Dabou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dabou
Administration
Pays Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
District Lagunes
Région Grands Ponts
Département Dabou
Maire Yédé Niangne Jean-Claude
Démographie
Gentilé Daboulais(e), Dabois(e)
Population 82 021 hab. (2010)
Géographie
Coordonnées 5° 19′ 00″ nord, 4° 23′ 00″ ouest
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire
Voir sur la carte administrative de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Dabou
Géolocalisation sur la carte : Côte d'Ivoire
Voir sur la carte topographique de Côte d'Ivoire
City locator 14.svg
Dabou

Dabou est une ville de Côte d'Ivoire proche d'Abidjan et « capitale » des Adioukrou, peuple de la grande famille des Akan[1].

Marginalisée économiquement aujourd'hui, elle a été une ville de premier plan durant la période coloniale[1].

La ville de Dabou, située administrativement dans la région des grands ponts, est chef-lieu de commune, sous-préfecture mais également chef-lieu du département de Dabou.

Histoire[modifier | modifier le code]

En février 1843, le capitaine Faidherbe signe avec le chef de la confédération de Débrimou, un traité reconnaissant la souveraineté française[1].

À la suite de l'expédition menée par le commandant Baudin, commandant la station navale des Côtes occidentales d'Afrique, et de la signature d'un traité reconnaissant la souveraineté française par le chef de la confédération Débrimou en février 1843[1], Louis Faidherbe construit un fort en bordure de la lagune Ebrié, dont il reste encore quelques vestiges.

Via le wharf de Dabou par où les marchandises sont embarquées et débarquées, Dabou est un port important juste après Abidjan durant la période coloniale[1].

La construction en 1931-1032, au-dessus de la rivière Agneby, d'un pont (dit « Pont Eiffel » en raison de sa structure en acier), sera longtemps une porte d'entrée incontournable vers l'intérieur du pays pour qui vient d'Abidjan[1]. Ce rôle cessera avec la construction de la route vers Yamoussoukro.

Administration[modifier | modifier le code]

La sous-préfecture de Dabou a été créée le 2 janvier 1961[2]. Une loi de 1978[3] a institué 27 communes de plein exercice sur le territoire du pays.

Liste des maires successifs
Date d'élection Identité Parti Qualité
1980 Jean Kaul-Memel PDCI-RDA Enseignant de philosophie
1985 Lohouès Essoh Vincent PDCI-RDA Homme politique
1990 Lohouès Essoh Vincent PDCI-RDA Homme politique
1995 Albert Kakou Tiapani PDCI-RDA Homme politique
2001 Albert Kakou Tiapani PDCI Homme politique
avril 2013 Mohamed Sess Soukou RDR Député, homme politique
Yédé Niangne Jean-Claude PDCI Député, homme politique

Démographie[modifier | modifier le code]

Évolution démographique
1975 1988 1998 2010
23 13439 49454 89282 021

D'après le recensement général de la population de 1998, l'ensemble de la sous-préfecture comptait alors 120 304 habitants.

Secteur communal[modifier | modifier le code]

Une femme pêcheur dans le village de N'Gathy en 2014
Éboueur un jour de marché à Dabou toujours en 2014

En 1998, on comptait 65 119 habitants répartis dans huit villages organisés en communes :

  • Agnéby, 708 habitants
  • Allaba, 846
  • Armebé, 1 359
  • Dabou, 54 892
  • Débrimou, 4 150
  • Gbougo I, 1 395
  • N'Gatty, 741
  • Pass, 2 287

Secteur non communal[modifier | modifier le code]

En 1998, on comptait 55 185 habitants répartis dans plusieurs villages non organisés en communes :

  • Adangba-Eby, 380 habitants
  • Agbaille, 1 136
  • Agnimangbo, 1 060
  • Ahouya, 646
  • Akakro, 674
  • Akradio, 3 512
  • Bodou, 397
  • Bohn, 771
  • Bouboury, 1 497
  • Cosrou, 2 385
  • Ira, 1 561
  • Kaka, 579
  • Kodogodji, 262
  • Kroufian, 874
  • Lopou, 6 130
  • Mopoyem, 930
  • N'Doumikro, 565
  • Niamiambo, 448
  • Nigui-Nanou, 747
  • Nouvel-Ousrou, 3 297
  • Opoyounem, 1 663
  • Orbaff, 3 587
  • Orgaff, 1 411
  • Pandah, 1 092
  • Petit-Badien, 941
  • Tiaha, 1 250
  • Toupah, 6 665
  • Vieil-Ousrou, 673
  • Vieux-Badien, 2 823
  • Yassap A, 2 834
  • Yassap B, 600
  • Yomidji, 1 077
  • Youhoulil, 2 718 habitants

Depuis , les villages de Akradio, Cosrou, Lopou, Nouvel-Ousrou, Orbaff et Toupah ont été érigés en communes.

Economie[modifier | modifier le code]

L'économie de Dabou et de sa région repose en grande partie sur la culture industrielle du palmier à huile et de l’hévéa par la Société Africaine de Plantations d'Hévéas (SAPH)[1].

Éducation[modifier | modifier le code]

Enseignement primaire
Public

  • EPP Application
  • EPP Agnimel
  • EPP Yacé 2

Enseignement secondaire
Lycées Publics

  • Lycée Tiapani Dominique
  • Lycée Léboutou

Collèges publics

  • Collège Moderne Bessio
  • Collège moderne 1
  • Collège moderne 2
  • Collège Akpa Gnagne

Collèges privés

  • Collège Secondaire Méthodiste
  • Collège privé
  • Collège Jean Mamn
  • Collège Ronsard
  • College Chateaubriand
  • NB : Une nouvelle construction d'un collège moderne Laurent Gbagbo et d'un centre technique Harris Fote Memel sont en cours à Akradio (la toute nouvelle commune)

Monuments[modifier | modifier le code]

Fort Faidherbe près du débarcadère de Dabou

Personnalités liées à la ville[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Les compétitions sportives se déroulent exclusivement au chef-lieu du département, les autres localités ne disposant d'aucune infrastructure dédiée : la ville dispose d'un club de football, le OMNESS DE DABOU , qui évolue en Championnat de Division Régionale, équivalent d'une « 4e division » [4]. Comme dans la plupart des villes du pays, il est organisé, de façon informelle, des tournois de football à 7 joueurs qui, très populaires en Côte d'Ivoire, sont dénommés Maracanas. Ell comporte également un club de handball de 1re division.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f et g Gbikpi, « DABOU, VILLE DES LAGUNES, CAPITALE DES ADJOUKROU », sur Pascalchristian.fr, (consulté le )
  2. Raymond Borremans, Le grand dictionnaire encyclopédique de la Côte d'Ivoire, Tome 2 : C-D-E, Abidjan, NEA, 1987, 279 p. (ISBN 2-7236-0795-X), p. 165
  3. Loi no 78-07 du 9 janvier 1978
  4. Championnat de Football de Cote d'Ivoire