Élections législatives ceylanaises de 1956

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Élections législatives ceylanaises de 1956
95 députés
Type d’élection Élections législatives
Corps électoral et résultats
Inscrits 3 464 159
Participation
69,12 % en diminution 1,6

Votes exprimés 2 647 247
Official Photographic Portrait of S.W.R.D.Bandaranayaka (1899-1959).jpg Sri Lanka Freedom Party – Solomon Bandaranaike
Voix 1 046 277
39,52 %
en augmentation 24
Députés élus 51 en augmentation 42
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Lanka Sama Samaja Party – N. M. Perera
Voix 274 204
10,36 %
en diminution 2,8
Députés élus 14 en augmentation 5
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
Illankai Tamil Arasu Kachchi – S. J. V. Chelvanayakam
Voix 142 758
5,39 %
en augmentation 3,4
Députés élus 10 en augmentation 8
Transparent flag waving on Infobox grey background.svg
United National Party – John Kotelawala
Voix 738 810
27,91 %
en diminution 16,2
Députés élus 8 en diminution 46
Premier ministre du Sri Lanka
Sortant Élu
John Kotelawala
UNP
Solomon Bandaranaike
SLFP

Les élections législatives ceylanaises de 1956 ont lieu au Dominion de Ceylan, l'actuel Sri Lanka, le .

Le résultat de cette élection amène un changement majeur dans le pays : c'est la première fois que le parti au gouvernement, l'UNP, perd sa place de majorité. Selon la constitution ceylanaise, le poste de Premier ministre va donc au leader du parti majoritaire à l'assemblée, le parti socialiste Sri Lanka Freedom Party .

Contexte[modifier | modifier le code]

Le gouvernement UNP de John Kotelawala avait rapidement perdu de sa popularité. Il a dû faire face à la critique généralisée sur sa mauvaise performance économique.

L'UNP, d'abord allié à la minorité tamoule, a changé de position au début de 1956 pour des raisons électorales, mais cela leur a seulement coûté les voix du peuple tamoul. Le peuple cingalais souhaitait quant à lui sa première alternance.

Solomon Bandaranaike, leader du Sri Lanka Freedom Party, a réuni une coalition avec des petits partis communistes et marxistes pour former l'alliance Mahajana Eksath Peramuna.

Langue officielle[modifier | modifier le code]

Le Sri Lanka Freedom Party, de gauche socialiste, a gagné des voix en jouant la carte du nationalisme cingalais. En effet, il proposa d'imposer le cingalais comme seule langue officielle de l'île, à travers la loi Sinhala Only Act[1].

L'UNP, de droite conservatrice, allié avec le All Ceylon Tamil Congress, a alors trahi cette alliance pour essayer de rattraper son retard de voix par rapport au Sri Lanka Freedom Party. C'est ainsi que l'UNP s'est mis à proposer le cingalais comme langue unique.

Seuls les partis Lanka Sama Samaja Party et le Parti communiste ont fait campagne pour la parité de statut entre le cingalais et le tamoul, les deux pour remplacer conjointement l'anglais comme langue officielle.

Les partis tamouls ont fait campagne pour garder l'anglais comme langue officielle.

Résultats[modifier | modifier le code]

Résumé du résultats des élections législatives de 1956[2]

Parti politique Députés présentés Votes % Chaises
  Mahajana Eksath Peramuna 60 1 046 277 39.52% 51
  Lanka Sama Samaja Party 21 274 204 10.36% 14
  Illankai Tamil Arasu Kachchi 14 142,758 5.39% 10
  United National Party 76 738 810 27.91% 8
  Parti communiste de Ceylan 9 119 715 4.52% 3
  All Ceylon Tamil Congress 1 8 914 0.34% 1
Autres 68 316 569 11.96% 8
Votes valides 249 2 647 247 100.00% 95
Électeurs enregistrés 3 464 159
Participation 69.12

Références[modifier | modifier le code]