Albert Bataille

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Albert Bataille
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 42 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Albert Pierre Bataille, né le à Blois[1] et mort en , était un journaliste français qui porta le premier projet de création d'une école de journalisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Juriste et avocat de formation, d'abord éditeur de la revue Causes criminelles et mondaines (1881-1898), puis chroniqueur judiciaire au quotidien Le Figaro, Albert Bataille fut le premier président de l'Association de la presse judiciaire[2], fondée en 1887, haut lieu de rencontre entre magistrats et journalistes[3], un poste auquel lui a succédé Victor Taunay.

Tous deux furent parmi les instigateurs de la première organisation internationale de journalistes, le Bureau central des associations de presse, qui se crée en 1896[4].

Estimant que les journalistes avaient besoin d'un « bagage sérieux de connaissances et de solides garanties morales » [5] il tenta de créer une école de journalisme avec le soutien du directeur du quotidien Le Figaro, mais mourut en 1899[3] avant que le projet n’aboutisse. L'idée fut reprise par la romancière Dick May (1859-1925)[5] cofondatrice du "Collège libre des Sciences sociales", qui est la première à proposer la création d'une section de journalisme dans ce collège.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de Paris, état-civil numérisé du 9e arrondissement, acte de mariage no 1185 du entre Albert Pierre Bataille, homme de lettres domicilié à Asnières, et Cécile Schaffer.
  2. Marc Martin, Médias et journalistes de la République, p.219 [1]
  3. a et b Les Cahiers du journalisme n o 17 – Été 2007 [2]
  4. Madeleine Rebérioux, Jaurès et les intellectuels, p.60 [3].
  5. a et b Vincent Goulet, « Dick May et la première école de journalisme en France. Entre réforme sociale et professionnalisation » [4]