Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis AFSCA)
Aller à : navigation, rechercher
Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire
Logo de l'AFSCA
Logo de l'AFSCA

Région Drapeau de la Belgique Belgique
Création 2000
Type Organisme d'intérêt public
Domaine Sécurité alimentaire
Siège Centre administratif Botanique
Bd du Jardin Botanique 55
1000 Bruxelles
Coordonnées 50° 51′ 10″ N, 4° 21′ 55″ E
Langue Allemand
Français
Néerlandais
Administrateur délégué Herman Diricks (Open VLD)
Site web afsca.be

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire

L’Agence fédérale pour la sécurité de la chaîne alimentaire (AFSCA) (en néerlandais : Federaal Agentschap voor de Veiligheid van de Voedselketen - FAVV ; en allemand : Föderalagentur für die Sicherheit der Nahrungsmittelkette - FASNK) est l’agence belge chargée de surveiller la sécurité de la chaîne alimentaire et la qualité de l'alimentation.

L'Agence alimentaire est sous la tutelle du Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture et de l’Intégration sociale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Issue de la crise de la dioxine de 1999, l'AFSCA est fondée en 2000 et a pour mission de veiller à la sécurité de la chaîne alimentaire afin de protéger la santé des hommes, des animaux et des plantes. Couplés à ceux du secteur agroalimentaire, ses efforts tentent de garantir un maximum de sécurité aux consommateurs.

L’agence emploie quelque 1 300 agents dont plus de la moitié sur le terrain, qui réalisent annuellement plus de 120 000 missions de contrôles et d’échantillonnages sur les matières premières ou les denrées consommées tous les jours en Belgique. Elle dispose de son propre réseau de 5 laboratoires et fait appel à une cinquantaine de laboratoires agréés pour effectuer des analyses. Elle est également chargée de la délivrance des certificats d'exportation, de la prévention et de la gestion de crise, de l'aide aux pays tiers en matière de contrôles alimentaires ainsi que de la communication et la vulgarisation auprès des consommateurs. Elle se présente également comme un service public sous contrôle, régulièrement audité par l’Office alimentaire et vétérinaire de la Commission européenne et par des organismes externes, comme en attestent les différents certificats (ISO...) disponibles sur son site internet.

L'affaire Munnix[modifier | modifier le code]

En avril 2015, la fromagerie Munnix voit sa production intégralement saisie à titre conservatoire sur demande de l'AFSCA à la suite d'une détection de Listeria monocytogenes[1]. L'exploitation étant la dernière à fabriquer du fromage de Herve au lait cru, un mouvement populaire s'engage pour défendre l'activité[2],[3]. De son côté, l'AFSCA défend sa décision[4], basée sur un durcissement des normes européennes en vigueur[5]. En juin 2015, le producteur, après avoir hésité à engager un bras de fer avec l'agence[6], déclare devoir arrêter définitivement la production, la continuation de son activité lui semblant impossible à assurer désormais[7]. En mars 2016, l'agence est critiquée pour avoir tenté de modifier son article sur Wikipédia, afin d'en faire disparaître la mention de cette affaire[3],[8],[9].

L'affaire des œufs contaminés au fipronil[modifier | modifier le code]

Fin juillet 2017, l'AFSCA fait l'actualité en raison du scandale des œufs contaminés au fipronil, un insecticide utilisé dans l'éradication du pou rouge mais interdit pour les animaux d'élevage[10]. Le 20 juillet, la Belgique avertit l'Union européenne du problème via le système d'alerte rapide (Rapid Alert System for Food and Feed). La crise trouve son origine en province d'Anvers, mais a des répercussions dans d'autres pays, en particulier aux Pays-Bas et en Allemagne, mais également en France, au Royaume-Uni, en Suisse et en Suède. Le 4 août, la chaîne de supermarchés allemande ALDI annonce retirer tous ses œufs de la vente en Allemagne[11],[12].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Y. B, « Nouvelle visite de l'Afsca, à la fromagerie Munnix, à Herve, et le parquet saisi de l'affaire », La Meuse,‎ (lire en ligne)
  2. « «Sauvons le fromage de Herve», la pétition en ligne qui cartonne », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  3. a et b « Herve: l'Afsca tente «d'effacer» l'affaire Munnix de sa page Wikipédia », La Meuse,‎ (lire en ligne)
  4. « Présence de Listeria dans un lot de fromages de Herve au lait cru de l’établissement Munnix », sur AFSCA (consulté le 18 mars 2016)
  5. Aline Glaudot, « AFSCA: "Il faut que des contrôleurs soient plus pédagogues que gendarmes" », RTBF Info,‎ (lire en ligne)
  6. Belga, « La fromagerie Munnix à Battice s'attaque à l'AFSCA, et aux conséquences sur le goût pour le consommateur », Le Vif,‎ (lire en ligne)
  7. « AFSCA: L'un des derniers fromages de Herve au lait cru disparaît: "tous les artisans vont y passer" », Le Vif,‎ (lire en ligne)
  8. CVD et So. De, « En toute discrétion, l’Afsca cherche à blanchir son image sur Wikipédia », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne)
  9. « L’AFSCA s’acharne contre le fromage de Herve sur sa page Wikipédia », Le Soir,‎ (lire en ligne)
  10. RTBF avec agences, « Crise des œufs contaminés au fipronil : ce que l'on sait », sur rtbf.be, (consulté le 10 août 2017).
  11. Le Monde avec AFP, « Œufs contaminés : du fipronil aurait été détecté aux Pays-Bas dès novembre 2016 », sur lemonde.fr, (consulté le 10 août 2017).
  12. Stéphane Foucart et Audrey Garric, « Neuf questions sur le scandale des œufs contaminés qui touche l’Europe », sur lemonde.fr, (consulté le 10 août 2017).

Liens externes[modifier | modifier le code]