Abdelhadi Saïd

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Arabic albayancalligraphy.svg Cette page contient des caractères arabes. Testez votre navigateur afin de vérifier qu'ils s'affichent correctement. En cas de problème, consultez la page d'aide à l'affichage des caractères Unicode.
Abdelhadi Saïd
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Marrakech (ou environs)Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Autres informations
Site web

Abdelhadi Saïd (عبد الهادي السعيد)[1], né près de Marrakech en 1974, est un poète marocain [2], également traducteur[3] (notamment d'Abdellatif Laâbi[4]).

Biographie[modifier | modifier le code]

Abdelhadi Saïd, né près de Marrakech en 1974, a suivi une formation d'ingénieur.

À 22 ans, son premier recueil de poésie, Taphassil Assara, lui a permis d'obtenir le prix décerné à ce genre littéraire par l'Union des écrivains du Maroc[5]. Il s'est également tourné vers l'écriture théâtrale[5].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Liste a priori non exhaustive
  • Taphassil Assarab, UEM, 1996
  • Infarctus ou les mots décroisés, L'Harmattan, 2002
  • La Wa Akhawatoha, Saad Warzazi Éditions, 2003
  • Routine Addahcha, Saad Warzazi Éditions, 2004
  • Barbus jusqu'aux dents, Le Manuscrit, 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Forme translittérée possible en français : ʿAbd al-Hādī Saʿīd (notice BnF no FRBNF14414186)
  2. http://www.libe.ma/Bouillons-de-Culture_a34886.html
  3. http://www.leconomiste.com/article/903437-po-sie-la-plume-plus-forte-que-l-p-e
  4. Fatima Ezzahra Saâdane, « Siel : Laâbi charge Himmich », Les Éco, Casablanca,‎ (lire en ligne)
  5. a et b Qods Chabâa, « Veillée poétique à la Villa des arts de Casablanca », Le Soir Échos, Casablanca,‎ (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]