Akom II

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

2° 47′ N 10° 34′ E / 2.783, 10.567

Akom II est le chef lieu de l’arrondissement du même nom, dans la province du Sud, Département de l'Océan. Ses coordonnées géographiques sont 2° 47'N 10° 34'E C'est aussi une commune urbaine qui compte plusieurs hameaux (regroupement issus de grande familles. A partir de la ville de Kribi, on note Essanvak, Nyabitante, Nlomoto, Mbanga, Efoulan ; après le centre ville de Akom II, on compte, Akom Akoé, Nnemeyong, Biboulman, Eseng, Embenvok etc... La langue parlée par toutes ces populations est le "Boulou" issue elle même du Grand Groupe Ethnique des Beti - Fang qu'on retrouve dans le Sud du Cameroun, le Nord du Gabon et de la Guinée Equatoriale. A Akom II cohabitent paisiblement les clans Yemeyema’a, Yessok, Dong,Essangok, Yedjok, Yemvak, Esameyum, Essa'alane, Yengap, Yenvan, Yetotane et plusieurs minorités telles que les Badjél Bayela ou (Pygmée). Ces clans sont tous de la tribu Boulou. les fondements des alliances telles que les mariages, les accords ancestraux. Akom II se situe dans la province du Sud au Cameroun, et dans le département de l'océan.

Les populations de cet arrondissement vivent de petits commerces liés essentiellement au trafic de gibier (braconnage), et de petite plantation villageoise. Le cacao était une très grande source de revenu pour ses populations depuis l’ère coloniale, et après les indépendances. À cause de la chute des prix de cette denrée sur le marché mondial, et de l'absence de subvention de l’État, les populations ont littéralement abandonné ces cultures pour se rabattre sur la forêt, qui a toujours été la mère nourricière. En effet tout le côté sud de Akom II se trouve au beau milieu du parc national Campo Ma’an). L’arrondissent d’Akom II et les arrondissements voisins se retrouvent au milieu d’une coupe sauvage de bois, qui malheureusement ne bénéficie en rien aux populations locales, et détruit systématiquement tout l'écosystème. La création du port en eau profonde de Kribi tend à faire de Akom II une ville transit, vers Ebolowa et Kyosi, pour le commerce avec les pays voisins tels que le Gabon, et la Guinée Équatoriale.