Fonds de solidarité FTQ

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Fonds de solidarité FTQ
logo de Fonds de solidarité FTQ
Logo Fonds de solidarité FTQ

Création
Personnages clés Louis Laberge Robert Parizeau
Forme juridique Compagnie créée par une loi spéciale
Action 41,61$
Slogan Faire tourner l'économie d'ici
Siège social Montréal, Drapeau : Québec Québec
Direction Gaétan Morin, président et chef de la direction
Actionnaires 667 417
Activité Capital-développement
Capital risque
Financement d'entreprises
Épargne retraite
Produits REER
Site web www.fondsftq.com

Le Fonds de solidarité FTQ est une société de capital de développement créée par la Fédération des travailleurs et travailleuses du Québec en juin 1983 qui fait appel à l'épargne et à la solidarité de l'ensemble de la population du Québec. Sa mission principale consiste à contribuer à la croissance économique du Québec en créant et en sauvegardant des emplois au moyen d’investissements dans les entreprises de l’ensemble des secteurs d’activité de l’économie Canadienne au Québec. L'un de ses objectifs consiste également à encourager l’épargne-retraite et à procurer à ses centaines de milliers d’actionnaires-épargnants un rendement raisonnable qui s’ajoute aux avantages fiscaux supérieurs qui leur sont consentis.

Le Fonds de solidarité FTQ est un réseau québécois d’investissement en capital de développement qui a été créé à l’initiative de la FTQ, une centrale syndicale du Québec.

Au 30 novembre 2018, le Fonds de solidarité FTQ, disposait d’un actif net de 14,8 milliards de dollars, comptait plus de 667 417 actionnaires-épargnants.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • 1981 : Crise économique qui dura 18 mois où les taux d’intérêts pour les entreprises atteignaient 25 %.
  • 1982 : Sommet de Québec - réflexion de la FTQ sur les actions à poser pour sauver les emplois.
  • Juin 1982 : Projet Corvée-Habitation - partenariat entre travailleurs de la construction, syndiqués, entreprises et gouvernements qui sur 3 ans a permis la sauvegarde de plus de 57 000 emplois pendant la crise économique. Les projets garantissaient aux acheteurs de maisons un financement à un taux inférieur à celui du marché.
  • Septembre 1982 : l'ex-ministre péquiste Denis de Belleval dépose un rapport de 20 pages dans lequel il propose un fonds de solidarité trilatéral (patronat, travailleurs, État) d'un montant de 750 M$ pour investir dans des firmes incapables de trouver du financement. À ce moment, il ne s'agit pas encore d'un projet de la FTQ. Le projet est rejeté[1].
  • Octobre 1982 : Plusieurs fermetures d’usines à Sept-Îles, des entreprises qui avaient été rachetées par les travailleurs pour sauver leurs emplois. Mais devant la faillite, les travailleurs perdaient non seulement leurs économies mais aussi leurs emplois.
  • Décembre 1982 : Denis de Belleval quitte son poste de député (et le caucus du PQ).
  • Avril 1983 : Louis Laberge convainc le Conseil général de la FTQ de créer le Fonds afin de mutualiser le risque et procéder à des investissements dans les PME pour créer et maintenir des emplois.
  • juin 1983 : Création du Fonds de solidarité FTQ grâce au projet de loi 192. Louis Laberge déclare: «Le Fonds ne sera pas un organisme de charité ni une agence de subventions, il veut être rentable»[2].
  • Juin 1983 : Le gouvernement du Québec et le gouvernement fédéral prêtent chacun 10 millions de dollars pour contribuer au démarrage du Fonds.
  • Décembre 1984 : premier investissement du Fonds : 500 000$ dans la Scierie des Outardes.
  • 1990 : création de SOLIM, fonds spécialisé en investissements immobiliers. Aujourd’hui connu sous le nom de Fonds immobilier de solidarité FTQ
  • 1990 : création, en partenariat avec l’Union des municipalités régionales de comté (UMRCQ), de la société en commandite SOLIDEQ, chargée de mettre en place les SOLIDES, aujourd’hui connu sous le nom de Fonds locaux de solidarité FTQ.
  • 1996 : création des Fonds régionaux de solidarité FTQ.
  • 2002 : La barre des 500 000 actionnaires est franchie.
  • 2005 : Ministère des Finances annonce une modification aux règles d’investissement du Fonds, lui permettant des possibilités d’investissement plus élargies dans de plus grandes entreprises.
  • 2009 : Adhésion au Pacte mondial de l'Organisation des Nations unies.
  • 2010 : Adhésion aux Principes pour l’investissement responsable (PRI) selon le Global Reporting Initiative (GRI)

Réseau[modifier | modifier le code]

Le Fonds de solidarité, dont le siège social est à Montréal, possède un réseau composé de sociétés indépendantes, comprenant 16 Fonds régionaux de solidarité FTQ, 73 Fonds locaux de solidarité FTQ ainsi que le Fonds immobilier de solidarité FTQ. Son réseau d’investissement comprend également 77 fonds spécialisés.

Mission[modifier | modifier le code]

Le Fonds de solidarité FTQ a été constitué le 23 juin 1983 par une loi de l’Assemblée nationale du Québec sous le gouvernement Lévesque. La principale mission du Fonds de solidarité consiste à contribuer à la croissance économique du Québec en créant et en sauvegardant les emplois au moyen d’investissements dans les entreprises de l’ensemble des secteurs d'activité de l’économie Canadienne au Quebec. L'un de ses objectifs consiste également à encourager l’épargne-retraite et à procurer aux actionnaires-propriétaires un rendement raisonnable qui s’ajoute aux avantages fiscaux qui leur sont consentis par les deux ordres de gouvernements.

Financement d'entreprises[modifier | modifier le code]

Au 31 mai 2015, le Fonds de solidarité FTQ dévoilait un volume d’investissements de 640 millions $. Le Fonds est partenaire directement ou par l’intermédiaire de l’un des membres de son réseau, de plus de 2 500 entreprises canadienne au Quebec.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Graham Fraser, René Lévesque & the Parti Québécois in power, p.327
  2. Michel Girard, « FTQ:huit milliards de solidarité », La Presse,‎ (lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]