Wolfgang Hilbig

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Wolfgang Hilbig

Activités écrivain, poète
Naissance 31 août 1941
Décès 2 juin 2007
Langue d'écriture allemand
Genres poésie, roman
Distinctions Prix Ingeborg Bachmann, Prix Georg-Büchner

Wolfgang Hilbig (Meuselwitz, 31 août 1941 - Berlin, 2 juin 2007) est un poète et romancier allemand.

Biographie[modifier | modifier le code]

Hilbig est un ouvrier de métier, qui fut repéré par Franz Fühmann dans les années 1970, auteur allemand reconnu, qui, avec Stefan Heym et Paul Wien entre autres, ouvrait aux jeunes poètes débutants une revue, et les recommandait à l'Association des écrivains, où ils déposaient leur candidature. Hilbig a ainsi obtenu le statut d'artiste libre (freischaffender Künstler).

Selon Ekkehard Mann, il a créé une poésie de l'absence, car il se refusait à tout compromis avec les normes, en particulier avec le réalisme socialiste. Il critique beaucoup la RDA, grâce à une langue éclatée, qui met en évidence le malaise du langage qui planait au-dessus des intellectuels de l'Est.

Il est enterré au cimetière de Dorotheenstadt de Berlin.

Œuvres traduites en Français[modifier | modifier le code]

  • Wolfgang Hilbig, Brigitte Vergne-Cain (traducteur) et Gérard Rudent (traducteur), Les bonnes femmes : récit, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier »,‎ 1992 (ISBN 2070724867 et 978-2070724864)
  • Wolfgang Hilbig, Brigitte Vergne-Cain (traducteur) et Gérard Rudent (traducteur), Moi : roman, Paris, Gallimard, coll. « Du monde entier »,‎ 1997 (ISBN 2070738795)
  • Wolfgang Hilbig (trad. Brigitte Vergne-Cain), Provisoire, Paris, Editions Métailié, coll. « Bibliothèque allemande »,‎ 2004, 260 p. (ISBN 9782864245179 et 2864245175)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Anne-Marie Corbin-Schuffels, La force de la parole : les intellectuels face à la RDA et à l'unification allemande (1945-1990), Villeneuve d'Ascq, France, Presses universitaires du Septentrion,‎ 1998 (ISBN 2859395717), p. 180
  • Marie-Hélène Quéval, Wenderoman - Déconstruction du roman et roman de la déconstruction en RDA (1985-1995). Wolfgang Hiblig, Jens Sparschuh, Thomas Brussig, Paris, PU Paris-Sorbonne, 2014, 338 p. (ISBN 978-2-84050-732-1)

Liens externes[modifier | modifier le code]