Élections du Conseil national turkmène de 2021

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Élections du Conseil national turkmène de 2021
Corps électoral et résultats
Inscrits 231
Transparent - replace this image male on Infobox lightgrey background.svg
Parti démocratique – Ata Serdarov
Sièges obtenus 3

Les Élections du Conseil national turkmène de 2021 ont lieu le afin de pourvoir au suffrage indirect 48 des 56 sièges du Conseil du peuple du Turkménistan.

Les élections font suite au rétablissement de la chambre, abolie en 2008, dans le cadre d'un retour au bicaméralisme.

Contexte[modifier | modifier le code]

Situation politique[modifier | modifier le code]

Le Turkménistan n'est généralement pas considéré comme une démocratie, et demeure de facto un État à parti unique. Freedom House rapporte en 2017 que l'État « continue de violer les droits de l'homme fondamentaux, d'emprisonner les militants d'opposition » et de pratiquer une politique de népotisme ; l'organisation lui attribue un score de 6,96, sur une échelle allant de 1 (démocratie) à 7 (dictature)[1]. Freedom House classe le pays sixième dans l'ordre des pires violateurs des droits civils et politiques (derrière la Syrie, l'Érythrée, la Corée du Nord, l'Ouzbékistan et le Soudan du Sud)[2].

Reporters sans frontières classe le Turkménistan 178e sur 180 pour le respect de la liberté de la presse en 2017, devant seulement l'Érythrée et la Corée du Nord[3]. L'organisation note que « l’ensemble des médias est contrôlé par l’État et les rares internautes n’ont accès qu’à une version ultra-censurée du Web. [...] [L]a répression contre les quelques journalistes indépendants travaillant clandestinement pour des médias basés à l’étranger ne cesse de s’intensifier. [...] [Certains] ont été arrêtés, torturés ou agressés. [...] [L]es autorités poursuivent leur campagne d’éradication des antennes paraboliques, privant la population de l’un des derniers accès à une information non contrôlée »[4].

Retour au bicaméralisme[modifier | modifier le code]

Une révision constitutionnelle votée en marque le retour du pays au bicaméralisme, abandonné en 2008 avec l'abolition de l'ancienne chambre haute, le Conseil du peuple (Halk Maslahaty). Ce dernier est rétabli, tandis que l'assemblée (Mejlisi) existante devient la chambre basse du nouveau parlement qui prend le nom de Conseil national (Milli Geňeş).

La révision constitutionnelle — qui entre en vigueur le  — prévoit la mise en place de la nouvelle chambre haute au premier trimestre 2021, et amène le gouvernement à convoquer des élections pour le 28 mars[5],[6].

Système électoral[modifier | modifier le code]

Le Turkménistan est doté d'un parlement bicaméral dont la chambre haute, le Conseil du peuple (Halk Maslahaty) est composé de 56 sièges dont 48 pourvus pour cinq ans au suffrage indirect par les membres des conseils régionaux — 8 sièges pour chacune des sept provinces plus la capitale Achgabat — et 8 autres nommés par le Président pour la même durée. Les anciens présidents en sont également de droit membres à vie. Hormis ces derniers, les membres du Conseil ont obligatoirement plus de trente ans, contre vingt cinq pour ceux de la chambre basse[7].

Les conseillers régionaux qui forment les grand électeurs du scrutin sont au nombre de 231, dont 37 dans la province d'Ahal, 38 dans celle de Lebap, et 39 dans chacune de celle de Balkan, de Daşoguz et de Mary ainsi que dans la capitale Achgabat[8].

Campagne[modifier | modifier le code]

Un total de 112 candidats sont en lice pour les 48 sièges à pourvoir au suffrage indirect, soit entre deux et trois candidats par sièges[9].

Aucun candidat d'opposition n'est autorisé à se présenter. Les opérations de vote ont lieu en deux heures, de dix heures à midi[10].

Résultats[modifier | modifier le code]

Résultats[11]
Turkmenistan Mejlis 2021.svg
Partis Voix % Sièges
Parti démocratique 3
Indépendants 45
Membres nommés 8
Votes valides
Votes blancs et invalides
Total 100 56
Abstention
Inscrits / participation

Suites[modifier | modifier le code]

Les résultats voient autre l'élection du président Gurbanguly Berdimuhamedow, qui obtient 100 % des suffrages dans sa circonscription[12],[13]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Turkmenistan », sur freedomhouse.org (consulté le 20 mars 2018).
  2. (en) « Freedom in the World 2017 », sur freedomhouse.org (consulté le 20 mars 2018).
  3. « Classement mondial de la liberté de la presse 2017 », sur rsf.org (consulté le 20 mars 2018).
  4. « Turkménistan : Un « trou noir de l’information » toujours plus profond », sur rsf.org (consulté le 20 mars 2018).
  5. « Turkmenistan to set up bicameral parliament », sur www.xinhuanet.com (consulté le 24 février 2021).
  6. (en) « Elections to the House of Representatives of the new Turkmen Parliament to be held in March 2021 », sur ORIENT: NEWS AGENCY, (consulté le 24 février 2021).
  7. (en) APA.az, « New Turkmen Parliament’s Chamber holds first elections », sur apa.az, (consulté le 29 mars 2021).
  8. (en) « The first elections of members of the Halk Maslahaty of the Milli Gengesh of Turkmenistan », sur tdh.gov.tm (consulté le 29 mars 2021).
  9. (en) « Turkmenistan is ready for the first elections of members of the Halk Maslahaty Milli Gengesh », sur tdh.gov.tm (consulté le 29 mars 2021).
  10. (en) RFE/RL's Turkmen Service, « Turkmen Voters Given Two Hours To Cast Ballots In Senate Election », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, rferl (consulté le 29 mars 2021).
  11. (en) « Elections », sur saylav.gov.tm (consulté le 14 avril 2021).
  12. (en) RFE/RL's Turkmen Service, « Turkmenistan's Authoritarian Leader Wins Senate Seat With '100 Percent' Of Vote », sur RadioFreeEurope/RadioLiberty, rferl (consulté le 14 avril 2021).
  13. « Turkmenistan holds first elections for new chamber of parliament », sur www.xinhuanet.com (consulté le 29 mars 2021).

Voir aussi[modifier | modifier le code]