Émile Bongiorni

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un footballeur image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un footballeur français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Émile Bongiorni
Une illustration sous licence libre serait la bienvenue : importer un ficher.
Biographie
Nom Émile Bongiorni
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance
Lieu Boulogne-Billancourt (France)
Décès (à 28 ans)
Lieu Turin (Italie)
Période pro. 1937-1949
Poste Attaquant
Parcours professionnel 1
Saisons Club 0M.0(B.)
1937-1942 Drapeau : France CA Paris
1942-1943 Drapeau : France RC Paris
1943-1944 Drapeau : France Paris-Capitale
1944-1948 Drapeau : France RC Paris
1948-1949 Drapeau : Italie Torino FC
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe 0M.0(B.)
1945-1948 Drapeau : France France 5 (2)[1]
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Émile Bongiorni, né le à Boulogne-Billancourt et mort le à Superga, était un footballeur français évoluant au poste d'avant-centre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de ramoneur, Emile Bongiorni signe sa première licence à l'âge de treize ans à Fontenay-sous-Bois. Lors de sa première saison, il marque 133 des 233 buts du club fontenaysien en 30 matches[2]. Emile rejoint les équipes de jeunes du CA Paris en 1935. Il brille au concours du jeune footballeur puis se rêve un temps en coureur cycliste[2]. Il intègre le groupe pro du CAP dès février 1937 et effectue ses débuts avec l'équipe professionnelle du CAP le 16 mai 1937 lors d'un match contre Reims, en toute fin saison 1936-1937. Emile fait quelques nouvelles apparitions en équipe première du CAP en 1937-1938[3],[4] marquant ses premiers buts sous statut professionnel[5]. Il devient officiellement joueur professionnel en juin 1938 et titulaire régulier en équipe première du CAP en 1938-1939. Emile devient le meilleur buteur du CAP à l'occasion de cette ultime saison d'avant-guerre malgré sa titularisation surprenante au poste de demi-centre parfois[6]. En 1939-1940, Emile marque le seul but capiste du quart de finale de la Coupe de France 1940 perdu 2-1 à Amiens contre Lens[7].

Emile joue encore au CAP au début de la guerre. En 1940-41 il marque ainsi un but lors du choc CAP-RCP au Parc des Princes le 13 octobre 1940[8]. La saison suivante, il encore à la pointe de l'attaque du CAP[9]. Il rejoint ensuite le RC Paris pour la saison 1942-1943[10].

« Milo » évolue à Paris-Capitale en 1943-1944. Il termine troisième meilleur buteur du championnat. Il retrouve ensuite le RC Paris de 1944 à 1948 où il remporte la Coupe de France en 1945[11].

En Championnat, il marque 13 buts en 1946-1947 puis 16 buts (26 matches joués) en 1947-1948.

Il honore cinq sélections pour deux buts en équipe de France entre 1945 et 1948. Il marque son premier but chez les Bleus à l'occasion de sa première sélection le 6 décembre 1945 : au Prater de Vienne, il ouvre la marque contre l'Autriche sur un centre d'Aston (8e minute)[12]. Les Autrichiens s'imposent finalement 4-1. Il marque son second but sous le maillot frappé du coq le 23 mai 1948 contre l'Écosse à Colombes. Il reprend aux 6 mètres un tir contré de Ben Barek[13]. C'est son avant-dernière cape. Il honorera encore une sélection le 6 juin 1948 contre la Belgique au Heysel sans marquer[13].

Emile rejoint le club italien le plus performant depuis cinq ans : le Torino en 1948. Il ne joue que 8 matches en Serie A pour 2 buts marqués au Torino puis trouve la mort au cours de la tragédie de Superga qui décime le Grande Torino. Il remporte le scudetto à titre posthume. Sa tombe est au cimetière de Fontenay-sous-Bois[14].

Clubs[modifier | modifier le code]

Parcours amateur

  • 1934-1935 : Drapeau : France Athletic Club Fontenaysien
  • 1935-1937 : Drapeau : France CA Paris

Carrière professionnelle

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Fiche d'Émile Bongiorni sur eu-football.info
  2. a et b Le Petit Parisien, No 22.694 du 19 avril 1939, p. 6 sur Gallica
  3. Paris Soir, N° du 2 mars 1938 sur gallica
  4. L'Ouest Eclair N° du 21 avril 1938 sur Gallica
  5. Le Petit Parisien du 18 avril 1938, p. 7 sur Gallica
  6. L'Ouest Eclair No 7 avril 1939 sur Gallica
  7. Le Matin, N° du 4 mars 1940, p. 2 sur Gallica
  8. Le Matin, No 20.655 du 14 octobre 1940 sur Gallica
  9. Le Matin No 20.994 du 12 octobre 1941 sur Gallica
  10. Le Matin, No 21.268 du 31 août 1942, p. 4 sur Gallica
  11. coll., La Coupe de France de football, Paris, FFF, 1993, p. 117
  12. coll., L'intégrale de l'Équipe de France de football 1904-1998, Paris, First, 1998, p. 115
  13. a et b coll., L'intégrale de l'Équipe de France de football 1904-1998, Paris, First, 1998, p. 123
  14. Le Parisien du 1er novembre 2006

Lien externe[modifier | modifier le code]