À la croisée des chemins (film, 1943)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir À la croisée des chemins.
À la croisée des chemins
Description de cette image, également commentée ci-après
Image du générique.

Réalisation Paul Guèvremont
Scénario Jean-Marie Poitevin
Acteurs principaux
Sociétés de production Société des missions étrangères de la province de Québec
Pays d’origine Drapeau du Canada Canada
Durée 77 minutes
Sortie 1943

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

À la croisée des chemins est un film québécois en noir et blanc créé par Paul Guèvremont et Jean-Marie Poitevin en 1943.

Il s'agit du premier long métrage de fiction sonore produit sur le territoire du Québec.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Le récit est celui d’un adolescent tiraillé entre sa vocation religieuse et l’amour. Suite à une projection de films tournés en Chine, le jeune Jean décide d'entreprendre une vie de missionnaire en orient au désarroi de ses parents et de son amoureuse Pauline.

Fiche technique[modifier | modifier le code]

  • Scénario et direction artistique : Jean-Marie Poitevin
  • Mise en scène : Paul Guèvremont
  • Photographie : Paul Morin
  • Adaptation musicale : Fernand Gaudry
  • Sonorisation : "Le Cinéma Catholique Enr." de Québec
  • Dessinateur : Jean P. Ladouceur
  • Production : Société des missions étrangères de la province de Québec
  • Pays d'origine : Drapeau du Canada Canada
  • Langue originale : français
  • Format : noir et blanc — 16 mm — 1,33:1
  • Durée : 77 minutes
  • Date de sortie : 1943

Distribution[modifier | modifier le code]

Jean annonce à sa mère son intention de devenir missionnaire en Chine.

Autour du film[modifier | modifier le code]

Le film est une adaptation de la pièce La folle aventure de Guy Stein créée à l'occasion du 300e anniversaire de la ville de Montréal. Poitevin reprend le dernier acte de celle-ci et y intègre des images prises lors de ses missions en Chine[1].

Les théoriciens québécois s'entendent autour du fait que le film n'a pas une grande importance d'un point de vue artistique.[2] La valeur de celui-ci est surtout patrimoniale. Le film s'inscrit dans le mouvement des prêtres-cinéastes des années trente. Il s'agit du seul long métrage de fiction issu de ce mouvement[3].

L'ancien premier ministre du Québec René Lévesque, alors âgé de 20 ans, assure la narration du film.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Jean-Marie Poitevin », sur Le cinéma au Québec au temps du parlant, (consulté le 5 février 2017)
  2. Charles-Henri Ramond, « À la croisée des chemins - Film de Jean-Marie Poitevin », sur Films du Québec, (consulté le 5 février 2017)
  3. Marchessault, Guy et Huguette Turcotte. 2007. Un pionnier du cinéma au Québec et ailleurs : Jean-Marie Poitevin, p.m.é., 1907-1987 : mémoires. Montréal : Communications et société.

Liens externes[modifier | modifier le code]