Albert de Hanau-Münzenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Albert de Hanau-Münzenberg
Biographie
Naissance
Décès
Père
Mère
Fratrie
Enfants
Jean Ernest de Hanau-Münzenberg
Madeleine-Élisabeth de Hanau (en)
Jeanne de Hanau-Münzenberg
Catherine-Élisabeth de Hanau-Münzenberg (d)
Marie-Julienne de Hanau-Münzenberg (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Albert de Hanau-Münzenberg ( à Strasbourg) était le plus jeune fils de Philippe-Louis Ier de Hanau-Münzenberg (1553-1580) et de son épouse, Madeleine de Waldeck (1558-1599). Les seuls fils de ses parents à arriver à l'âge adulte ont été Albert et son frère aîné Philippe-Louis II de Hanau-Münzenberg. Albert, fils de Jean-Ernest de Hanau-Münzenberg a été le dernier membre masculin de la lignée de Hanau-Münzenberg.

Régence[modifier | modifier le code]

Lorsque son père mourut en 1580, Albert et son frère étaient encore mineurs et une régence était nécessaire. Les régents étaient les comtes Jean VI de Nassau-Dillenbourg (1536-1606), Louis Ier de Sayn-Wittgenstein (1568-1607) et Philippe IV de Hanau-Lichtenberg (1514-1590), qui a été remplacé en 1585 par son fils, le comte Philippe V de Hanau-Lichtenberg (1541-1599).

Madeleine, la mère d'Albert s'est remariée en 1581 à Jean VII de Nassau-Siegen, le fils de son tuteur et le régent. Elle et ses fils de son premier mariage, sont allés à la cour Nassau à Dillenbourg. À l'époque, c'était un centre de Calvinisme en Allemagne. La cour de Dillenbourg a maintenu des relations cordiales avec la cour réformée des Électeurs du Palatinat à Heidelberg.

Cependant, Philippe IV de Hanau-Lichtenberg, le tuteur Luthérien d'Albert, et, plus tard, son fils Philippe V, furent farouchement opposés à cette influence calviniste, bien que, finalement, leur résistance fut vaine. Philippe V a essayé de faire nommé le duc luthérien Richard de Simmern-Sponheim, un jeune frère de l'Électeur Palatin Frédéric III comme co-régent. Il a réussi à obtenir un mandat à cet effet à partir de la Chambre impériale, mais les calvinistes ont empêché l'installation de Richard et empêché les gens de Hanau-Münzenberg de rendre hommage au duc Richard. Au lieu de cela, ils ont installé le duc Jean-Casimir du Palatinat comme tuteur supérieur un poste honorifique, qui a cependant renforcé les calvinistes à Hanau-Münzenberg.

La fin de la tutelle est difficile à déterminer. En 1600, les tuteurs ont eu un différend avec Philippe Louis II et mis fin de sa tutelle. Cependant, Albert était encore mineur en 1600 (à l'époque, l'âge de la majorité était de 25 ans), et les gardiens ont poursuivi leur tutelle sur lui au moins jusqu'en 1604. Les gardiens n'ont déposé leur compte définitif qu'en 1608, pressés par l'Électeur Palatin Frédéric IV.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

En 1585, Albert s'inscrit à l'académie d'Herborn, où son frère a également étudié[1]. En 1588, il s'inscrit dans la Tertia Classis de la Pädagogicum également à Herborn. En 1591, il s'inscrit à l'université de Heidelberg, où il fut élu recteur le 20 décembre 1591.

Règne[modifier | modifier le code]

Albert a passé la plupart de sa vie dans une violente dispute avec son frère Philippe Louis II, son cousin Philippe-Maurice de Hanau-Münzenberg (1605-1638), et sa belle-sœur Catherine-Belgique d'Orange-Nassau. Ce litige a été combattu en partie devant les tribunaux, en partie à l'aide de moyens militaires. Albert exigé une partition du comté. Philippe Louis II, s'appuyait sur un décret de 1375, qui prescrit la primogéniture dans la Maison de Hanau.

