Église Notre-Dame de l'Assomption de Villiers-le-Bâcle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Villiers-le-Bâcle
Présentation
Type
Localisation
Adresse
Coordonnées

L'église Notre-Dame-de-l'Assomption de Villiers-le-Bâcle est une église du diocèse d'Evry, située dans la commune de Villiers-le-Bâcle, dans le département de l’Essonne, en France. Elle est dédiée à Notre-Dame de l'Assomption, et une chapelle Saint-Louis y est consacrée depuis le XIVe siècle.

Description[modifier | modifier le code]

L'église est située non loin de la place principale du village, encerclée par une ferme et le parc du château de Villiers, datant du XVIe siècle. Elle est entourée par le cimetière communal[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'édifice[modifier | modifier le code]

Construite au cours du XIIe siècle[2], l'église est détruite lors de la Guerre de Cent Ans. En 1462, il ne reste que le clocher, et l'office est déplacé dans la commune voisine, à Gif-sur-Yvette. Ce n'est qu'à la fin du XVe siècle que l'église est reconstruite et que les offices reprennent[1].

Le bâtiment est remanié au XVIIe siècle, sous l'impulsion de Michel Lucas, châtelain de Villiers, qui fait également construire le château Louis XIII situé à côté de l'église. De cet édifice, seul subsiste le clocher[3],[2].

Au XVIIIe siècle sont installés trois nouveaux vitraux (du cycle de la Vierge) et une chaire en bois sculptée (inscrite à l'inventaire des monuments historiques)[2]. Le reste de la décoration de l'église semble avoir subi les dommages de la Révolution française et le sol recouvert des pierres tombales des Seigneurs de Villiers disparaît.

Au XIXe siècle, les murs sont rebâtis en pierre meulière, typique de la région. Le curé Georges Scott termine les peintures de l'abside en 1884, achevant la restauration de l'église qui a commencé en 1845[1].

Enfin, une dernière restauration a eu lieu entre 1993 et 1996, pour raviver les couleurs des fresques de la nef et de l'abside et habiller les murs de boiseries[3].

Le cimetière[modifier | modifier le code]

En 1963, une dalle funéraire en calcaire, gravée, datant de 1269, est découverte. Conservée grâce à sa face gravée restée contre terre, elle fut celle d'un chevalier, Jean L'Escuyer de Voisins, représenté en armure[3].

Le cimetière communal a accueilli en 1968 la tombe du peintre Léonard Foujita, qui avait résidé dans la commune les dernières années de sa vie. Sa dépouille a été transférée dans la chapelle Notre-Dame-de-la-Paix à Reims, en 2003, à la demande de sa veuve, Kimiyo Foujita[3].

Héritage culturel et artistique[modifier | modifier le code]

L'ange du vitrail de l'Annonciation (détail).

L'église Notre-Dame de l'Assomption de Villiers-le-Bâcle regroupe des œuvres d'art, datant du XVIIIe, XIXe et XXe siècle[3].

XVIIIe siècle[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Les peintures polychromes, style romano-byzantin de l'abside, réalisées par le curé Georges Scott en 1884.
  • Un chemin de croix en peinture sur porcelaine, de l'atelier de Lucien Chovet.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Le vitrail de la Nativité, offert par le Comte Biver en 1954 (représenté comme un berger en adoration).
  • Le vitrail de la chapelle Saint-Louis, commandé en 1995 par la municipalité à la mémoire du dédicataire de la chapelle, Louis IX, représenté en prière sous un chêne.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Eglise Notre Dame de l'Assomption de Villiers-le-Bâcle », sur secteurpastoraldelyvette.fr
  2. a b et c Histoire Du Diocese De Paris: Contenant la suite des Paroisses du Doyenné de Châteaufort ; [1], Prault, (lire en ligne)
  3. a b c d et e « Villier-le-Bâcle, Notre Dame de l'Assomption », sur evry.catholique.fr