Aconit tue-loup

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Aconitum lycoctonum subsp. vulparia

L'aconit tue-loup (Aconitum lycoctonum subsp. vulparia) est une plante herbacée montagnarde très toxique. Elle appartient au genre Aconitum, à la famille des Renonculacées C'est une sous-espèce de l'espèce Aconitum lycoctonum.

Synonyme[modifier | modifier le code]

  • Aconitum vulparia Rchb.

Description[modifier | modifier le code]

Cette grande plante vivace glabre à feuilles palmées très découpées, fleurit en été jusqu'à 2 400 mètres d'altitude, dans les lieux rocheux, les prairies ou à l'orée des bois. On rencontre fréquemment l'aconit tue-loup auprès de l'aconit napel, dont il se différencie par sa taille plus élevée et ses longues grappes de fleurs jaune pâle, dont le casque est plus étroit et plus allongé que chez Aconitum napellus subsp. napellus. Lorsque les fleurs vieillissent, le casque a tendance à se fendre horizontalement à son sommet. Comme tous les aconits, la plante contient plusieurs alcaloïdes dont l'aconitine, poison mortel pour l'homme.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

  • Organes reproducteurs :
  • Graine :
  • Habitat et répartition :
    • Habitat type : mégaphorbiaies subalpines
    • Aire de répartition : eurasiatique

Données d'après : Julve, Ph., 1998 ff. - Baseflor. Index botanique, écologique et chorologique de la flore de France. Version : 23 avril 2004.

Toxicité[modifier | modifier le code]

C'est une plante connue pour l'activité neurotoxique de ses alcaloïdes, comme les autres espèces du genre Aconitum. On l'a utilisée depuis l'Antiquité pour empoisonner les flèches ou pour éliminer les animaux sauvages dont on voulait se protéger (chacals, tigres, renards, loups… d'où le nom vernaculaire donné à cette plante) avec des appâts (en mêlant de la racine d'aconit à de la viande avariée, en imprégnant des viandes de leur suc, en éventrant des proies mortes et en les fourrant avec cet Aconit)[1].

Dans les séries télévisées Teen Wolf, Vampire Diaries et The Originals, elle est censée pouvoir affaiblir les loups-garous.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Fabrice Guizard-Duchamp, Le loup en Europe du Moyen Âge à nos jours, Presses universitaires de Valenciennes, , p. 36

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]