Un compromis a été obtenu, où Albert a reçu les districts de Schwarzenfels, Ortenberg, les territoires de l'ancien monastère de Naumbourg et Hanau et une part de Assenheim. Albert a ensuite déménagé au château de Schwarzenfels. Toutefois, le compromis ne met pas fin au litige. Albert a exigé la souveraineté, tandis que Philippe Louis II lui avait accordé seulement l'utilisation économique de l'apanage.

Albert et sa famille ont été forcés de quitter le château de Schwarzenfels pendant la Guerre de Trente Ans, probablement en 1633. Il a fui vers Worms et, plus tard, à Strasbourg, où il a souffert de graves problèmes financiers.

La mort[modifier | modifier le code]

Albert est décédé le 19 décembre 1635, en exil à Strasbourg. Le sermon des funérailles a été préservé[2].

Avec la mort d'Albert, le différend de souveraineté s'est terminé, son fils et héritier, Jean-Ernest, n'a pas eu de revendication et a finalement hérité de l'ensemble de Hanau-Münzenberg.

Le mariage et la descendance[modifier | modifier le code]

Le 16 août 1604, Albert a épousé la comtesse Ehrengard d'Isenburg (1er octobre 1577 – 20 septembre 1637 à Francfort)[3]. Certaines sources disent son prénom a été Irmgard. Ils ont eu les enfants suivants:

Références[modifier | modifier le code]

  • A. de W. E. Dek: Johann Graf der Mittlere von Nassau-Siegen und seine 25 Kinder, Rijswijk, 1962
  • Reinhard Dietrich: Die Landesverfassung en dem Hanauischen, dans la série Hanauer Geschichtsblätter, vol. 34, Hanau, 1996, (ISBN 3-9801933-6-5)
  • Ute Müller-Ludolph: Philipp Ludwig II. von Hanau-Münzenberg (1576-1612) – Eine politische Biographie, dans la série Quellen und Forschungen zur hessischen Geschichte, vol. 83, Darmstadt, 1991, Modèle:Listed Invalid ISBN3-88443-172-3Modèle:Listed Invalid ISBN
  • Reinhard Suchier: Genealogie des Hanauer Grafenhauses, in: Festschrift des Hanauer Geschichtsvereins zu seiner fünfzigjährigen Jubelfeier suis 27. En août 1894, Hanau, 1894
  • Reinhard Suchier: Die Grabmonumente und Särge der à Hanau bestatteten Personen aus den Häusern Hanau und land de la Hesse, dans: Programm des Königlichen Gymnases zu Hanau, Hanau, 1879. S. 1 - 56.
  • Gustav Toepke: Die Matrikel der Universität Heidelberg von 1386 bis 1662, Heidelberg, 1884, vol. 2
  • K. Wolf: Die vormundschaftlichen Regierungen des Grafen Johann des Älteren von Nassau-Dillenburg en der Grafschaft Hanau-Münzenberg, dans: Hanauisches Magazin, vol. 15, 1936, p. 81-94 et vol. 16, 1937, p. 1-14
  • Ernst J. Zimmermann: Hanau Stadt und Land, 3e ed., Hanau, 1919, reprint 1978

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gottfried Zedler et Hans Sommer: Die Matrikel der Hohen Schule und des Paedagogikums zu Herborn, dans la série Veröffentlichungen der Historischen Kommission für Nassau, vol. 5, Wiesbaden, 1908, p. 7, de l'article 74 et p. 186 article 67
  2. Katalog der Leichenpredigten und sonstigen Trauerschriften im Hessischen Staatsarchiv de Marburg , dans la série Marburger Personalschriften-Forschungen, vol. 14, Sigmaringen, 1992; Signature: 81, le gouvernement de Hanau, de 38,9 1
  3. Les Archives de l'État de hesse, à Marburg: Document de 432 à partir du 4 juin 1623, à la ligne 39
  4. Reinhard Dietrich: Archäologische Untersuchungen dans der Andreaskapelle des Klosters Schlüchtern, dans: Hanauer Geschichtsblätter, vol. 30, 1988, p. 327-334
  5. Anders Dek, p. 30 dit que c'était le 1er février 1637