des lobbyistes pour obtenir des modifications réglementaires, également au ministère des Transports, au Fonds vert et à Transition énergétique Québec, pour obtenir des contrats, ainsi qu’auprès de deux ministères pour obtenir une subvention de 4 millions $ [16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexandre Taillefer, PDG de XPND Capital - La Presse+ », La Presse+,‎ (lire en ligne)
  2. a et b « Alexandre Taillefer, PDG de XPND Capital - La Presse+ », La Presse+,‎ (lire en ligne)
  3. « Alexandre Taillefer - Le Lien MULTIMÉDIA :: le portail des professionnels du numérique au Québec », sur www.lienmultimedia.com (consulté le 26 juillet 2017)
  4. « Stingray : un géant musical montréalais | Émilie Côté | Musique », La Presse,‎ (lire en ligne)
  5. « Alexandre Taillefer : accro à l'art contemporain | Nathalie Petrowski | Arts visuels », La Presse,‎ (lire en ligne)
  6. « Le dernier souffle d'Alexandre Taillefer | Hugo Dumas | Hugo Dumas », La Presse,‎ (lire en ligne)
  7. Zone Économie - ICI.Radio-Canada.ca, « Alexandre Taillefer met la main sur le  Voir », sur Radio-Canada.ca (consulté le 14 mai 2017)
  8. « Taxelco lance Téo, le taxi réinventé à Montréal », Marketwire,‎ (lire en ligne)
  9. « Alexandre Taillefer investit en culture avec Mishmash | Luc Boulanger | Nouvelles », La Presse,‎ (lire en ligne)
  10. Lia Lévesque, « FSM: Alexandre Taillefer réclame un salaire minimum à 15$ », La Presse,‎ (lire en ligne)
  11. Marie-Ève Morasse, « Alexandre Taillefer plaide pour un investissement dans les CPE », La Presse,‎ (lire en ligne)
  12. Alexandre Taillefer, « SORTIR DU GARDE-ROBE », Voir,‎ (lire en ligne)
  13. Jonathan Durand-Folco, « Taillefer: bourgeois postmoderne », Blog Ekopolitica,‎ (lire en ligne)
  14. Zone Politique - lapresse.ca, « Taillefer: «Si je suis membre du PQ, c'est malgré moi» », sur lapresse.ca (consulté le 10 mai 2018)
  15. Zone Politique - ici.radio-canada.ca, « Alexandre Taillefer prend ses distances avec Voir et L'actualité », sur ici.radio-canada.ca (consulté le 11 mai 2018)
  16. Zone Actualités- lactualite.com, « Alexandre Taillefer, président de la campagne du PLQ et péquiste », sur lactualite.com (consulté le 10 mai 2018)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]