Alexandre Taillefer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Alexandre Taillefer
Nationalité Drapeau du Canada Canadien
Profession
Entrepreneur et homme d'affaires,
président du conseil d'administration du musée d'art contemporain de Montréal

Alexandre Taillefer est un entrepreneur et homme d'affaires québécois. Il est fondateur et principal associé d'XPND Capital, une société de placement privé d'entreprises québécoises[1].

À 21 ans, il amorce sa carrière d’entrepreneur à succès en fondant, en 1993, en pleine révolution numérique, la société Intellia, un fournisseur de services pour le commerce électronique qui a été racheté trois ans plus tard par Québecor[2].

Il restera cinq ans chez Québecor (jusqu'en 2000) où il dirige la division numérique, à partir de laquelle il réalise une série d’acquisitions, dont celle de la société Informission qui fusionnera avec Intellia pour devenir Nurun, qui appartient aujourd’hui à Publicis Groupe, et d’Hexacto, une entreprise de jeux mobiles[3].

En 2007, il co-fonde Stingray Digital, un distributeur de produits et services musicaux multiplateformes[4].

En 2012, il devient président du conseil d'administration du musée d'art contemporain de Montréal[5].

De 2013 à 2016, il est l'un des dragons à l'émission Dans l'œil du dragon[6].

En 2015, son groupe se porte acquéreur du magazine Voir[7].

Alexandre Taillefer s’est associé à Stephen Bronfman et son holding Claridge pour créer le premier fonds XNPD1, qui était doté de 20 millions, puis deuxième fonds XNPD vient d’être créé et celui-ci profitera d’un capital d’investissement de 40 millions[8].

Taxelco est un holding de transport mis sur pied en 2015 par XPND Capital[9], qui a mis la main sur 40 % du marché du taxi à Montréal avec Téo Taxi (pour transport écologique optimisé), Taxi Diamond et Taxi Hochelaga.

En 2016, il lance « Mishmash », un collectif culturel ayant pour mission de favoriser et d'exporter le talent québécois à l'international[10].

Alexandre Taillefer prend régulièrement position dans les débats politiques au Québec. En août 2016, il s'est dit en faveur du salaire minimum à 15$[11]. En mai 2017, il a invité le gouvernement québécois à réinvestir dans les CPE[12].

Appuyant des hommes et des femmes politiques de différents partis politiques, Alexandre Taillefer se décrit comme un "queer politique"[13]. Plus critique, Jonathan Durand-Folco le décrit comme un "bourgeois postmoderne"[14].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Alexandre Taillefer, PDG de XPND Capital - La Presse+ », La Presse+,‎ (lire en ligne)
  2. « Alexandre Taillefer, PDG de XPND Capital - La Presse+ », La Presse+,‎ (lire en ligne)
  3. « Alexandre Taillefer - Le Lien MULTIMÉDIA :: le portail des professionnels du numérique au Québec », sur www.lienmultimedia.com (consulté le 26 juillet 2017)
  4. « Stingray : un géant musical montréalais | Émilie Côté | Musique », La Presse,‎ (lire en ligne)
  5. « Alexandre Taillefer : accro à l'art contemporain | Nathalie Petrowski | Arts visuels », La Presse,‎ (lire en ligne)
  6. « Le dernier souffle d'Alexandre Taillefer | Hugo Dumas | Hugo Dumas », La Presse,‎ (lire en ligne)
  7. Zone Économie - ICI.Radio-Canada.ca, « Alexandre Taillefer met la main sur le  Voir », sur Radio-Canada.ca (consulté le 14 mai 2017)
  8. « Alexandre Taillefer, PDG de XPND Capital - La Presse+ », La Presse+,‎ (lire en ligne)
  9. « Taxelco lance Téo, le taxi réinventé à Montréal », Marketwire, {{Article}} : paramètre « année » ou « date » manquant (lire en ligne)
  10. « Alexandre Taillefer investit en culture avec Mishmash | Luc Boulanger | Nouvelles », La Presse,‎ (lire en ligne)
  11. Lia Lévesque, « FSM: Alexandre Taillefer réclame un salaire minimum à 15$ », La Presse,‎ (lire en ligne)
  12. Marie-Ève Morasse, « Alexandre Taillefer plaide pour un investissement dans les CPE », La Presse,‎ (lire en ligne)
  13. Alexandre Taillefer, « SORTIR DU GARDE-ROBE », Voir,‎ (lire en ligne)
  14. Jonathan Durand-Folco, « Taillefer: bourgeois postmoderne », Blog Ekopolitica,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]