Achigs d'Azerbaïdjan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L’art des Ashiqs d’Azerbaïdjan *
L’art des Ashiqs d’Azerbaïdjan
L’art des Ashiqs d’Azerbaïdjan
Pays * Drapeau de l'Azerbaïdjan Azerbaïdjan
Liste Liste représentative
Année d’inscription 2009
* Descriptif officiel UNESCO

L'art des Achigs d'Azerbaïdjan combine la poésie, le conte, la danse et la musique vocale et instrumentale dans un art de la performance traditionnel. Cet art est l’un des symboles de la culture azerbaïdjanaise et considéré comme un emblème de l’identité nationale et le gardien de la langue, de la littérature et de la musique azerbaïdjanaise[1].

Caractérisé par l'accompagnement du komuz, instrument de musique à cordes, le répertoire classique des Achigs d'Azerbaïdjan comprend 200 chansons, 150 compositions littéraires musicales connues sous le nom de dâstâns, près de 2 000 poèmes et de nombreux récits[2].

Depuis 2009, l'art des Achigs d'Azerbaïdjan est inscrit sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l'humanité[2].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Dans les dictionnaires encyclopédiques actuels, le mot Achig, qui signifie "celui qui aime", est dérivé de l'arabe et du persan. Certaines encyclopédies définissent Achig comme un chanteur-poète populaire du Caucase et des pays voisins. En plus de ses propres chansons, Achig au répertoire inclut des contes épiques et des chansons folkloriques[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Premières origines[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'art des achigs azerbaïdjanais se trouvent dans le livre de Dede Korkut[4], datant du VIIe siècle, qui contient les récits épiques les plus célèbres des Turcs Oghouz[5].

À partir du XVIe siècle, les achigs azerbaïdjanais sont les détenteurs et les gardiens de la langue nationale, de l'identité nationale et de la musique interprétée lors des mariages, des fêtes et des festivals folkloriques. Au XXe siècle, les représentations d’achig sur des scènes de concert, la radio et la télévision sont devenues courantes[6].

Période soviétique (1930-1991)[modifier | modifier le code]

À partir des années 1930, l'art des achigs azerbaïdjanais, comme toute culture de musique folklorique des peuples de l'URSS, tomba sous le contrôle le plus strict du gouvernement de l'État. Comme l’Union soviétique appréciait beaucoup cet art, l’art achig et l’art mugham d’Azerbaïdjan se sont développés pendant la Révolution culturelle, tandis que le meykhana était confronté à certaines restrictions[7]. En 1938, le premier congrès des achigs azerbaïdjanais a eu lieu et la vaste collection de poèmes achigs a été publiée. Des monuments ont été construits pour les achigs, leurs œuvres ont été ajoutées aux manuels scolaires et leurs anniversaires ont été célébrés non seulement en RSS d'Azerbaïdjan, mais également en RSS géorgienne et en RSS arménienne voisines, où est né Achig Alasgar[8].

Histoire moderne et acceptation mondiale (1991 – présent)[modifier | modifier le code]

En Azerbaïdjan moderne, les Achigs professionnels ont été divisés en deux catégories : les Achigs-interprètes et les Achigs-poètes. Les Achigs-interprètes, bien qu’ils soient des conteurs professionnels, ne sont pas engagés dans la poésie. En raison de leurs capacités individuelles et de leur compréhension des spécificités du folklore autochtone, ils modifient et adaptent leurs épopées et leurs légendes, en particulier leur prose.

Les achigs-poètes, au contraire, se sont livrés à la poésie avec des activités de narration. En Azerbaïdjan, ces achigs s'appelaient Ustad, ce qui signifie que le persan est un "maître". Les poètes achigs ont leurs propres écoles, où ils enseignent les bases de la créativité achig. Parmi les poètes achig célèbres figurent des poètes talentueux tels que Gourbani, achig Abbas de Toufargan, Khasta Gassim[9], achig Valeh, Achig Alasgar et bien d'autres. Ils ont eu un impact considérable non seulement sur la poésie achig, mais ont également grandement influencé la littérature écrite de l'Azerbaïdjan[10].

Achig Zulfiyya

Les achigs populaires de l'Azerbaïdjan moderne comprennent : achig Zulfiyya,  achig Nemet Gasimli, achig Ahliman, achig Adalat, achig Kamandar, Ali Tovouzlou et Khanh Khanlar. Le regretté Zalimkhan Yagub, membre du parlement de l'Azerbaïdjan et président de l'Union des achigs jusqu'en 2015, était également très populaire[11].

Après l'indépendance de l'Azerbaïdjan par rapport à l'URSS, l'art des Achigs d'Azerbaïdjan s'est engagé dans la campagne mondiale de promotion de la culture de l'Azerbaïdjan. L'art a également reçu un soutien important de la part de l'État, qui a organisé des visites pour les achigs du monde entier.

En 2009, le nombre total d'Achigs d'Azerbaïdjan dans le monde atteignait 3 000 personnes[12], ce qui figurait sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l'UNESCO[2].

