Dick May

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Dick May
Biographie
Naissance
Décès
[1] (à 66 ans)
SavoieVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nom de naissance
Rosalie Jeanne WeillVoir et modifier les données sur Wikidata
Pseudonyme
Dick MayVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Père
Fratrie
Autres informations
Membre de
Père-Lachaise - Division 96 - Weill 01.jpg
Vue de la sépulture.

Jeanne Weill (1859-1925), qui avait choisi le nom de plume Dick May, était une romancière et une intellectuelle française[2], qui a fondé en 1900 l'EHES, notamment son école de journalisme, devenue l'École supérieure de journalisme de Paris.

Biographie[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

Dick May est née en 1859 à Alger, où son père, Michel Aaron Weill, occupe depuis 1846 le poste de Grand-rabbin du Consistoire d’Algérie[3]. Sa mère est une cousine de Karl Marx. En 1863, la famille rentre en métropole et s’installe à Sélestat, petite commune du département du Bas-Rhin, dans la région dont est originaire son père. Après la défaite militaire qui conclut la Guerre de 1870, la famille finit par se fixer à Paris en 1885. Son frère cadet Georges Weill devient un brillant universitaire, historien du socialisme et du saint-simonisme.

Le travail avec le comte de Chambrun[modifier | modifier le code]

Dès 1889, à la mort de son père, elle officie comme secrétaire du comte Joseph Dominique Aldebert de Chambrun (1821-1899), ancien député de la Lozère et propriétaire de la cristallerie Baccarat, catholique, aristocrate et paternaliste, sensible aux idées de justice sociale, qui se pique de littérature, de politique et de beaux-arts.

Le comte crée des prix récompensant les initiatives améliorant le sort des ouvriers, finance en 1894 la création du Musée social, ainsi que des chaires d’économie sociale à l’École libre des sciences politiques, à la Faculté de droit et à la Sorbonne, tout en étant mécène de l’Alliance coopérative internationale de Charles Gide. Dick May devient sa représentante dans les sphères dirigeantes du monde universitaire[4].

Les nouvelles et romans[modifier | modifier le code]

Athée et autodidacte, Jeanne Weill se lance parallèlement, la même année, dans une carrière littéraire[5]. Elle emprunte un pseudonyme masculin et publie nouvelles et feuilletons dans les journaux de l'époque: L’Illustration, Le Temps, Le Journal des Débats, La Liberté, dont certains sont repris en volume, comme L’Affaire Allard et Le Cas Georges Arrel, en 1892 aux éditions Calmann Lévy.

Elle publie en 1898 dans La Revue blanche le roman, L’Alouette[6], histoire d'une jeune femme qui entre dans le monde misogyne du journalisme et qui affronte la jalousie de son fiancé face à sa réussite[5].

La fondation du Collège libre des sciences sociales[modifier | modifier le code]

En 1895[4], elle fonde avec le scientifique Théophile Funck-Brentano le Collège libre des sciences sociales. Le Collège veut promouvoir « l’étude désintéressée des grands problèmes sociologiques, économiques et politiques d’actualité » dans leur relation avec le réel. Elle se veut complémentaire des études supérieures classiques ou professionnelles. Sont invités à s'y exprimer des intellectuels de tous bords intéressés par la question sociale : leplaysiens, catholiques sociaux, économistes libéraux, mais aussi socialistes (comme Gustave Rouanet et Georges Renard). Dick May est la première à proposer la création d'une section de journalisme dans ce collège (créée en 1899). Elle prend ses distances avec cette institution pendant l'affaire Dreyfus.

L'École des hautes études sociales[modifier | modifier le code]

Dick May se brouille avec le directeur du Collège libre des sciences sociales, le positiviste Eugène Delbet, exécuteur testamentaire d'Auguste Comte, à la suite d'un conflit d'intérêt qui la décide à fonder un autre établissement, l'École des Hautes Études Sociales (EHES) rue de la Sorbonne, à proximité de la prestigieuse université parisienne.

L’EHES, dans un premier temps, ne délivre pas de diplôme. Le programme des conférences est aussi éclectique que celui du collège mais divisé en 3 écoles : une école de morale et de pédagogie, une école sociale, axée sur les questions politiques et économique, et une école de journalisme. Jusque-là, l’idée que les journalistes avaient besoin d'un « bagage sérieux de connaissances et de solides garanties morales » avait déjà été défendue par Albert Bataille, chroniqueur judiciaire au quotidien Le Figaro et premier président de l'Association de la presse judiciaire[7], qui tenta de créer une école de journalisme avec le soutien de son directeur, mais mourut avant que le projet n’aboutisse.

