Albert Walter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Walter.
Albert Walter
Fonctions
Député
Maire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Parti politique

Albert Walter est un homme politique français né d'une famille d'origine alsacienne le à Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) et décédé le à Paris[1].

Dessinateur mécanicien, il est adhérent du parti socialiste révolutionnaire. Conseiller municipal de Saint-Denis de 1884 (dissous en 1886 par décret présidentiel en 1886) à 1896 , de 1904 à 1908 et de 1912 à 1919, il est maire du au , réélu en 1904, à nouveau battu en 1908, puis élu en 1912, mais il déclinera alors le poste de maire.

Il est député de la Seine de 1893 à 1919, siégeant sur les bancs socialistes. Il fait preuve d'un anticléricalisme (il interdit toutes les manifestations extérieures du culte et impose la neutralisation du lieu de sépulture en supprimant la croix surmontant le caveau provisoire où peuvent être enterrées des personnes pratiquant un culte autre que le catholique) et d'un antimilitarisme virulent, mais aussi d'un grand intérêt pour les questions sociales[1].

Le , candidat aux élections législatives dans la 2e circonscription de l'arrondissement de Saint-Denis : il obtient au premier tour 3 127 voix contre 4 584 à Lourdelet et 4 129 à Revest, député-maire sortant. Il remporte le second tour par 6 608 voix, ses deux adversaires en ayant respectivement 4 989 et 4 532. Il est réélu jusqu'à sa mort, à partir de 1914 dans la 3e circonscription, le socialiste Pierre Laval, prenant sa succession dans la 2e[1].

Au Palais Bourbon, il se fait rappeler à l'ordre pour avoir injurié l'armée, lors d'un incident relatif à l'affaire Dreyfus soulevé par Jean Jaurès. Épris de justice sociale, il se consacre à la défense des travailleurs, réclamant des crédits en faveur des victimes de catastrophes, une aide pour les chômeurs, le repos hebdomadaire ou l'amélioration des conditions de travail. Il vote pour l'urgence des lois scolaires, l'assurance mutuelle agricole, la suppression des conseils de guerre et en faveur de la représentation proportionnelle[1].

Mandats parlementaires[modifier | modifier le code]

  • 03/09/1893 - 31/05/1898 : Seine - Socialiste
  • 22/05/1898 - 31/05/1902 : Seine - Socialiste
  • 11/05/1902 - 31/05/1906 : Seine - Socialiste
  • 06/05/1906 - 31/05/1910 : Seine - Socialistes unifiés
  • 08/05/1910 - 31/05/1914 : Seine - Parti socialiste
  • 26/04/1914 - 13/03/1919 : Seine - Parti socialiste

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • « Albert Walter », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  1. a b c et d « Albert Walter », assemblee-nationale.fr (consulté le 31 décembre 2015)