Église Saint-Leu de Sévigny-Waleppe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Église Saint-Leu de Sévigny-Waleppe
Eglise sevigny-waleppe.JPG
Présentation
Type
Style
Propriétaire
Commune
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Commune
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte des Ardennes
voir sur la carte des Ardennes
Red pog.svg

L'église Saint-Leu est une église située à Sévigny-Waleppe, en France.

Description[modifier | modifier le code]

Une des caractéristiques de cette église est sa tour-porche, construite non pas devant la nef comme habituellement mais au-dessus de la nef[1]. Cette tour-porche est flanquée de deux poivrières en encorbellement et est soutenue par des contreforts.

À l'intérieur, on trouve le gisant de Melchior de Chabiel Morière, chevalier de Saint-Louis, décédé le 15 septembre 1789 à l'âge de 76 ans . On y voit les armes de Melchior, d'azur à trois pommes de pin d'or, et celles des Fabry, d'azur au chevron d'argent accompagné de trois étoiles de même[2] .

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église est située dans le département français des Ardennes, sur la commune de Sévigny-Waleppe, au centre, l'entrée donnant sur la place du village et les maisons entourant l'église étant construites dans les mêmes pierres.

Historique[modifier | modifier le code]

L'église actuelle a été construite au XIIIe siècle, en même temps qu'un château aujourd'hui disparu. Vers 1576, lors d'un épisode des guerres de religion raconté dans la chronique de Jean Taté, l'église et ses occupants sont brûlés. S'y tenaient au moment du drame 80 hommes, le curé, et plusieurs femmes et enfants. L'édifice n'était pas fortifié à l'époque. La tour-porche carrée est construite au frais des habitants. À la fin des guerres de religion, trois cloches sont placées dans cette tour mais le clocher s'effondre. En 1682, le clocher actuel, beaucoup plus haut que le précédent, est édifié. Les cloches sont alors placées au-dessus de la grosse tour. Le décor du chœur est refait à la fin du XVIIIe siècle, et la nef voûtée au XIXe siècle[3].

L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1995[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gérard 2002, p. 61.
  2. Epigraphie Nobiliaire Ardennaise, Albert Baudon, Paris, Alphonse Picard et Fils, 1906.
  3. Site du Centre national de documentation pédagogique
  4. « Église Saint-Leu », notice no PA00135303, base Mérimée, ministère français de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Marie Gérard, Églises fortifiées, moulins, fermes, maisons... châteaux... de Thiérache : de l'Aisne, des Ardennes, de l'Avesnois et de la botte du Hainaut belge, autoédition, , 83 p., p. 61.

Webographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]