Akie Abe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Akie Abe
Akie Abe en 2017.
Akie Abe en 2017.
Fonctions
Épouse du Premier ministre du Japon
En fonction depuis le
(4 ans, 10 mois et 23 jours)
Monarque Akihito
Premier ministre Shinzō Abe
Prédécesseur Hitomi Noda

(1 an)
Monarque Akihito
Premier ministre Shinzō Abe
Prédécesseur Chieko Mori (indirectement)
Successeur Kiyoko Fukuda
Biographie
Nom de naissance Akie Matsuzak
Date de naissance (55 ans)
Lieu de naissance Tokyo (Japon)
Nationalité japonaise
Diplômé de Université Rikkyō
Résidence Sōri-daijin Kantei, Tokyo

Akie Abe (安倍 昭恵, Abe Akie?, née le ) est l'épouse du Premier ministre du Japon Shinzō Abe.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née Akie Matsuzaki (松崎昭恵, Matsuzaki Akie?), Akie peut être considérée comme issue d'un milieu bourgeois mondain. Son père est l'ancien président de la compagnie Morinaga, l'un des plus grands fabricants de bonbons du Japon. Elle étudie à l'école du Sacré-Cœur de Tokyo (聖心女子学院, Seishin Joshi Gakuin?), dans des écoles catholiques, puis étudie au collège professionnel du Sacré-Cœur (en)[1]. Akie travaille pour la compagnie Dentsu, l'une des plus grandes agences de publicité du monde, avant d'épouser Shinzō Abe en 1987.

Au cours du premier mandat de son mari, elle reste très discrète. Cependant après la fin de celui-ci; elle décide de retourner étudier à l'université jusqu'à recevoir son master en design social (en) de l'Université Rikkyō en mars 2011 et elle témoigne comment ceci l'a poussé à développer ses propres idées[2]. Elle s'investit simultanément dans l'ouverture d'un izakaya organique dans le quartier de Kanda à Tokyo qui ouvre en 2012 peu avant le retour de son époux à la tête du parti, mais ne s'occupe pas de sa direction sur l'insistance de sa belle-mère[3]. Sa présence médiatique beaucoup plus importante à partir de ce moment conduit à ce qu'elle reçoive le surnom de « parti d'opposition domestique » (家庭内野党, kateinai yatô?), en raison de ses divergences de vues avec son époux y compris sur des sujets sensibles, comme le nucléaire ou le partenariat de sécurité avec les États-Unis[2]. Le couple n'a pas d'enfants, même après avoir essayé des traitements de fertilité[4].

À la fin des années 1990, Abe travaille comme DJ à la radio dans la ville natale de son mari, Shimonoseki. Elle est populaire sur les ondes et est connue sous le nom « Akky ». Elle est également une admiratrice des séries sud-coréennes et des acteurs Bae Yong-jun et Park Yong-ha (en)[5].

Abe soutien les minorités sexuelles et la communauté LGBT. Le , elle se joint à la Marche des fiertés de Tokyo pour montrer son soutien à de plus grands droits pour la communauté LGBT japonaise[6].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [http://www.sen-sacred-heart.ac.jp/ 聖心女子専門学校:ホーム
  2. a et b (en) Sayuri Daimon, « Japan’s first lady, Akie Abe, speaks her own mind », The Japan Times Online,‎ (ISSN 0447-5763, lire en ligne)
  3. (en) « Akie Abe not afraid to speak her mind », Japan Today,‎ (lire en ligne)
  4. Shinzo and Akie Abe's childlessness
  5. Japan’s First Lady-to-Be an Avid Korean Wave Fan, The Chosun Ilbo. Accessed September 26, 2006.
  6. Akie Abe joins gay parade, Japan Today.

Liens externes[modifier | modifier le code]