AK-63

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Enfant-soldat iranien brandissant un AK-63F dont la crosse est ornée de la photo de l'Ayatollah Khomeini.
Fusil AK-63D.

L'AK-63 (aussi connu par les services militaires hongrois comme l'AMM) est une variante hongroise du fusil d'assaut AKM tout comme l'AMD-65. Elle remplaça l'AKM-63 (trop fragile) à partir de 1977.

Présentation et variantes[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une copie hongroise de l'AKM appelé «AK-63» fabriqué par FÉG. L'AK-63 est livré avec une crosse fixe en bois ou en plastique, pesant 3 kg à vide pour 88 cm. La famille des AK-63 peut ainsi être répartie entre les :

  • AK-63F ou AMM dans l'Armée hongroise - Modèle de base à crosse fixe. Basé sur l'AKM mais s'en différencie par la forme de la poignée pistolet. Notez la teinte rouge du bois utilisé.
  • AK-63D ou AMMZ dans l'Armée hongroise- Equivalent magyar de l' AKMS; Munie d'une crosse repliable en métal. Réservée aux parachutistes et commandos.
  • AK-63MF - Version modernisée de l'AK-63D ; munie d'un heu de rails Picatinny pour l'adaptation d'accessoires optiques ou non ; nouvelle crosse télescopique réglable type M4.
  • SA-85M - Version civile pour le marché US ; ne tire qu'en mode semi-automatique.

Diffusion militaire[modifier | modifier le code]

Les soldats hongrois l'utilisèrent. Elle fut fournie aussi aux armées et/ou guérillas des pays suivants : Croatie, El Salvador, Iran, Iraq et Libye. Ainsi, outre les missions des casques bleus magyars, l'AKM hongroise arma les combattants de la guerre civile du Salvador (1980-1992), de la guerre Iran-Irak (1980-1988), de la guerre Irak-Koweït (été 1990), de la guerre du Golfe (1990-1991), de la guerre d’indépendance croate (1991-1995) et enfin, plus récemment, la guerre civile libyenne (en 2011 puis depuis 2014).

Diffusion du SA85 chez les tireurs civils[modifier | modifier le code]

Apparitions dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Cette notice est notamment issue de la consultation du site hongrois kalasnyikov.hu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

En tant que dérivé lointain de l'AKM, l'AK-63 et son histoire sont abordées dans les ouvrages signés :

  • Dominique Venner, Les Armes de combat individuelles, Grancher, 1977.
  • Dominique Venner, Les Armes soviétiques, Grancher, 1980
  • Edouard Ducourau, Le Kalashnikov, Éditions du Guépard, 1982
  • Stanislas de Haldat, Kalachnikov. L'AK47 à la conquête du monde. La Sirène. 1993.
  • Jean Huon, Histoire du Kalasnikov. À l'épreuve de tous les combats, ETAI, 2011
  • Collectif, Armes d'Assaut du Monde, Missions Spéciales Productions, 2008.