Adolphe Dieudonné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dieudonné.

Adolphe Edmond Dieudonné est un numismate français, né à Paris le , et mort dans la même ville le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Adolphe Dieudonné est le fils de Marie Henry Camille Dieudonné (1836-1891), ancien élève de l'École Polytechnique, ingénieur aux chemins de fer de l'Est[1], et de Marié Léonie Garnier.

Élève de l'École des chartes, il y obtient le diplôme d'archiviste paléographe grâce à une thèse sur Hildebert de Lavardin, évêque du Mans, au XIIe siècle.

Nommé à la Bibliothèque nationale de France en 1895, il est affecté en 1896 au Cabinet des médailles où il classe les monnaies grecques de la collection Waddington. Il s'intéresse alors à la numismatique antique et collabore à la Revue de numismatique où il présente les acquisitions des monnaies grecques et romaines du Cabinet des médailles de 1895 à 1905. Après le départ de Maurice Prou, il oriente ses recherches vers les monnaies françaises.

Il devient secrétaire de la Revue numismatique en 1906 publiée par la Société française de numismatique, jusqu'en 1934, puis de nouveau de 1939 à 1942[2].

Il succède à Ernest Babelon à la tête du Département des médailles et antiques de la Bibliothèque nationale en 1924, poste qu'il occupe jusqu'à sa retraite, en 1937.

Il enseigne la numismatique à l'École des chartes.

Publications[modifier | modifier le code]

  • Théorie de la Monnaie à l'époque féodale et royale d'après deux livres nouveaux, chez C. Rollin et Feuardent, Paris, 1909 (lire en ligne)
  • La monnaie royale depuis la réforme de Charles V jusqu'à la restauration monétaire par Charles VII, spécialement dans ses rapports avec l'histoire politique, dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1911, Volume 72, no 1, p. 473-499 (lire en ligne)
  • La Monnaie royale depuis la réforme de Charles V jusqu'à la restauration monétaire par Charles VII, spécialement dans ses rapports avec l'histoire politique (suite et fin), dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1912, Volume 73, no 1, p. 263-282 (lire en ligne)
  • Avec Jules Adrien Blanchet, Manuel de numismatique française :
    • tome 2, Monnaies royales françaises depuis Hugues Capet jusqu'à la Révolution, Auguste Picard éditeur, Paris, 1916 (lire en ligne)
    • tome 4, Monnaies féodales françaises, Auguste Picard éditeur, Paris, 1936 (lire en ligne)
  • Les monnaies capétiennes ou royales françaises, 1re section, (De Hugues Capet à la réforme de saint Louis), Librairie Ernest Leroux, Paris, 1923 (lire en ligne)
  • Les monnaies capétiennes ou royales françaises, 2e section, (De Louis IX 'saint Louis) à Louis XII), Librairie Ernest Leroux, Paris, 1932 (lire en ligne)
  • L'ordonnance ou règlement de 1315 sur le monnayage des barons, dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1932, Volume 93, no 1, p. 5-54 (lire en ligne)
  • Les monétaires mérovingiens, dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1942, Volume 103, no 1, p. 20-51 (lire en ligne)
  • La note du registre "Noster", dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1943, Volume 104, no 1, p. 247-258 (lire en ligne)

A voir aussi, la liste de ses publications sur ID REF.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean Babelon, La retraite de M. Adolphe Dieudonné, dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1938, Volume 99, no 1, p. 226-227 (lire en ligne)
  • Pierre Le Gentilhomme, Adolphe Dieudonné, dans Bibliothèque de l'école des chartes, 1946, Volume 106, no 2, p. 428-430 (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]