Aldjia Noureddine Benallègue

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Aldjia Noureddine Benallègue
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 96 ans)
TartousVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de

Aldjia Benallègue, née Noureddine le à Médéa[1] et morte le à Tartous en Syrie est une pédiatre algérienne. Elle est la première femme médecin en Algérie et première femme professeur de pédiatrie après l'indépendance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Aldjia Noureddine Benallègue étudie à la faculté de médecine d'Alger où elle obtient son doctorat en 1945. Elle devient membre-fondateur de la Société algérienne de pédiatrie en 1947. Agrégée de pédiatrie, elle est chef de service de l'Hôpital Parnet (aujourd'hui Centre hospitalo-universitaire Nafissa Hamoud) entre 1964 et sa retraite en 1989.

Elle est élue membre correspondant étranger de l'Académie nationale de médecine française le .

Œuvres et publications[modifier | modifier le code]

  • Le congrès médical maghrébin : histoire, souvenirs, sens, RMP.
  • Le devoir d'espérance, Alger, Casbah Éditions, , 310 p. (ISBN 9789961647042)
En collaboration
  • avec Messerschmitt, J., Suaudeau, C., Venezia, R., Fabre, S., Bon, J. et al., « Défaut en G6PD et anémies hémolytiques en Algérie », in Nouvelle revue française d'hématologie, 1967, 7, p. 827-840.
  • avec Benhassine, M., Hadji, A., Grangaud, J. P., & Mazouni, M., « Méningite à Listeria monocytogenes », in Algérie médicale, 1968, 5, p. 29-32.
  • avec Irunberry, J., Illoul, G., Timsit, G., Abbadi, M., Benabdallah et al., « Trois cas de maladie des chaines alpha observés en Algérie », in Nouvelle revue française d'hématologie, 1970, vol. 10, p. 609-616.
  • avec Benabdallah, S., Tabbakh, E., & Fenet, M., « Syndrome de Toni-Debré-Fanconi associé a une glyconose : à propos d'un cas », in Archives françaises de pédiatrie, 1971, 28, p. 566.
  • avec Benabdallah, S., & Kanafani, F., « Glycogénose et tubulopathie complexe : à propos de 2 cas familiaux », in Archives françaises de pédiatrie, 1975, 32, p. 202.
  • avec E. Tabbakhe, « La leishmaniose viscérale en Algérie », in Médecine tropicale, 1978, 38, p. 425-433.
  • avec Lebied A., Tabbakh E., et al., « Maladie de Crohn chez l'enfant algérien : à propos d'une observation princeps chez une fillette de 13 ans », in Revue tunisienne de pédiatrie, 1982, vol. 5, no 2-3, p. 63-68.
  • avec F. Kedji, « Consanguinité et santé publique : étude algérienne », in Archives françaises de pédiatrie, 1984, 41, p. 435-440.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Hamid Tahri, « Aldjia Noureddine Benallegue: première femme médecin algérienne », in El Watan, 3 janvier 2008, Texte intégral.
  • Hamid Tahri, « Une grande dame digne », in El Watan, 3 janvier 2016, Texte intégral.
  • Saliha Ouar, « Professeur Aldjia Benallegue » Article intégral en ligne.
  • « Aldjia Nouredine Benallègue et Zohra Ben Toucha : pionnières dans le domaine de la médecine », in Horizons du 7 août 2010.
  • (en) Larbi Abid, Camelia Abid, « Medical Practice in Algeria from the Ottoman era to the Present », in Pan Arab Journal of Oncology, 38, vol 3; issue 3, October 10, p. 38-43, Texte intégral.
  • « Docteure Aldjia Benallegue-Nourredine, « La pionnière des femmes médecins d'Afrique a tiré sa révérence », in Al Hufftington Post, [édition Maghreb-Algérie], Texte intégral en ligne

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Aldjia Benallègue Noureddine, Le devoir d'espérance, Alger, Casbah Éditions, 2007

Liens externes[modifier | modifier le code]