Île de Bananal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant le monde insulaire image illustrant la géographie du Brésil
Cet article est une ébauche concernant le monde insulaire et la géographie du Brésil.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Île de Bananal
Ilha do Bananal (pt)
Ilha do Bananal, sanctuaire écologique
Ilha do Bananal, sanctuaire écologique
Géographie
Pays Drapeau du Brésil Brésil
Localisation Rio Araguaia
Coordonnées 11° 20′ 00″ S 50° 25′ 00″ O / -11.333333, -50.41666711° 20′ 00″ S 50° 25′ 00″ O / -11.333333, -50.416667
Superficie 19 162 km2
Géologie Île fluviale
Administration
Région Région Nord
État Tocantins
Autres informations

Géolocalisation sur la carte : Brésil

(Voir situation sur carte : Brésil)
Île de Bananal
Île de Bananal

L'île de Bananal (Ilha do Bananal en portugais) se trouve au Brésil, dans l'État du Tocantins au milieu de deux très larges bras du rio Araguaia. Elle est la plus grande île fluviale au monde avec une superficie de 19 162 km2 (environ deux fois celle du Liban ou de la Jamaique) mesurant 350 km de long pour 55 km de large. De janvier à mars, elle est partiellement recouverte par la crue hivernale de rio Araguaia. Aucun pont n'existe pour accéder à l'île mais pendant la saison sèche de juin à août, le niveau de l'eau par endroit est suffisamment faible pour un accès en voiture tout-terrain.

Le tiers nord de l'île est devenu le parc national d'Araguaia, les deux tiers sud étant une réserve indigène pour les tribus Carajás et Javaés.

Références dans la littérature de langue française:

L'île est le premier endroit décrit par Blaise Cendrars dans le chapitre "Utopialand, le pays qui n'est à personne" de son dernier livre, Trop c'est trop. Il y raconte l'histoire d'un Français qui aurait eu une mine d'or sur l'île[1].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Blaise Cendrars, Tout Autour d'Aujourd'hui, Vol. 11, Paris, Denoël,‎ , 556 p.