Adioukrou (peuple)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Adjoukrous)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Adioukrou.
Adioukrou
Populations significatives par région
Autres
Régions d’origine Dabou, Lagunes
Langues adioukrou
Religions christianisme
Ethnies liées Akan
Insigne du pouvoir[1]

Les Adioukrou sont une population de Côte d'Ivoire, localisée dans le sud de ce pays, précisément dans la région des Lagunes.

Les Adioukrous sont un peuple Akan [réf. nécessaire].

Le peuple Adjoukrou se caractérise par des pratiques culturelles traditionnelles auxquelles il reste attaché, malgré les évolutions liées au modernisme. Au nombre de ces traditions figure la fête de Low, célébrée sur une durée de 3 à 5 semaines et qui concerne les jeunes hommes âgés de 20 à 22 ans[2]. Ceux-ci acquièrent le statut d’adulte à l’issue de la cérémonie et ainsi, l’aptitude à assumer des responsabilités sociales et le droit de participer à une guerre éventuelle à laquelle serait partie le village.

Les Adjoukrous sont des agriculteurs. Ils produisent et vendent de l'huile de palme, de l'attiéké qui est leur aliment de base[3].

Ethnonymie[modifier | modifier le code]

Selon les sources et le contexte, on observe plusieurs variantes : Adiokrou, Adioukrous, Adiukru, Adiukrus, Adjoukrou, Adjukru, Adyoukrou, Adyukru, Adyukuru, Ajukru, Boubouri, Odjoukrou, Odjoukrous, Odjukru, Odzukru[4].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Queue d'éléphant, tissu, bois et feuille d'or. Musée africain de Lyon
  2. « Low, fête de génération Adjoukrou », Agendart-Ivoire, [1], consulté le 26 février 2016
  3. Marguerite Dupire et Jean-Louis Boutillier, Le pays Adioukrou et sa palmeraie : Basse Côte d'Ivoire : étude socio-économique, ORSTOM, Paris, 1958, 100 p.
  4. Source RAMEAU, BnF [2]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marc Augé et Jean-Paul Colleyn, Nkpiti : la rancune et le prophète, École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1990, 85 p.
  • Yedo Akpa Fabien, Les nouveaux mouvements religieux "komian-esel" : défi pour l'évangélisation dans l'ethnie Odjoukrou Côte d'Ivoire, Pontificia università lateranense, Rome, 2004, 254 p. (thèse)
  • Marguerite Dupire et Jean-Louis Boutillier, Le pays Adioukrou et sa palmeraie : Basse Côte d'Ivoire : étude socio-économique, Office de la Recherche scientifique et technique Outre-Mer, Paris, 1958, 100 p., [lire en ligne]
  • Alex I-Lemon, Kockidj, l'étrange fillette : récits et souvenirs, L’Harmattan, 1995, 143 p. (ISBN 978-2-7384-3194-3)
  • Bertin Lath Akpa, L'aminda : genre lyrique des Adjoukrou de la régionde Dabou (Côte d'Ivoire), Université François Rabelais, Tours, 1982, 190 p. (DESM d’ethnomusicologie)
  • Bertin Mel Gnamba, « Le sélu, langue obsolète des Adioukrou », in Cahiers ivoiriens de Recherche Linguistique, 1980, vol. 8, p. 2-84
  • Harris Memel-Fotê, Le Système politique de Lodjoukrou : une société lignagère à classes d'âge, Côte d'Ivoire, Présence africaine, Nouvelles éditions africaines, 1980 (thèse de 3e cycle de 1970 remaniée)
  • Amos Djama Okrou, Le sélû : genre musical historico-littéraire de Adioukrou (ethnie de la basse Côte d'Ivoire, Université François Rabelais, Tours, 1981, 90 p. (DESM d’ethnomusicologie)

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Nkpiti : la rancune et le prophète, film de Jean-Paul Colleyn et Manu Bonmariage, Charleroi : ACME, RTBF, Charleroi (Belgique), 1989, 54’ (VHS)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]