Abbott Lawrence Lowell

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Abbott Lawrence Lowell
Abbott Lawrence Lowell.jpg

Abbott Lawrence Lowell peinture de John Singer Sargent

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 86 ans)
BostonVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Parti politique
Membre de

Abbott Lawrence Lowell (1856-1943) est un juriste, professeur de science politique et président de l'université Harvard (1909-1933).

Formation[modifier | modifier le code]

Il est né dans une famille fortunée qui a longtemps joué un rôle important à Boston (Boston Brahmin). Après des études secondaires qui l'ont conduit notamment à Paris, il a été étudiant à l'université Harvard où il a été successivement diplômé en mathématiques (1877) et en droit (1880).

Vie professionnelle[modifier | modifier le code]

Il a été juriste à Boston pendant dix-sept ans avant de devenir maître de conférences en 1897 puis professeur d’« Existing Political Systems » (1900) et enfin président (1909-1933) de l’université Harvard. Durant sa présidence, cette université a connu une très grande expansion, passant de 3 800 à 8 000 étudiants. Durant la Première Guerre mondiale, il fut membre de la « League to Enforce Peace » et soutint la proposition du président Woodrow Wilson de Société des Nations. Son rôle à Harvard et Boston dans les années vingt est sur certains points contesté.

Avec Graham Wallas de la London School of Economics, il a contribué à orienter la science politique américaine vers l'étude des faits et des réalités[1]. Son approche de l'opinion publique a été influencée par le « regretté » Gabriel Tarde

Abbott Lawrence Lowell était également membre de l'International Institute of Public Law. À ce titre, il était en contact avec des juristes français tels que Gaston Jèze, Léon Duguit et d'autres. Il a en particulier participé au colloque de cet institut en octobre 1928 à Paris où sa communication était intitulée : La crise des gouvernements représentatifs et parlementaires dans les démocraties modernes

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Essays on Government (1889),
  • Governments and Partis in Continental Europe (1896),
  • Colonial Civil Service (1900),
  • The Government of England (1908)
  • Democracy and a Permanent Civil Service (1909),
  • L’opinion publique et le gouvernement populaire, traduction réalisée en 1924 par Albertine Jèze d’un ouvrage paru en 1913,
  • La crise des gouvernements représentatifs et parlementaires dans les démocraties modernes, Marcel Giard 1928.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Voir Ross Dorothy, Anglo-American Political Science, 1880-1920, Public Affairs, Vol.43, n°3, automne 2002

Sources externes[modifier | modifier le code]