Église Saint-Léopold am Steinhof

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église Saint-Léopold am Steinhof
Kirche am Steinhof
Penzing (Wien) - Kirche am Steinhof (5).JPG
Présentation
Type
Église
Destination initiale
Église
Destination actuelle
Église
Diocèse
Style
Architecte
Construction
1903-1907
Statut patrimonial
Denkmalgeschütztes Objekt (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Localisation
Pays
Commune
Adresse
Baumgartner Höhe 1Voir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées
Localisation sur la carte d’Autriche
voir sur la carte d’Autriche
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Vienne
voir sur la carte de Vienne
Red pog.svg

L'église Saint-Léopold am Steinhof (Kirche am Steinhof en allemand) est une église de style Art nouveau caractéristique de la Sécession viennoise (Sezessionsstil ou Wiener Secession) édifiée par l'architecte Otto Wagner à Vienne en Autriche.

L'église Saint-Léopold est considérée comme une des églises les plus importantes du XXe siècle[1].

Localisation[modifier | modifier le code]

L'église Saint-Léopold Am Steinhof se dresse au centre d'un asile psychiatrique (Otto-Wagner-Spital) situé Sanatoriumstrasse, à Hütteldorf, dans la banlieue ouest de Vienne, à 9 km du centre de la ville. Elle se trouve au sommet de la colline du Galitzinberg.

Kirche am steinhof entzerrt.jpg

Historique[modifier | modifier le code]

Un concours est organisé en 1902 pour la construction d'un hôpital psychiatrique à Hütteldorf : Otto Wagner emporte le premier prix mais il ne construira que l'église[2],[3].

La construction est effectuée entre 1904 et 1907[4].

Wagner est assisté par les architectes Otto Schönthal et Marcel Kammerer[2] et par de nombreux artistes[2] :

Archives[modifier | modifier le code]

Le dessin en perspective pour l'église du Steinhof réalisé en 1902 par Otto Wagner à la mine de plomb et à l'aquarelle est conservé au Historisches Museum der Stadt Wien[7]. Il fut repris en 1985 pour illustrer l'affiche de l'exposition rétrospective intitulée « Traum und Wirklichkeit : Wien 1870 - 1930 ».

L'Österreichisches Museumfür Angewandte Kunst conserve de son côté plusieurs projets réalisés par Koloman Moser vers 1905 : un projet de vitrail, une étude d'anges pour un vitrail et un projet de mosaïque non réalisé pour l'abside[8].

Architecture[modifier | modifier le code]

Les anges de Schimkowitz

Sur un soubassement de moellons, l'église est construite en briques et recouverte d'un parement de plaques de marbre blanc de Carrare fixées par des boulons en cuivre[2],[3],[5]. Comme l'écrivent Giovanni Fanelli et Roberto Gargiani « Wagner attribue au principe de revêtement une valeur première et absolue en révélant sa nature de couche appliquée » alors que « Wright utilise le revêtement pour feindre ou pour souligner une consistance de la construction »[9].

La façade est précédée d'un portique constitué de quatre colonnes supportant un auvent en métal vert et or. Les colonnes sont surmontées par les quatre anges en bronze aux ailes dressées et dorées, et aux robes ornées de motifs géométriques typiques de la Sécession, réalisés par Othmar Schimkowitz.

La façade, ornée dans sa partie supérieure d'une alternance de croix dorées et d'ornements combinant une couronne et une guirlande de laurier stylisées (un motif récurrent chez Wagner, que l'on retrouve sur le Pavillon de l'écluse de Kaiserbad et la Caisse d'épargne de la poste), est sommée d'une puissante corniche en saillie, au-dessus de laquelle s'élancent deux tours carrées portant les statues en bronze de saint Léopold (saint patron de Vienne et de la Basse-Autriche) et de saint Séverin (saint protecteur de Linz) réalisées par Richard Luksch[2],[3].

La croisée du transept est surmontée d'un dôme recouvert de tôles de cuivre doré[2],[5].

Statue de saint Séverin
Ange
Statue de saint Léopold

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. (es) Wikiarquitectura
  2. a b c d e f g h et i Exposés Art nouveau
  3. a b c d e f g et h Alexia Deneux
  4. Kirk Varnedoe, Vienne 1900 : l'art, l'architecture, les arts décoratifs, Éditions Taschen, Cologne, 1989, p. 28
  5. a b c et d (en) Bluffton.edu
  6. Kirk Varnedoe, op. cit., p. 54
  7. Kirk Varnedoe, op. cit., p. 53
  8. Kirk Varnedoe, op. cit., p. 55
  9. Giovanni Fanelli et Roberto Gargiani, Histoire de l'architecture moderne : structure et revêtement, Presses polytechniques et universitaires romandes, Lausanne, 2008, p. 90.