Électronique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

L'adjectif électronique désigne des objets en rapport avec les électrons, un des composants de l'atome, fondamental pour l'électromagnétisme.

  • La configuration électronique décrit la distribution des électrons d'un atome, répartis en couches électroniques.
  • L'affinité électronique est la quantité d’énergie dégagée à la suite de la capture d’un électron par un atome isolé.
  • La capture électronique, ou désintégration ε, est un processus de physique nucléaire au cours duquel un noyau atomique déficient en neutrons absorbe un électron situé sur une couche électronique de l’atome.
  • Le microscope électronique utilise un faisceau d'électrons pour illuminer un échantillon et en créer une image très agrandie.
  • Le tube électronique est un dispositif qui permet l'amplification d'un signal électrique par le contrôle d'un flux d'électrons issu d'une cathode chauffée vers une anode. Cette invention du début du XXe siècle est à l'origine de l'industrie qu'on a appelée électronique à partir du milieu du siècle, quand le traitement du signal devient une technique annexe de pratiquement toutes les spécialités[1].

Industrie électronique[modifier | modifier le code]

Par dérivation, le nom électronique est une « branche de la science et de la technique traitant du mouvement des porteurs de charge dans le vide, les gaz et les semiconducteurs, des phénomènes de conduction électrique qui en résultent, et de leurs applications[2]. »

Par extension, l'adjectif électronique désigne des appareils que cette branche de la technique utilise ou a conçus, généralement par opposition avec leur contrepartie réalisée par d'autres moyens : composants électroniques, amplificateur électronique, oscillateur électronique, mais aussi des activités qui en dépendent : musique électroniqueetc.

Par métonymie, électronique s'utilise au XXIe siècle fréquemment pour informatique : adresse électronique, commerce électronique, guerre électroniqueetc.

On distingue plusieurs domaines dans la technique électronique :

  • L'électronique de puissance s'intéresse « aux puissances élevées et aux dispositifs qui permettent de convertir celles-ci sous une forme non électrique[3] » et de les commuter, avec ou sans commande de cette puissance[4].
  • L'électronique analogique désigne l'électronique dans les cas où elle ne considère pas les grandeurs électriques comme binaires afin de leur donner un traitement numérique.
  • L'électronique numérique étudie des ensembles électroniques logiques, c'est-à-dire dans lesquels les signaux s'assimilent obligatoirement à seulement deux valeurs par canal.
  • L'électronique organique est la « branche de l'électronique qui utilise des matériaux organiques pour la fabrication de composants électroniques passifs et actifs[5] ».
  • L'électronique quantique est « une branche moderne de l'électronique qui s'intéresse aux situations dans lesquelles les propriétés ondulatoires des électrons individuels doivent être prises en compte[3] ».
  • L'électronique imprimée est un procédé, émergeant dans les années 2010, pour réaliser des circuits électroniques entiers par impression.
  • L'électronique grand public regroupe des appareils utilisant l'électronique, produits en masse à destination du grand public.

L'extension de l'électronique numérique, qui recouvre l'informatique et par conséquent l'internet, a fait du mot électronique une métonymie pour les technologies de l'information et de la communication (courrier électronique, monnaie électronique, archivage électronique), souvent évoquée par le préfixe e_ (E-business), et parfois un effet publicitaire pour des dispositifs qui ne comportent aucun élément électronique indispensable, comme la cigarette électronique.


  1. Régis David, L'électronique, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Que sais-je ? » (no 1126), (1re éd. 1964).
  2. Commission électrotechnique internationale, « Dispositifs électriques et magnétiques : Généralités », dans IEC 60050 Vocabulaire électrotechnique international, 1987/1994 (lire en ligne), p. 151-11-13.
  3. a et b Richard Taillet, Loïc Villain et Pascal Febvre, Dictionnaire de physique, Bruxelles, De Boeck, , p. 234.
  4. Commission électrotechnique internationale, « Dispositifs électriques et magnétiques : Généralités », dans IEC 60050 Vocabulaire électrotechnique international, 1987/1994 (lire en ligne), p. 151-11-01.
  5. Commission électrotechnique internationale, « Produits et systèmes électrotechniques de nano-technologies : termes en rapport avec les nanotechnologies photovoltaïques et l'électronique des pellicules minces », dans IEC 60050 Vocabulaire électrotechnique international, 1987/1994 (lire en ligne), p. 511-02-03.