Livraison[modifier | modifier le code]

En Azerbaïdjan, le style de performance des cendriers diffère par les caractéristiques spécifiques de la créativité locale. Par exemple, chaque ashig représentant les régions de Gandja, Kalbadjar, Gazakh, Tovouz et Bortchali se différencient de manière marquée par leurs compétences individuelles et chérit l’art des achig traditionnels. Les représentations de cendres sont souvent accompagnées par un interprète de balaban (instrument) et un ensemble d'instruments à vent, mais l'instrument de musique principal des cendres est considéré comme saz azerbaïdjanais. Les capacités créatives des achigs diffèrent des suivantes[13] :

  • Usta-Achigs - poète du peuple « Usta achigh » (Achig-maître) - écrit des épopées, des poèmes, crée des chansons, chante et joue pour le saz et leur performance est accompagnée de mouvements de danse.
  • Achig-instrumentiste - ce rôle inclut la diffusion de l'art des célèbres Achigs, le chant et le saz, et parfois la danse.
  • Les narrateurs d'Achig sont parfois interprétés en solo ou sont accompagnés par le saz ou le joueur de duduk qui, tout en dansant, se déplace à côté de lui.

Liste des troubadours[modifier | modifier le code]

Achig Abbas Toufarganli (XVIIe siècle)

Achig Abdoullah (XVIIe siècle)

Achig Agalar Mikayilov

Achig Ali

Achig Alhan

Achig Behman

Achig Besti (1836-1936)

Achig Bilal

Achig Ahmet

Achig Akber

Achig Alesker  (1826-1926)

Achig Ali

Achig Emrah

Achig Esat

Achig Hemayil

Achig Hussein Bozalganlı

Achig Hussein Cavan

Achig Hussein Mayıl

Achig Hussein Saraclı

Achig Hussein Şemkirli (1811-1891)

Achig Kamandar

Achig Mesim Seferov

Achig Miskin Hassan

Achig Moussa (1830-1912)

Achig Necef Alimerdanlı

Achig Penah

Achig Peri (1811-1847)

Achig Gasim (XIXe siècle)

Achig Mourat

Achig Kahraman (1884-1966)

Achig Gandab

Achig Garip (16-17ème siècle)

Achig İhtiyar

Achig Kourban Ağdabanlı (1859-1925)

Achig Redjep (18-XIXe siècle)

Achig Chamchir

Achig Chenlik (1852-1913)

Achig Sona

Achig Teymur

Achig Valeh (XVIIIe siècle)

Achig Hindi Mehmet

Bimar Ali

Djahansuz

Berger Afgan

Fou Murad (XVIIIe siècle)

Dilchad

Dollou Moustafa (XIXe siècle)

Alipacha Fagani

Fatma khanim Kemine (1841-1898)

Poète Abdulezim de Geuytcheli

Poète Mahammed de Geuytcheli

Gulchat (16e-17e siècle)

Heyyat Mirza

Hussein Sani

Kazim aga Salik (1781-1842)

Kerem Dede (XVIe siècle)

Achig Muhammed Bey (1800-1861)

Mehtâb hanim (XIXe siècle)

Kurban de Melikbal (XIXe siècle)

Mechedi İskender

Mikail Azafli

Mirza Muhammed Sekreter (1827-1889)

Mirza Samed

Mirzedjan Medetov (XVIIe siècle)

Miskin Abdal (1430-1535)

Miskin Ali

Molla Djuma (1854-1920)

Nevahichli Bakich

Novres İman

Abdullah de Padar (XIXe siècle)

Karadjaoglan (1606 - 1674)

Kourbani (années 1470)

Poète Firudin

Poète Mehmethussein (1800-1880)

Poète Nebi

Poète Salman

Poète Veli

Pacha de Salah

Achig  Sari (XVIe siècle)

Sefil Sefter

Cheyda Aziz

Hassan de Seuvde

Tahir Mirza (XVIIe siècle)

Teymur Bilsavad

Yildiz Seunmez (1950)

Veli Miskinli

Haltanli Taghi (1776-1890)

Khan Tchoban (1799 – On ne sait pas sa date de mort)

Hasta Bayrameli

Hasta Gassim (1684-1760)

Yahya bey Dilgem (1830-1865)

Orphelin Seyyid

Zabit

Zal Cabbarli

Zeynep Zerbeli kizi (1860-1942)

Maitre Abdullah de Zod[9]

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « A propos de l’art de troubadour »
  2. a b et c « UNESCO - L’art des Ashiqs d’Azerbaïdjan », sur ich.unesco.org (consulté le 21 décembre 2018)
  3. « АШУГ »
  4. (en) « Visions of Azerbaijan Magazine ::: Nemet Qasimli – A Bard in Baku », sur Visions of Azerbaijan Magazine (consulté le 21 décembre 2018)
  5. « 6.3 Dada Gorgud: "Mother of All Books." », sur azer.com (consulté le 21 décembre 2018)
  6. (en) Tourism-Review org – web@tourism-review.org, « Azerbaijan: The Ashiq Art | .TR », sur www.tourism-review.com (consulté le 21 décembre 2018)
  7. « Hamı əlinə saz götürüb çıxıb meydana... »
  8. « SOVET AZƏRBAYCANININ ÇİÇƏKLƏNƏN İNCƏSƏNƏTİ »
  9. a et b « Les chansons des troubadours »
  10. (en-US) « Tourism.az – Azerbaijan Tourism Portal » (consulté le 21 décembre 2018)
  11. « Zəlimxanın poeziya aləminə səyahət »
  12. (en) « UNESCO - Intangible Heritage Home », sur ich.unesco.org (consulté le 21 décembre 2018)
  13. « Aşıq sənəti »