Agostino Soldati

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soldati.
Agostino Soldati
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Fonction
Ambassadeur
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 56 ans)
Nationalité
Activité

Agostino Soldati est un diplomate suisse, né le à Neggio d'où il est originaire et mort le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études à Vienne et à Berne pour lesquels il obtient les titres de docteur en droit et d'avocat, il entre au Département des affaires étrangères en 1938. Il est en poste à Rome, à Berlin (où il représente les intérêts de 21 pays auprès du Troisième Reich), à Lisbonne et à Paris.

Nommé observateur suisse auprès de l’Organisation des Nations unies à New York en 1956 avec le titre de ministre plénipotentiaire pendant environ un an, il est ensuite chef de la délégation suisse à l’Organisation européenne de coopération économique et auprès de la Communauté européenne du charbon et de l'acier dès 1958. En 1959, il est accrédité comme premier ambassadeur suisse auprès de la Communauté économique européenne (CEE) et de l’Euratom. En 1961, il est nommé ambassadeur en France et chef de la délégation auprès de l’Organisation de coopération et de développement économiques

Lors de la dernière conférence des ambassadeurs à laquelle il prend part, il déclare : « le crédit et le poids d’un pays dans le monde ne dépendent nullement du nombre de ses initiatives et de ses déclarations, mais du nombre de celles qui sont prises au sérieux et ont des conséquences réelles »[réf. nécessaire].

Il meurt en fonctions. Le jour de son décès, le général de Gaulle adresse des condoléances à sa veuve Daisy et au président de la Confédération Hans Schaffner[réf. nécessaire]. «Il avait une vaste culture, une profonde connaissance des choses et des gens et un esprit continuellement en éveil » devait écrire le secrétaire général du ministère des affaires étrangères Pierre Micheli dans le Journal de Genève[réf. nécessaire].

Publications[modifier | modifier le code]

  • La responsabilité des États dans le droit international, Paris, Éditions Duchemin,

Sources[modifier | modifier le code]

  • In memoriam Agostini Soldati, ambassadeur de Suisse, Nyon, Éditions Chérix & Filanosa,
    Recueil d'écrits, d'éloges, de témoignages et d'articles de presse