Île Ronde (rade de Brest)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Île Ronde.
Île Ronde
Enez Krenn (br)
En premier plan la Cormorandière, au fond l'île Ronde
En premier plan la Cormorandière, au fond l'île Ronde
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Localisation Rade de Brest (océan Atlantique)
Coordonnées 48° 19′ 25″ N, 4° 27′ 45″ O
Point culminant non nommé (24 m)
Géologie Île continentale
Administration
Région Région Bretagne
Département Finistère
Commune Plougastel-Daoulas
Démographie
Population Aucun habitant
Autres informations
Découverte Préhistoire
Fuseau horaire UTC+1

Géolocalisation sur la carte : rade de Brest

(Voir situation sur carte : rade de Brest)
Île Ronde
Île Ronde

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Île Ronde
Île Ronde
Îles en France

L’île Ronde est un îlot situé à 400 mètres au sud-ouest de la pointe de l’Armorique, dans la rade de Brest, sur le territoire de la commune de Plougastel-Daoulas. Point culminant : 24 m (NGF-IGN69).

Description de l'Île Ronde en 1895[modifier | modifier le code]

« L'Île Ronde (...) n'a rien de bien curieux, c'est une roche très haute disposée en strates très inclinées montrant des assises noires et blanches, sorte de marbre grossier dont on fit de la chaux avant que chemins de fer et bateaux à vapeur ne fussent créés. Au-dessus est une pelouse où les habitants du voisinage viennent couper de l'herbe, et une ligne de retranchements abandonnés, sorte de redan faisant face au fort de l'Armorique[1]. »

L'Île Ronde

Les « Ducs d’Albe »[modifier | modifier le code]

Face à l’île Ronde, sur la pointe de l’Armorique, se trouve le fort de la pointe de l’Armorique. En mer, à 600 m à l’est de l’Île Ronde, se trouvent deux ducs-d’Albe construits par l’Occupant lors de la seconde Guerre mondiale. Ils avaient vocation à accueillir le cuirassé Bismarck de la Kriegsmarine. Les deux ducs-d’Albe ont pour cela été installés à un endroit où la profondeur est de 16 mètres. Mais, coulé avant d'avoir pu atteindre la rade de Brest, le cuirassé n’a pas utilisé ces cubes de béton.

Il semble que ces caissons n’aient pas eu une utilisation intensive. La proximité du chenal séparant l’île Ronde de la pointe de l’Armorique est source de courants de marée non négligeables, rendant difficiles les manœuvres d’accostage à cet endroit.

Aujourd’hui désaffectés, ces cubes de béton sont devenus un havre pour la faune et la flore. Y nichent par exemple des sternes pierregarins, depuis qu’ils ont été rendus inaccessibles (échelles déposées).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Victor-Eugène Ardouin-Dumazet, Voyages en France : Les Îles de l'Atlantique : 2. D'Hoëdic à Ouessant, t. 4, Paris, Berger-Levrault, (lire en ligne)