C'est ainsi qu'en 1899, aidée d'un groupe d'universitaires parisiens libéraux et laïques mobilisés à l'occasion de l'affaire Dreyfus, elle pose les bases de ce qui sera l'École supérieure de journalisme de Paris. Parmi les premiers enseignants, des journalistes comme Henry Fouquier, Jules Cornély, membre fondateur du Syndicat des journalistes français[8], Adolphe Brisson et Jules Claretie[9]. Attaquée à droite, notamment par Paul de Cassagnac et Édouard Drumont, l'école de journalisme apparaît comme un laboratoire du dreyfusisme[10],[11].

Dreyfusarde, Dick May est très active au tournant du XIXe et du XXe siècle. Elle organise un Congrès de l'enseignement social lors de l'Exposition de 1900 où elle soulève la question de l'éducation populaire en cherchant à harmoniser les initiatives émanant des différents pays. Elle est notamment en contact avec le couple Webb, en Angleterre, mais aussi avec de nombreux socialistes en Belgique. Elle fonde au début du XXe siècle la Solidarité du XIIIe arrondissement, une université populaire dont la plupart des orateurs interviennent aussi à l'École des hautes études sociales. Parmi les professeurs de cette UP, on compte Ferdinand Buisson, Paul Vidal de la Blache, Charles Gide, Émile Duclaux, Henri Hauser, Charles Seignobos, etc.

D'abord hostile à Dick May qu'il considère comme une "farceuse", puisqu'elle est autodidacte et ne dispose d'aucun diplôme universitaire reconnu, le sociologue Émile Durkheim se rapproche d'elle et de son institution au début du XXe siècle.

En 1903, Dick May joint à l’EHES une quatrième section, l’École d’arts, dans laquelle Romain Rolland développe la musicologie. L'établissement, qu'elle dirige pendant 25 ans avec Alfred Croiset, doyen de la faculté des lettres de la Sorbonne, forme un millier d'élèves.

Pendant la Première Guerre mondiale, elle est à l'origine de la fondation de l'Orphelinat des Armées, qui naît au coeur d'une immense polémique, lancée notamment par Maurice Barrès qui accuse la juive Dick May de vouloir mettre la main sur les orphelins des familles catholiques au nom d'une République laïque honnie[11]. Dick May est victime d'une campagne de presse antisémite et misogyne.

La guerre terminée, elle crée L'œuvre latine, association visant à multiplier les liens intellectuels entre les peuples latins. Jeanne Weill meurt le , dans un accident de montagne, lors d’une randonnée solitaire, près de Pralognan, en Savoie.

La presse juive de l'époque, en particulier Les archives israélites de France et l'Univers israélite, annonce son décès. Elle est enterrée dans le caveau familial au Père-Lachaise (96e division) sous son pseudonyme.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice de la BnF
  2. Mélanie Fabre, « WEILL Jeanne dite Dick May », Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier - Maitron,‎ (lire en ligne)
  3. « ESJ 1899 : Yes we May ! », ESJ Paris - Ecole supérieure de journalisme,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. a et b "Dick May et la création de la première école de journalisme en France : le désir de régénérer la société par la science sociale et la presse" [1]
  5. a et b "Dick May et la première école de journalisme en France. Entre réforme sociale et professionnalisation", par Vincent Goulet [2]
  6. Sarah Al-Matary, « fiche sur L'Alouette », sur legremlin.org, (consulté le )
  7. "Médias et journalistes de la République", par Marc Martin, page 219 [3]
  8. https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8600214/f3.image.langFR
  9. "Marinoni: le fondateur de la presse moderne, 1823-1904", par Éric Le Ray, page 407 [4]
  10. Mélanie Fabre, « Dick May et la première école de journalisme en France : un laboratoire du dreyfusisme », sur Fondation Jaurès
  11. a et b Mélanie Fabre, Dick May, une femme à l'avant-garde d'un nouveau siècle : 1859-1925 (ISBN 978-2-7535-7622-3 et 2-7535-7622-X, OCLC 1113814958, lire en ligne)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]